Réactions
MotoGP GP des Amériques

Quartararo en délicatesse : "Plus difficile que ce qu'on attendait"

Les pilotes Yamaha ont beaucoup souffert en courbe vendredi au GP des Amériques. Fabio Quartararo peine à comprendre pourquoi il ne fait pas mieux que l'an dernier avec une moto qui a pourtant progressé dans l'aérodynamique.

Fabio Quartararo, Yamaha Factory Racing

Les marques japonaise ont une nouvelle fois été distancées par leurs rivales européennes vendredi à Austin, en réalisant un tir groupé aux six dernières places. Maigre consolation pour Yamaha : ses deux pilotes ont eu l'avantage sur les quatre représentants de Honda, avec Fabio Quartararo 17e et 0"036 devant son coéquipier Álex Rins, vainqueur avec la machine rivale il y a un.

Tout au long de la journée, le Niçois a éprouvé de grandes difficultés à exploiter sa moto en courbe. "C'est plus difficile que ce qu'on attendait", a reconnu Quartararo. "On a essayé beaucoup de choses pour essayer de trouver plus de turning depuis [vendredi] matin mais on ne les a pas vraiment trouvées. Je m'attendais à ce que le chrono soit un peu meilleur et à ne pas être si loin. On verra demain, j'espère que l'on pourra trouver de petites choses pour améliorer ces sensations."

Pour Quartararo, la vitesse est "un point très positif" mais les difficultés en courbe avec une machine qui a pourtant progressé au niveau de l'aérodynamique restent un mystère : "Je pense que l'on a pu jouer un peu plus avec la puissance [vendredi], surtout dans les virages lents, on a un peu plus de soutien aérodynamique."

"Mais on ne sait pas pourquoi on n'est pas plus rapides que l'an dernier, c'est le plus important parce qu'on a amélioré l'aéro avec de nouvelles pièces, mais en arrivant dans le virage, il y a un moment où on a moins d'angle, on tourne moins, donc on a fait deux pas en avant et on est revenus au même niveau."

Au cours de la première séance, Quartararo a également dû composer avec de fortes secousses, selon lui moins perturbantes sur sa machine que ce que l'on pourrait croire avec un regard extérieur : "C'est assez bizarre d'avoir ces mouvements. La moto ne bouge pas trop quand on est sur la moto, mais sur les images ça parait dix fois [amplifié]. Cela ne m'a pas fait peur."

Alex Rins, Yamaha Factory Racing

Álex Rins

Photo de: Gold and Goose / Motorsport Images

De l'autre côté du garage, Álex Rins confiait en début de week-end avoir le "rêve" de reproduire sa performance de l'an dernier, quand il s'était imposé pour sa troisième course sur une moto japonaise en difficulté, alors la Honda. Mais vendredi, il a rencontré des problèmes similaires à ceux de Quartararo, en devant composant avec une M1 peu maniable en courbe.

"On travaille assez dur", a déclaré l'Espagnol. "Cette fois, c'était assez difficile de trouver un moyen d'être rapide en EL1. J'ai beaucoup de mal dans les changements de direction, je trouve la moto super lourde. Ce n'est pas nouveau, cela ne vient pas d'aujourd'hui, ça fait déjà quelques courses. Sur les gros freinages, c'est assez dur de ralentir la moto. Il semble qu'on n'arrive pas à beaucoup réduire la vitesse quand la moto est droite mais on travaille pour trouver une solution. On verra."

"C'était une bonne journée en termes de tours, pour essayer de trouver des choses sur la moto. Maintenant, on doit faire des analyses et retenir le meilleur package pour les qualifications et le sprint."

Lire aussi :

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article
Article précédent Aprilia et Quartararo : des contacts mais "pas du tout" d'offre
Article suivant Bagnaia : "Le meilleur vendredi depuis longtemps"

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France