MotoGP
17 juil.
Événement terminé
24 juil.
Événement terminé
C
GP de Styrie
21 août
Prochain événement dans
8 jours
10 sept.
Prochain événement dans
28 jours
C
GP d'Émilie-Romagne
18 sept.
Prochain événement dans
36 jours
25 sept.
Prochain événement dans
43 jours
09 oct.
Prochain événement dans
57 jours
16 oct.
Prochain événement dans
64 jours
C
GP du Teruel
23 oct.
Prochain événement dans
71 jours
C
GP d'Europe
06 nov.
Prochain événement dans
85 jours
13 nov.
Prochain événement dans
92 jours
20 nov.
Prochain événement dans
99 jours

Quartararo découvre la Yamaha 2020 : "En un jour j'ai identifié le positif"

partages
commentaires
Quartararo découvre la Yamaha 2020 : "En un jour j'ai identifié le positif"
Par :
8 févr. 2020 à 13:06

Le pilote français attendait avec impatience de pouvoir enfourcher la nouvelle Yamaha, et c'est chose faite. Cerise sur le gâteau, il a signé avec cette M1 cuvée 2020 le meilleur temps du jour.

Fabio Quartararo a enfin pu prendre en main aujourd'hui la nouvelle Yamaha, qui le faisait saliver depuis si longtemps. Mis sur un pied d'égalité avec les pilotes de l'équipe officielle cette année, le jeune Français a dû attendre son tour cependant il bénéficie désormais de la même machine qu'eux. Et pour son premier roulage, il n'a pas fait les choses à moitié, se montrant à la fois le plus actif du jour avec 72 tours et le plus rapide.

Passé son premier run de découverte, ce matin, le pilote Petronas a systématiquement été chronométré en 1'59 à chacune de ses apparitions en piste, puis il s'est offert une entrée dans les 1'58 en fin de journée. De quoi le propulser au sommet de la hiérarchie, où il se trouvait déjà hier mais avec la moto de 2019.

Lire aussi :

Titiller le chrono n'était toutefois pas dans les plans du jour, à en croire Wilco Zeelenberg. "Ce matin, il était évidemment très désireux d’essayer [la moto 2020] et il a été surpris, mais les circonstances n’étaient pas excellentes. Nous l’avons envoyé en piste avec un train de pneus usés, juste pour avoir un ressenti de la nouvelle moto", relate le team manager au site officiel du MotoGP. "En fait, ça l’a un petit peu surpris parce que quand vous sortez vous voulez du grip, vous voulez de la puissance, vous voulez tout, mais nous l’avons envoyé en piste avec des vieux pneus donc il était un peu… [il fait le bruit de quelqu’un de bougon]."

Et Zeelenberg précisait même à la mi-journée que la chasse au chrono n'était vraiment pas prévue pour aujourd'hui : "Il faut s’habituer aux bonnes circonstances pour faire du time attack. Fondamentalement il n’en a pas fait, car il ne connaît pas suffisamment bien la moto pour le faire. Et nous essayons également d'attendre avant cela." Il faut croire que Fabio Quartararo est donc un impatient, mais aussi que les circonstances ont finalement été réunies pour qu'il se lance dans l'exercice dans la dernière heure de ces essais. Car en cette fin de journée le pilote explique très simplement son chrono : "C'est le soft à l'arrière. Hier j'ai fait mon temps avec le medium, là j'ai fait le temps avec le soft. Les conditions étaient bien. Je pense que c'est pour ça qu'on a amélioré les chronos."

Une vitesse de pointe encore à améliorer

Au-delà de sa position dans le classement du jour, ce qui importe donc au jeune pilote c'est de réaliser avec minutie le travail de fond incontournable dans cette découverte de sa nouvelle moto. "Ce n'est que notre première journée sur la moto, alors que l'équipe officielle l'a déjà testée à Brno, Misano et lors des deux tests de la fin de saison", souligne-t-il. "Je suis en tout cas très content du travail de l'équipe parce qu'on a fait énormément de changements en quelques tours − enfin, j'en ai fait 72, ça n'est pas mal ! En tout cas, je suis très content de me sentir déjà bien sur la moto. Il faut encore qu'on améliore beaucoup de choses parce qu'il est difficile de faire en sorte qu'une nouvelle moto soit vraiment bien en un jour. Je suis très content du travail que l'on a fait et j'espère encore progresser demain."

"J'ai fait beaucoup de tours en 1'59 avec des pneus très usés, ce qui est vraiment positif. Il faut encore améliorer un peu le rythme parce que je ne me sens pas à 100% à l'aise. On sait que sur une nouvelle moto il y a du positif et des points sur lesquels on est plus en difficulté que l'année dernière. Pour le moment, en un jour, j'ai déjà identifié le positif. Avec les réglages que l'on va changer, [les travail sur] l'électronique, on espère trouver plus de points positifs demain."

Lire aussi:

"La vitesse de pointe ne s'est pas améliorée tant que ça", souligne Fabio Quartararo, qui sait que rendre la moto à son goût au fur et à mesure qu'il va la régler l'aidera à y voir plus clair. "Normalement, le plus gros changement devait être la vitesse de pointe, mais je n'ai pas fait beaucoup de kilomètres avec la moto, alors il faut que j'en fasse plus, puis que je fasse le test du Qatar, et alors je pourrai faire de meilleurs commentaires. On voit que le potentiel est là, c'est sûr, car pour ma première journée j'ai fait un très bon temps."

Ce travail, essentiel, a déjà été massivement entamé aujourd'hui, au point de lui faire dire que le changement de sensations par rapport à la moto de 2019 n'est à ce stade "pas énorme". Il précise : "Mais on a changé pas mal de choses. Au début il y avait une différence énorme en termes de distribution de puissance, de puissance, de comportement de la moto. Franchement, je pensais qu'on allait se perdre parce qu'on a fait tellement de changements ! Mais à la fin tout allait bien."

Avec Fabien Gaillard

Fabio Quartararo, Petronas Yamaha SRT
Lorenzo est attendu en piste dimanche

Article précédent

Lorenzo est attendu en piste dimanche

Article suivant

Zarco : Avec la Ducati, "on dirait que je change tout"

Zarco : Avec la Ducati, "on dirait que je change tout"
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Événement Test de Sepang
Catégorie Samedi
Lieu Sepang International Circuit
Pilotes Fabio Quartararo
Équipes SIC Racing Team
Auteur Léna Buffa