MotoGP
18 oct.
-
20 oct.
Événement terminé
25 oct.
-
27 oct.
Événement terminé
01 nov.
-
03 nov.
Événement terminé
15 nov.
-
17 nov.
Événement terminé

Battre les Yamaha factory, encore une surprise signée Quartararo

partages
commentaires
Battre les Yamaha factory, encore une surprise signée Quartararo
Par :
15 août 2019 à 17:00

Course après course, le Français n'en finit plus de convaincre. Cette fois, c'est sur une piste peu favorable à la Yamaha qu'il a brillé, comme si de rien n'était.

Fabio Quartararo savourait dimanche après-midi un grand résultat lui ayant permis de monter de deux crans au championnat du monde, devant Miller et Crutchlow. Mieux, le Français ne concède désormais que respectivement 11 et dix points aux deux pilotes qui le précèdent au général, qui ne sont autre que les pilotes d'usine Yamaha, Valentino Rossi et Maverick Viñales, devant qui il est arrivé à Spielberg sans avoir été véritablement menacé.

En qualifications comme en course, Quartararo a égalé les meilleurs résultats obtenus par Yamaha sur le Red Bull Ring, soit deuxième sur la grille et troisième à l'arrivée. Admettant sa surprise de monter sur le podium sur une piste notoirement si compliqué pour les M1, le rookie était béat. "On savait que cette course serait la plus dure pour nous : la moto a plein de points positifs, mais on souffre en vitesse de pointe, alors se battre pour le podium ici est incroyable", commentait-il, ajoutant : "Et je suis heureux d'être le premier pilote Yamaha." Une réussite qui lui revient pour la deuxième fois cette saison, après une première au GP de Catalogne, néanmoins le carambolage qui avait envoyé au tapis Rossi et Viñales dès le début de course à l'avant avait alors quelque fortement pesé sur ce classement. Cette fois, Quartararo a acquis ce rang à la régulière, seul.

Lire aussi :

Qualifié en première ligne pour la sixième fois sur les huit dernières manches, le Français était aux premières loges du duel Dovizioso-Márquez qui s'est enclenché sitôt les feux éteints. Bien parti, il était en embuscade dès les premiers instants de la course et a donc pu saisir sa chance lorsque les deux prétendants à la victoire se sont gênés une première fois dans le virage 3, perdant de précieuses places et s'obligeant à cravacher pour remonter vers la tête de la course. Il leur aura fallu pour cela cinq tours, que Quartararo a exploités pour ajouter à son CV une deuxième expérience de leadership après celle d'Assen.

Une fois rattrapé et semé par le duo survolté, Quartararo avait déjà six dixièmes de marge sur ses nouveaux poursuivants, un écart qu'il s'est employé à faire grimper jusqu'à une seconde lors des six tours suivants. Dès lors, il était chassé par Rossi, lui-même sous la menace de Viñales et Rins. Avoir les deux Yamaha officielles aux trousses lorsque l'on est rookie, pilote satellite et que l'on roule seul, cela pourrait s'avérer impressionnant !

"Pour moi, c'était un avantage car on a fait presque tout le week-end seuls", répond le jeune Niçois. "C'est vrai que, parfois, j'ai roulé avec quelques pilotes, mais on a fait pratiquement tout le week-end seuls. J'ai réussi à marquer mon rythme, et surtout j'ai réussi à réguler la pression de Valentino à chaque tour, où j'allais à chaque fois un peu plus vite, un peu plus vite… C'est vrai que quand on a quelqu'un devant à moins d'une seconde, c'est un avantage, mais dès que j'ai passé cette seconde, j'ai été super confiant et j'ai réussi à aller encore de plus en plus vite."

Valentino Rossi l'a reconnu, Fabio Quartararo était tout simplement plus rapide, sans doute aidé par un pneu arrière soft que le #46 n'arrivait pas à exploiter. Le résultat final est en tout cas sans appel : la M1 du team Petronas n'a concédé que 6"1 au vainqueur au terme d'une course particulièrement rapide, et elle a devancé de 1"6 et 2"5 les deux Yamaha officielles. "L'objectif de cette course n'était pas vraiment un objectif de position mais plutôt d'essayer d'être le plus près des Yamaha officielles et finalement, on a fini devant ! C'est vraiment satisfaisant car le team a travaillé très dur sur le setting, en l'affinant au maximum, et on a fait une très belle course", se félicite-t-il.

Lire aussi :

La suite à Silverstone ?

Un Quartararo heureux, mais un Quartararo qui n'est pas encore rassasié ! Il reste huit courses à disputer et le Français ne compte pas s'arrêter là. "Je ne pensais pas tenir autant derrière Marc et Dovi. Je pense que c'était un circuit où l'on avait du mal, mais on est quand même parvenus à faire un podium, donc j'ai hâte d'arriver sur des circuits [où je pourrai] essayer de me battre plus longtemps avec eux", suggère-t-il, le regard déjà tourné vers Silverstone, qui attend le MotoGP pour sa prochaine manche dans quelques jours.

"Je ne me suis jamais vraiment senti bien là-bas, à part l'année dernière et il n'y a pas eu de course, malheureusement ! Mais c'est vrai que c'est un circuit Yamaha, bien mieux que l'Autriche", pointe Quartararo. "Ceci dit, on sait très bien que ce sera une course très difficile aussi, même si la moto va très bien là-bas."

"On ressort d'un podium et c'est positif d'arriver sur un GP en ayant terminé sur le podium la course d'avant", concède toutefois le jeune pilote, indéniablement dans une bonne dynamique, avec entre autres déjà trois podiums à son actif sur les cinq dernières courses. "C'est sûr que le premier est le plus spécial, mais celui-là est le plus satisfaisant car nous n'aurions jamais pensé finir sur le podium : c'était une course très difficile. Je pense que les trois ont été acquis dans des conditions très différentes, mais celui-ci était spécial."

Avec Guillaume Navarro

Article suivant
Nakagami a compris une astuce de Márquez et Crutchlow

Article précédent

Nakagami a compris une astuce de Márquez et Crutchlow

Article suivant

Márquez : Dovizioso ? Il n'est rapide que sur certains circuits

Márquez : Dovizioso ? Il n'est rapide que sur certains circuits
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Événement GP d'Autriche
Catégorie Course
Lieu Red Bull Ring
Pilotes Fabio Quartararo
Équipes SIC Racing Team
Auteur Léna Buffa