MotoGP
26 mars
EL1 dans
20 jours
C
GP de Doha
02 avr.
Prochain événement dans
27 jours
16 avr.
Prochain événement dans
41 jours
C
GP d'Espagne
29 avr.
Prochain événement dans
54 jours
C
GP d'Italie
27 mai
Prochain événement dans
82 jours
03 juin
Prochain événement dans
89 jours
C
GP d'Allemagne
17 juin
Prochain événement dans
103 jours
C
GP des Pays-Bas
24 juin
Prochain événement dans
110 jours
C
GP de Finlande
08 juil.
Prochain événement dans
124 jours
C
GP d'Autriche
12 août
Prochain événement dans
159 jours
C
GP de Grande-Bretagne
26 août
Prochain événement dans
173 jours
C
GP d'Aragon
09 sept.
Prochain événement dans
187 jours
C
GP de Saint-Marin
16 sept.
Prochain événement dans
194 jours
C
GP du Japon
30 sept.
Prochain événement dans
208 jours
C
GP de Thaïlande
07 oct.
Prochain événement dans
215 jours
C
GP d'Australie
21 oct.
Prochain événement dans
229 jours
28 oct.
Prochain événement dans
236 jours
C
GP de Valence
11 nov.
Prochain événement dans
250 jours

Quartararo : Championnat perdu, je me concentre sur la 2e place

Fabio Quartararo n'a pu sauver que deux points du Grand Prix d'Europe, au terme d'un week-end qui n'aura été que de mal en pis. À deux semaines du tomber de rideau sur le championnat, le Français ne se fait plus d'illusions.

Le Grand Prix d'Europe de Fabio Quartararo semblait ne pas pouvoir être beaucoup plus difficile qu'il ne l'avait été durant les deux premières journées, alors qu'il s'est trouvé en très grande difficulté dans les conditions pluvieuses, mais c'était sans compter sur deux nouveaux pépins venus ajouter à ses malheurs dimanche. D'abord une chute, survenue dès le premier tour et qui l'a fait dégringoler à la dernière place, puis un variateur de hauteur capricieux qui a gâché le reste de sa course.

"Mes sensations au warm-up n'étaient pas très bonnes, mais on avait fait de petits changements pour la course. Malheureusement je n'ai pas eu beaucoup de temps pour les expérimenter avant ma chute", regrette le pilote français, parti à la faute au même moment qu'Aleix Espargaró, dans le virage 8. "Aleix est tombé juste devant moi, il était très proche, j'ai dû freiner un peu plus fort en réaction et ça a été similaire à ce qui s'est passé à Silverstone pour moi."

"Donc malheureusement je suis tombé, puis je suis revenu et ensuite j'ai eu un problème avec le variateur de hauteur, qui est resté bloqué pendant beaucoup de tours. Dans tous les tours où je me suis montré plutôt rapide, par rapport au rythme qui était le nôtre, le variateur n'était pas mal", souligne Quartararo, gêné en revanche à chaque fois que le système abaissait à nouveau l'arrière de sa machine et restait bloqué dans une position destinée aux départs des courses. "Dans certains tours je le sentais, dans d'autres non, et on a vu que pendant la majeure partie de la course, environ la moitié, la moto était en position basse. Souvent, l'ajusteur était juste bloqué en bas."

Lire aussi :

Qualifié 11e, Fabio Quartararo se trouvait en neuvième position lorsqu'il est parti à la faute. S'il a réussi à remonter jusqu'à la 14e place par la suite pour sauver deux points au terme d'une course solitaire, il estime qu'il n'aurait pu en obtenir qu'une poignée de plus à la régulière. "Je pense malheureusement qu'on avait le rythme pour ne se battre que pour la cinquième, sixième ou septième place, mais si j'avais été à cette position-là, je crois qu'on aurait eu des problèmes de pneu avant, comme en Aragón, et que j'aurais donc terminé comme Franco [Morbidelli, 11e]."

Si le bilan de ce Grand Prix est très lourd pour le pilote français, ce n'est donc pas à mettre sur le compte de ce début de course manqué, mais bien de problèmes généralisés qui pèsent de plus en plus à mesure que l'issue du championnat approche. Celui qui avait réalisé un début de saison parfait en enchaînant deux victoires ne cache plus son agacement face à une irrégularité aux effets désastreux et aujourd'hui, il tire ouvertement un trait sur ses chances de titre.

"Je suis tombé, mais aujourd'hui ça se présentait un peu difficilement de toute façon. Je suis très triste. Le championnat n'est pas fini, mais on se concentre à présent sur autre chose, on va essayer d'assurer la deuxième place. Je suis vraiment déçu mais c'est comme ça et je ne peux rien faire de plus", regrette Quartararo, toujours deuxième mais à 37 longueurs de Joan Mir désormais, et à égalité de points avec Álex Rins.

Fabio Quartararo, Petronas Yamaha SRT

"J'ai perdu le championnat aujourd'hui", estime le pilote Petronas, tout en retenant un autre épisode néfaste pour ses chances, celui du Grand Prix d'Aragón, où en partant de la pole position il a terminé hors des points à cause d'une pression de pneu avant mal évaluée. Aujourd'hui, il se montre très clair sur les coulisses de cet épisode, révélateur de ce qu'il veut voir changer pour la saison prochaine : "On voulait prendre le départ avec moins de pression à l'avant, mais compte tenu du protocole Yamaha, ils ont dit non et j'ai eu la plus mauvaise course de ma vie, avec zéro point à la clé alors que j'avais le rythme pour me battre pour la cinquième ou la sixième place. Ce sont les deux courses où on a perdu le championnat."

Avant de s'avouer totalement vaincu, Fabio Quartararo retentera sa chance la semaine prochaine, sur le même circuit. Peut-être pourra-t-il alors profiter de l'expérience engrangée ce dimanche, alors que les conditions étaient enfin sèches, correspondant à ce qui est également annoncé pour le week-end prochain. "Pour moi, la moto a changé beaucoup par rapport à l'année dernière et je ne la sens pas mienne", rappelle-t-il. "Quand la moto [fonctionne] dès les EL1, on ne fait ensuite que de petits changements et tout est parfait. Mais quand on commence d'emblée avec des difficultés, alors on est perdus. Et c'est aussi ce qui s'est passé aujourd'hui. Et je pense que ça n'est pas juste moi, mais c'est très dur à comprendre. C'est pour ça aussi que je voulais vraiment finir la course et essayer d'être rapide et de voir ce qu'il en était avec les pneus et tout le reste."

"J'ai vraiment hâte d'être à la semaine prochaine parce qu'il est vraiment difficile d'accepter les résultats que je fais cette année, qui sont tellement irréguliers. Peut-être que les gens pensent que je ne suis pas motivé, mais je le suis plus que jamais. Je veux juste performer, mais malheureusement ce n'étaient pas les bons choix, pas les bons réglages, et il y a quelque chose qui n'allait pas. J'ai vraiment hâte d'être à la semaine prochaine pour essayer de montrer mon potentiel avec une position que je mérite."

partages
commentaires
Championnat - Une voie royale pour Joan Mir et Suzuki

Article précédent

Championnat - Une voie royale pour Joan Mir et Suzuki

Article suivant

Joan Mir enfin vainqueur : "Cette victoire arrive au moment parfait"

Joan Mir enfin vainqueur : "Cette victoire arrive au moment parfait"
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Événement GP d'Europe
Catégorie Course
Lieu Valencia Grand Prix Circuit
Pilotes Fabio Quartararo
Équipes Petronas SRT
Auteur Léna Buffa
Poncharal : toujours le même feu après l'émotion des premières victoires Prime

Poncharal : toujours le même feu après l'émotion des premières victoires

Les teams indépendants ont prouvé en 2020 leur capacité à se battre pour la victoire et même pour le titre en MotoGP, et Tech3 a été l'un des acteurs forts de cette saison riche en émotions. Hervé Poncharal s'en remet à peine qu'il repart avidement en quête de nouveaux succès.

MotoGP
16 févr. 2021
Andrea Dovizioso et l'expérience incomparable de 19 ans en Grand Prix Prime

Andrea Dovizioso et l'expérience incomparable de 19 ans en Grand Prix

Jamais absent d'un Grand Prix depuis 2002, Andrea Dovizioso referme à présent un chapitre qui représente plus de la moitié de sa vie et qui lui aura apporté des enseignements d'une richesse inégalable.

MotoGP
6 févr. 2021
Comment le duel entre Rainey et Schwantz est entré dans la légende Prime

Comment le duel entre Rainey et Schwantz est entré dans la légende

La rivalité entre Alain Prost et Ayrton Senna est souvent considérée comme la plus forte de l'Histoire des sports mécaniques. Mais celle entre Wayne Rainey et Kevin Schwantz pourrait tout aussi bien prétendre à ce statut. Leur duel a atteint ses sommets en 500cc durant la saison 1991, dont les deux pilotes gardent des souvenirs marquants 30 ans plus tard...

MotoGP
31 janv. 2021
Brad Binder, un destin de leader pour KTM en MotoGP Prime

Brad Binder, un destin de leader pour KTM en MotoGP

Sa première saison en MotoGP a vu Brad Binder se hisser extrêmement haut, mais aussi commettre quelques erreurs de débutant. Décidé à ne se trouver aucune excuse, le Sud-Africain affiche par là précisément le trait de caractère qui explique pourquoi KTM voit en lui l'homme de la situation pour prendre les rênes du programme après Pol Espargaró.

MotoGP
14 janv. 2021
Pourquoi Suzuki doit choisir le successeur de Brivio en interne Prime

Pourquoi Suzuki doit choisir le successeur de Brivio en interne

Le départ de Davide Brivio de Suzuki confronte la marque japonaise à un dilemme : recruter un nouveau directeur d'équipe ou confier le poste à une personne capable de maintenir la philosophie actuelle.

MotoGP
11 janv. 2021
Les dix moments décisifs pour le titre MotoGP 2020 Prime

Les dix moments décisifs pour le titre MotoGP 2020

Titré six fois en sept saisons, vainqueur de 43% des courses dont il a pris le départ en MotoGP, Marc Márquez aura été le grand absent de cette saison 2020, ouvrant un boulevard aux prétendants à sa succession dès la première manche. Condensé en quatre mois, le championnat ne s'est toutefois pas arrêté à ce premier coup de théâtre...

MotoGP
27 déc. 2020
L'Autriche 2019, "la dernière grosse émotion" de Dovizioso avec Ducati Prime

L'Autriche 2019, "la dernière grosse émotion" de Dovizioso avec Ducati

Arracher la victoire à Marc Márquez dans une course où il jugeait l'Espagnol favori aura été une émotion incomparable pour Andrea Dovizioso, sans doute son meilleur souvenir avec Ducati.

MotoGP
26 déc. 2020
L'erreur de Márquez qui a véritablement causé sa longue convalescence Prime

L'erreur de Márquez qui a véritablement causé sa longue convalescence

Que Marc Márquez décide ou pas de subir une troisième opération pour soigner son bras droit, sa tentative de reprendre la piste à Jerez – quatre jours après la première intervention – restera l'une des pires décisions de l'histoire du MotoGP. Le pilote espagnol pourrait encore en payer les conséquences en 2021.

MotoGP
27 nov. 2020