Quartararo : "On apprend plus dans les moments difficiles"

Bien qu'auteur de ses trois premières victoires en MotoGP, Fabio Quartararo veut retenir de 2020 l'expérience acquise dans les bons mais aussi dans les mauvais moments, plus que les performances réalisées.

Quartararo : "On apprend plus dans les moments difficiles"
Charger le lecteur audio

C'est en arborant déjà les couleurs de son équipe 2021 que Fabio Quartararo a participé en fin de semaine dernière à une conférence à distance organisée par le Grand Prix de France, durant laquelle il a pu dresser le bilan de la saison écoulée avec les autres acteurs français du MotoGP. Une tenue qui traduisait on ne peut mieux la volonté du pilote tricolore de se tourner vers l'avenir sans s'appesantir plus que de raison sur les déceptions de 2020, qu'il affronte pourtant avec franchise.

"Une saison assez spéciale", a décrit le jeune Niçois en se remémorant ces quatre mois de compétition, entamés par son entrée fracassante dans l'Histoire. "Je m'attendais à me battre pour des victoires, mais remporter d'un coup les deux premiers Grands Prix comme ça, je ne m'y attendais pas du tout, et surtout que j'ai gagné avec une avance assez énorme. C'était quand même exceptionnel de pouvoir gagner dès la première course, puis à la deuxième."

"Après, on a eu pas mal de hauts et de bas mais je peux être satisfait de ma saison : trois victoires dans ma deuxième année MotoGP, c'est quand même exceptionnel", veut retenir Quartararo après ses 33 premiers départs dans la catégorie reine, et ce malgré la baisse de performance qui, après ces succès initiaux, ne lui a pas permis de se maintenir au sommet du championnat. "On a eu quelques problèmes techniques avec Yamaha. L'année dernière, tout s'était très bien passé, sur les 19 courses on n'avait eu aucun problème, et là malheureusement c'était tout le contraire", regrette-t-il.

Lire aussi :

Loin du Fabio Quartararo fébrile qui égrenait les critiques envers sa machine lors des dernières semaines du championnat, c'est en se montrant pleinement conscient de ses propres manquements que le pilote de 21 ans boucle cette année, signe d'une base saine pour mieux se relancer en 2021.

"Je pense qu'on avait des problèmes techniques, mais aussi [des problèmes] dans ma tête, je n'étais pas prêt. Un manque d'expérience", analyse-t-il, alors qu'il a finalement dégringolé à la huitième place du championnat. "J'aurais pu faire de meilleurs résultats mais il y a eu pas mal de chutes. Sur des courses comme celle de Valence, où l'on aurait dû terminer dixième ou neuvième, il fallait prendre ces points pour essayer de se battre pour une meilleure position au championnat."

"Quand ça n'allait pas avec la moto, je parlais pour parler"

Dans ce qui lui a fait défaut, le pilote Yamaha sait qu'il doit apprendre à mieux canaliser ses émotions, et notamment les mauvaises afin d'apporter à son équipe technique des commentaires constructifs et d'appuyer leurs efforts de progression. C'est la raison pour laquelle il fait cet hiver appel à un psychologue, comme ce fut déjà le cas dans d'autres moments difficiles qu'il a pu connaître au cours de sa carrière, notamment en Moto2 ou après son premier Grand Prix MotoGP l'an dernier.

"Ça m'avait énormément aidé sur le plan des émotions", se souvient-il. "Je suis une personne qui les montre un petit peu trop, qui les ressent un petit peu trop, donc un de mes objectifs clairs pour 2021 c'est d'avoir moins d'émotions, que ce soit les bonnes ou les mauvaises, pour être plus concentré et surtout pour apporter des commentaires plus précis à mon ingénieur et à mon chef mécano. À certains moments, quand ça n'allait pas avec la moto, je m'énervais trop et je parlais pour parler, mais malheureusement je ne parlais pas de la bonne façon. Je pense que ce sera super important pour l'année prochain et c'est sur ce point-là que j'aimerais vraiment travailler avec mon psychologue."

Si son bilan, honnête, n'élude pas les points négatifs, et notamment les critiques à son encontre, Fabio Quartararo est toutefois convaincu que son statut a "énormément évolué" et qu'il a pris du galon avant de passer en 2021 au rang de pilote officiel Yamaha. "Je pense que dans les moments difficiles on apprend encore plus que dans les bons moments. Après le GP de France et jusqu'à la fin de la saison, j'ai eu énormément de moments difficiles, où je ne comprenais pas exactement ce qui se passait sur la moto. Des questions que je n'aurais pas dû me poser. Mais quand je regarde les courses que j'ai faites, je pense avoir pris énormément d'expérience."

Je pense que ce sera très intéressant de regarder cette saison en tant qu'expérience, et pas pour les performances.

Fabio Quartararo

Le Français espère que les problèmes rencontrés cette année et que la désillusion des dernières courses de la saison, tant pour Yamaha que pour lui, ne resteront pas une expérience inutile. Après s'être battu pour le titre dans un Championnat du monde, ce qu'il n'avait jamais connu dans sa carrière, il pense avoir acquis des connaissances qui lui serviront dans la suite de sa carrière. "Je pense que ce sera très intéressant de regarder cette saison en tant qu'expérience, et pas pour les performances", soulignait-il déjà à l'heure de boucler le championnat.

"C'est la première fois que j'étais leader dans un championnat du monde, je ne l'ai jamais été en Moto3 ou en Moto2. Il y a donc eu pleins de premières choses : première victoire, première fois en tant que leader du championnat… J'ai appris énormément de choses", martèle-t-il, "et je pense aussi que mon statut a évolué. J'ai pris beaucoup d'expérience cette année, ça va énormément me servir pour l'année prochaine et je sais sur quoi je dois travailler. J'ai vraiment hâte d'être en 2021 pour mettre en œuvre tout ce que j'ai appris cette saison."

"Ce qui est quand même très important et dont je me souviendrai toute ma vie, ce sont les trois victoires de cette année, et je pense qu'on sait qu'on a le potentiel pour en gagner encore et pour se battre pour le championnat", retient Fabio Quartararo, décidemment tourné vers l'avenir avec un optimisme qui n'aura pas tardé à reprendre le dessus.

Avec Vincent Lalanne-Sicaud

partages
commentaires

Voir aussi :

Pedrosa et Kallio restent pilotes d'essais de KTM
Article précédent

Pedrosa et Kallio restent pilotes d'essais de KTM

Article suivant

Joan Mir fier de son parcours de gros bosseur

Joan Mir fier de son parcours de gros bosseur
Charger les commentaires
L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022 Prime

L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022

Voir Ducati aligner huit machines sur la grille MotoGP n'est pas un fait inédit, puisque la marque l'a déjà fait entre 2016 et 2018. Mais le niveau de la Desmosedici est impressionnant et l'implication de la firme de Borgo Panigale dans ses alliances bien plus importante qu'elle le fut par le passé, or cela pourrait avoir pour effet de déséquilibrer la catégorie reine.

MotoGP
16 janv. 2022
Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis Prime

Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis

Avec le départ de Valentino Rossi, le MotoGP perd sa plus grande star et l'Italie son meilleur représentant en course depuis les années 1980. Le Docteur lui-même a toutefois préparé sa relève et formé ceux qu'il espère voir lui succéder.

MotoGP
2 janv. 2022
Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez Prime

Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez

Précoce quand il dominait tous les championnats espagnols, Fabio Quartararo a été jusqu'à pousser à la mise en place d'un changement de règlement, comme Marc Márquez quelques années plus tôt. Son parcours mondial s'est pourtant révélé compliqué, jusqu'à la révélation une fois arrivé dans la catégorie MotoGP.

MotoGP
27 déc. 2021
Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ? Prime

Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ?

Inlassablement interrogé sur sa retraite depuis des années, Valentino Rossi a-t-il trop attendu, au risque de voir son palmarès se ternir ? On serait plutôt tenté de dire qu'en ayant tout essayé jusqu'au bout, il a choisi de raccrocher au moment qui était le bon pour lui.

MotoGP
16 déc. 2021
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021