Freiner plus tard, prochain défi de Quartararo avec la MotoGP

partages
commentaires
Freiner plus tard, prochain défi de Quartararo avec la MotoGP
Par : Léna Buffa
22 nov. 2018 à 07:00

Petit nouveau de l'élite mondiale, le Français poursuit son apprentissage de sa puissante MotoGP, conscient notamment qu'il va lui falloir maximiser sa performance à l'approche des virages pour se rapprocher dixième après dixième des meilleurs de la catégorie.

Fabio Quartararo a plongé dans le grand bain cette semaine, à l'heure d'effectuer son premier test au guidon d'une MotoGP. Sa découverte de sa Yamaha YZR-M1 s'est déroulée sans accrocs et le jeune Français a peu à peu pris ses marques avec la machine la plus puissante et la plus aboutie qui lui ait été donné de piloter, impressionné comme ses comparses rookies par la puissance du bolide.

Lire aussi :

Vingt-troisième mardi à 2"4 du meilleur temps, Quartararo a grimpé mercredi au 16e rang du classement en portant son retard à 1"3, avec entre les deux jours un gain personnel de 1"759. N'ayant connu aucune chute malgré quelques petites frayeurs, le Niçois se félicite surtout d'avoir réussi à afficher une certaine constance et il a déjà identifié les domaines perfectibles sur lesquels il va désormais pouvoir se concentrer lors de sa prochaine séance.

Quelles sont tes sensations avec la puissance, les freins, l'électronique ?

La puissance de la moto est incroyable. Pour les freins, les références sont plus ou moins les mêmes qu'en Moto2. Vous savez, quand vous arrivez à près de 50 km/h plus vite, vous pensez que les références doivent être 50 mètres plus tôt ! Mais à la fin, la référence était plus ou moins comme en Moto2 et il faut encore que je m'habitue aux freins carbone pour être plus en confiance.

Et quel est ton feeling avec la boîte de vitesses ?

La boite de vitesses est fantastique par rapport au Moto2. Ne pas devoir utiliser l'embrayage est vraiment chouette, notamment pour rétrograder : c'est super cool et vraiment rapide. Ça va vraiment très vite de la seconde à la sixième, et on n'a pas le temps de se reposer en ligne droite, mais j'aime vraiment ça.

Lire aussi :

Sur quoi dois-tu travailler le plus ? L'entrée en virage, la sortie, la vitesse en courbe ?

Le freinage et l'abord du virage. Je pense que je dois entrer plus vite, mais garder la même vitesse en courbe. Je dois mettre plus de pression dans les freins quand je suis sur l'angle et essayer d'éviter le wheelie dans les lignes droites : nous avons de petits problèmes dans la courte ligne droite, entre les virages 6 et 7, et nous allons essayer d'être meilleurs dans cet aspect à Jerez.

En fait, il me manque un peu de vitesse pour arriver en milieu de virage. C'est-à-dire que mon entrée de virage se fait encore un peu trop doucement. Il faut que je freine encore un petit peu plus tard : que j'arrive à la courbe à la même vitesse, que j'aie la même vitesse de passage, mais en ayant freiné un petit peu plus tard.

Fabio Quartararo, Petronas Yamaha SRT

As-tu suivi quelqu'un sur ces deux jours ?

Oui, j'ai suivi Álex Rins pendant deux tours. Il était en pneus usés et moi en neufs donc j'ai pu le suivre deux tours, et j'ai vu que même avec des pneus neufs, j'ai eu plus de wheelie que lui, donc je dois être plus à l'avant de la moto pour en avoir moins.

Tu as passé beaucoup de temps en pneus usés aujourd'hui ?

Pas vraiment. Nous avons commencé avec des pneus neufs, puis nous avons fait presque toute une distance de course avec, donc nous avons roulé avec des neufs comme des usés.

Lire aussi :

Tu es passé d'un écart de 2"4 à 1"3 par rapport au leader. C'est une belle progression !

Oui, c'est sûr que c'est une très belle progression. Ce qui est positif aussi, c'est que je n'ai pas vraiment fait un seul tour. J'ai fait plusieurs tours dans un très bon rythme et c'est l'objectif, et non pas de faire un très bon tour et le deuxième à une demi-seconde. Aujourd'hui, c'est ce que nous avons réussi à faire c'est être réguliers. Et même quand on mettait un pneu neuf, j'améliorais d'une demi-seconde et je réussissais à garder ce rythme ensuite avec les pneus usés, puis en remettant [encore] des pneus neufs, j'améliorais de nouveau d'une demi-seconde. Donc j'ai réussi à garder mon rythme pendant toute la durée du pneu, c'est super bien.

 

On a vu Oliveira se faire une petite frayeur au freinage. Est-ce que tu as eu toi-même des amorces de chute ou des moments chauds ?

Pas vraiment de chute, mais c'est vrai que je me suis fait secouer plusieurs fois à la sortie du virage 1 : j'ai perdu le cale-pied, donc ça m'a un peu secoué. Mais l'objectif est de faire des tours et sur 100 tours que l'on a faits [entre mardi et mercredi], c'est normal de s'être fait une petite frayeur.

Tu as fait plusieurs essais de départ en fin de journée : quel est ton feeling avec l'électronique et le launch control ?

J'ai fait trois départs. Le premier départ, c'était vraiment difficile. Et le deuxième et le troisième, mon équipe m'a dit que ce n'était pas mal et que nous étions à un dixième de faire de vraiment bons départs. Je ne me suis pas senti super bien sur les essais de départ, donc j'attends que ce soit le cas pour en faire de bons.

Avec Guillaume Navarro

Fabio Quartararo, Petronas Yamaha SRT

Article suivant
Zarco : "À un moment donné, ça va payer"

Article précédent

Zarco : "À un moment donné, ça va payer"

Article suivant

Pour Rossi, le rythme de la Yamaha reste trop lent

Pour Rossi, le rythme de la Yamaha reste trop lent
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Événement Test Valence
Catégorie Mercredi
Lieu Valencia
Pilotes Fabio Quartararo
Auteur Léna Buffa