Quartararo pas encore "à 100% à l'aise" avec la nouvelle Yamaha

Bien qu'auteur du meilleur temps sur chacune des trois journées d'essais à Sepang, le Français sait qu'il a des choses à améliorer pour se sentir plus à l'aise et plus performant sur la durée avec la Yamaha 2020.

Quartararo pas encore "à 100% à l'aise" avec la nouvelle Yamaha

Fabio Quartararo aura donc dominé chacune des trois journées d'essais officiels de ce début d'année, et notamment les deux qu'il a réalisées au guidon de la Yamaha 2020. Auteur ce matin de deux tours en 1'58, dont le meilleur du jour en 1'58"349, il a ensuite porté son attention sur sa performance sur la durée, celle qu'il veut absolument améliorer cette année. Un premier "long run" de 12 tours au guidon d'une machine qu'il connaît encore peu lui a laissé un sentiment mitigé, et il se dit bien conscient que le dernier test sera crucial pour affiner sa préparation.

Lire aussi :

"Cela a été une journée difficile pour nous. Ça n'a pas été facile de trouver le rythme. J'ai fait un bon temps ce matin, mais il faut qu'on travaille bien, on cherche encore de meilleures solutions", commente le pilote français auprès du site officiel du MotoGP. "Mon objectif a un peu changé, il ne s'agit pas de toujours essayer d'être premier en essais libres, mais d'essayer de plus travailler sur le rythme. OK, pendant ce test j'ai été premier, mais il faut qu'on travaille plus sur le rythme parce qu'il nous manque quelque chose dans ce domaine."

C'est dans cette optique qu'aujourd'hui, au-delà de la performance qu'il a pu réaliser sur le tour lancé, Quartararo a tenté une demi-simulation de course afin d'évaluer son potentiel avec sa nouvelle machine. Il en juge le résultat plutôt satisfaisant, en considérant qu'il lui faut encore affiner ses réglages et que les conditions étaient loin d'être favorables lorsqu'il s'est élancé, peu après 13h.

"Globalement, je suis très content parce que j'ai fait mon long run de 12 tours dans les conditions les plus chaudes et quand il n'y avait personne en piste, ce n'étaient donc pas les meilleures [conditions]", souligne-t-il, alors qu'il a bouclé notamment dix de ces tours dans une fourchette allant de 1'59"6 à 2'00"1. "Mon rythme sur la durée n'a pas été mauvais. Comme je l'ai dit, il y avait 55°C au sol, personne ne roulait, c'était donc la plus mauvaise piste qu'on a eue."

"J'ai fait 12 tours, et tous ont été plus rapides que mon meilleur temps de la course. Je pense donc que les pneus sont plus réguliers que ceux de l'année dernière. Ceci dit, on est à une période de l'année différente, mais le rythme est très bon quand même", poursuit-il. "Je suis très content de mon rythme d'aujourd'hui, mais j'ai bien sûr besoin de faire plus de kilomètres. C'est le premier long run que je fais avec cette moto et il faut encore travailler sur l'électronique. Ce n'est vraiment pas facile, mais on a encore un autre test avant la course."

S'il n'a pas eu l'opportunité de découvrir le prototype de cette machine l'an dernier, alors que les pilotes de l'équipe officielle ont disposé de plusieurs séances de travail, Fabio Quartararo a tenté de se rattraper en bouclant 129 tours sur ces deux derniers jours. Une expérience essentielle, qui lui permet de connaître un peu mieux son bolide, cependant il se montre avide d'en faire toujours plus pour se présenter sur le premier Grand Prix en étant aussi prêt que possible.

 

"Bien sûr, [je la connais] un peu plus car j'ai fait plus de kilomètres, j'ai fait le time attack ce matin, j'ai fait une sorte de long run, mais je ne me sens pas à 100% à l'aise avec la moto. Il faut donc travailler, comprendre pourquoi, vérifier aussi les données avec celles des officiels", explique-t-il, décrivant pour le moment une pointe d'insatisfaction assez générale : "Il n'y a pas vraiment un problème, mais un peu de tout : la zone de freinage, l'électronique, la traction, le grip. C'est un peu de tout."

Le jeune pilote français est désormais bien décidé à capitaliser sur les enseignements de ces deux jours pour apporter à sa machine des modifications qui amélioreront notamment sa vitesse de pointe lorsqu'il retrouvera la piste, dans deux semaines, pour le test de Losail, celle-ci ayant été inférieure à celle qu'il avait affiché lors du Grand Prix d'octobre et encore plus faible de 3,9 km/h par rapport à la meilleure Yamaha aujourd'hui. "La vitesse, en comparaison aussi des autres Yamaha, n'est pas la meilleure, mais on travaille très bien et au Qatar on va clairement progresser", promet-il. "On verra au Qatar, mais je suis très content pour ce premier test de l'année avec la moto de 2020."

partages
commentaires
Test Sepang, J3 - Trois sur trois pour Quartararo

Article précédent

Test Sepang, J3 - Trois sur trois pour Quartararo

Article suivant

Dall'Igna satisfait par Zarco : "Je ne m'attendais à rien de plus"

Dall'Igna satisfait par Zarco : "Je ne m'attendais à rien de plus"
Charger les commentaires
Le gentil géant qui manquera au MotoGP Prime

Le gentil géant qui manquera au MotoGP

Imaginer le MotoGP sans Danilo Petrucci, c'est envisager de perdre l'un des rares pilotes qui aient pu battre Marc Márquez au sommet de son art et un garçon aussi attachant que combattif.

MotoGP
26 juil. 2021
Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné Prime

Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné

Joan Mir croit en ses chances de conserver son titre en MotoGP, malgré une première moitié de saison en dessous de ses attentes. Motorsport.com a pu échanger avec le pilote Suzuki sur ses chances au championnat, le départ de Davide Brivio et la célébrité apportée par son sacre mondial en 2020.

MotoGP
23 juil. 2021
Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès Prime

Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès

À la peine dans les dernières de la saison 2020, Fabio Quartararo a retrouvé le sommet et domine le championnat à mi-parcours. Motorsport.com s'est entretenu avec le Niçois pour évoquer sa nouvelle approche, sa progression et son arrivée dans l'équipe Yamaha factory, mais aussi les grandes difficultés de son coéquipier.

MotoGP
15 juil. 2021
Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi Prime

Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi

En sa qualité de patron d'équipe, Valentino Rossi va entrer de façon imminente dans une nouvelle ère dans sa carrière, et celle-ci aura une influence considérable sur un certain nombre de pilotes et d'équipes du championnat. Mais c'est précisément chez Yamaha que se fera sentir l'un des plus gros impacts car la marque joue un rôle central dans cet épisode et pourrait en conséquence perdre ses liens avec le Docteur.

MotoGP
23 juin 2021
Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité ! Prime

Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité !

Prendre le sillage d'un rival pour gagner en performance... ou être celui qui est accroché et donne, de son plein gré ou non, un avantage à un concurrent. Le sujet n'a pas pas fini de faire parler, mais crée en tout cas des dynamiques intéressantes entre les pilotes du plateau MotoGP.

MotoGP
10 juin 2021
Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ? Prime

Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ?

Aveu d'échec mais coup de pouce possiblement bienvenu : l'éligibilité à des concessions en MotoGP peut être vue de plusieurs manières, comme en témoignent les réactions de Marc Márquez et Pol Espargaró à cette évocation...

MotoGP
6 juin 2021
Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre" Prime

Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre"

Toujours aussi passionné, mais aussi ancré dans la réalité, l'ancien pilote Lucio Cecchinello partage avec nous son regard sur les effets de la crise actuelle en MotoGP et la manière dont le championnat devrait selon lui évoluer.

MotoGP
28 mai 2021
Hervé Poncharal, taille patron Prime

Hervé Poncharal, taille patron

Patron du team Tech3 et président de l'IRTA, Hervé Poncharal est une figure incontournable du MotoGP. Aussi impliqué dans le sauvetage du championnat face à la crise sanitaire que touché par l'évolution de la planète, le Français a partagé avec nous son regard sur le monde.

MotoGP
26 mai 2021