Quartararo : Si je ne prends pas de gros risques, c'est fini pour le titre

Déconfit après deux journées particulièrement difficiles à Valence, Fabio Quartararo aborde la course avec le sentiment de devoir prendre beaucoup de risques pour rester en lice pour le titre.

Quartararo : Si je ne prends pas de gros risques, c'est fini pour le titre

L'expression corporelle de Fabio Quartararo en dit long, ce week-end, sur les grandes difficultés qu'il rencontre à chaque nouveau roulage sur la piste tantôt humide tantôt vraiment mouillée de Valence. Vendredi, déjà, il avait bouclé la séance disputée en pneus rainurés à la dernière place, avec un verdict sans appel : "Je n'ai aucune sensation". Vingt-quatre heures plus tard, il n'y a visiblement aucune amélioration à en juger par le masque qu'affiche le pilote français et des résultats qui le déconcertent : 19e en EL3, 18e en EL4 et avant-dernier de la Q2, ce qui lui vaudra la 11e place sur la grille de départ dimanche.

En s'adressant à la presse à l'issue de cette journée, celui qui occupe actuellement la deuxième place du championnat à 14 points du leader n'a pas caché que cette 12e course sur les 14 prévues cette saison se présente pour lui comme l'opportunité ultime de relancer ses chances de titre. Ce sera tout ou rien dimanche, alors que l'on annonce une journée sèche, peut-être sa seule raison d'espérer avoir son mot à dire sur ce Grand Prix d'Europe.

Lire aussi :

Quelles ont été tes sensations durant cette deuxième journée ?

Mes sensations sont très mauvaises. J'ai zéro feeling sur la moto. Par rapport aux autres pilotes, les deux premiers tours sur les pneus ne sont pas si mauvais, mais ensuite ils gagnent tous deux secondes ou deux secondes et demie, alors que je suis bloqué et je n'arrive pas à progresser. Il est vraiment difficile de comprendre pourquoi je suis si lent. Je suis très déçu, parce que l'année dernière les sensations avec la moto étaient géniales alors qu'hier et aujourd'hui c'était vraiment mauvais.

La moto de cette année est totalement différente de celle de l'année dernière. Je ne l'ai jamais vraiment sentie mienne.

Fabio Quartararo

Dans quelle mesure la moto de cette année est-elle plus nerveuse que celle de l'année dernière ?

Elle l'est à bien des égards. Pour moi, la moto de cette année est totalement différente de celle de l'année dernière et je ne l'ai jamais vraiment sentie mienne. Même si on a fait de super courses, je n'ai jamais eu d'aussi bonnes sensations que l'année dernière. Il faut qu'on voie pourquoi. On s'y penche depuis le premier moment, bien sûr, mais il manque quelque chose qui fait que je ne me sens pas à l'aise.

Tu t'es fait des chaleurs hier et aujourd'hui. Est-ce une question de traction ou bien de sensations en général ? Et as-tu essayé d'adopter une position différente sur la moto ?

En tant que pilote, je pense avoir tout tenté sur la moto : freiner différemment, incliner la moto différemment, utiliser les freins différemment, et les sensations sont toujours les mêmes, celles de tout le temps perdre l'avant et l'arrière. J'ai l'impression d'être tout le temps en train de glisser et que la moto se dérobe tout le temps. Pour moi, c'est très difficile de comprendre pourquoi, parce que l'année dernière, à chaque séance que l'on a eue sur le mouillé, j'étais dans le top 10 alors que cette année je suis tout le temps parmi les cinq derniers. J'ai vraiment du mal à comprendre pourquoi et je suis très frustré. Je sais que je ne suis pas un très bon pilote sur le mouillé, mais je ne suis pas un désastre à ce point !

Je sais que je ne suis pas un très bon pilote sur le mouillé, mais je ne suis pas un désastre à ce point ! C'est comme si c'était la première fois que je roulais sur le mouillé.

Fabio Quartararo

Je n'ai aucune confiance ! L'année dernière, je me souviens qu'il y a plusieurs séances où j'avais été vraiment impressionné par la manière dont j'arrivais à gérer les pneus et dont je menais la moto, alors que cette année je n'ai plus rien, c'est comme si c'était la première fois que je pilotais la moto et que je roulais sur le mouillé. Tout bouge. Ça n'est pas juste que je manque de confiance et de sensations, c'est qu'à chaque fois que je pousse plus, je manque de tomber. C'est donc étrange.

Je me souviens que l'année dernière Maverick [Viñales] était premier en EL1 en Australie et qu'on était tous dans le top 10 [sur piste mouillée]. Maintenant, on n'est plus si rapides, et en ce qui me concerne je dirais que je suis lent. Mais j'essaye de faire de mon mieux, on est dans l'un des moments les plus importants pour moi et je pousse à la limite, mais à chaque fois il se passe quelque chose.

La quantité d'eau en piste a-t-elle son importance ?

Il semble que plus il y a d'eau en piste et mieux je me sens. Ça ne fait pas une grande différence, mais je me sens mieux. Alors que quand ça se met à sécher, en deux tours le pneu semble détruit. En qualifs, au bout de trois tours les pneus semblaient en avoir fait 100. Normalement on part avec un chrono et à chaque tour on l'améliore. Là, non. Au bout de deux tours c'est fini.

Fabio Quartararo, Petronas Yamaha SRT

La course de demain s'annonce-t-elle comme la plus importante de la saison au sens où un mauvais résultat signifierait que le titre deviendrait très dur à décrocher ?

Franchement, vu la position dans laquelle je suis pour demain, je n'ai vraiment rien à perdre. Mon objectif est de gagner le titre et si je ne prends pas de gros risques demain ce sera fini. Mon état d'esprit maintenant est que si j'ai besoin d'être vraiment très agressif demain, je le serai, et si je tombe ce sera pour une bonne raison. Je veux donc juste essayer de finir à la meilleure place possible, et aussi de faire un très bon warm-up, qui sera très important.

Si j'ai besoin d'être vraiment très agressif demain, je le serai, et si je tombe ce sera pour une bonne raison.

Fabio Quartararo

D'une manière générale, penses-tu qu'avec cette moto, et au vu des sensations que tu as eues sur les récentes courses, tu es assez fort pour te battre pour le championnat ?

Je suis assez fort, parce que quand tout est sous contrôle je suis rapide. On est beaucoup plus en difficulté que l'année dernière, mais je suis assez fort pour me battre pour le championnat. Si je n'étais pas fort, je n'aurais pas gagné trois courses cette année ni fait d'autres bonnes courses.

Que te dit ton équipe en entendant ce feedback de ta part ?

On cherche à voir ce que les autres Yamaha font différemment de moi. J'ai essayé de faire exactement la même chose en EL4 et c'était un tout petit peu mieux, mais je n'ai malgré tout aucune sensation et j'ai l'impression d'être tout le temps sur le point de tomber, que ça bouge tout le temps. Pour moi, c'est comme si c'était la première fois que je roulais sur le mouillé, comme si je ne savais pas ce qui allait arriver, parce que dès que je pousse un peu plus je perds l'avant et l'arrière, la moto se dérobe beaucoup.

Demain, ça semble devoir être sec alors je suis super concentré là-dessus. Je vais essayer de faire de premiers tours vraiment agressifs et ensuite on verra. Mais je suis vraiment dans un état d'esprit où je n'ai rien à perdre. Bien sûr, on a toujours un peu de pression mais c'est maintenant la course qui va décider à quelle position je vais finir le championnat alors je me concentre vraiment là-dessus.

partages
commentaires
Transferts MotoGP : qui pilotera où en 2021 ?
Article précédent

Transferts MotoGP : qui pilotera où en 2021 ?

Article suivant

Rossi de retour après le Covid : "Le MotoGP m'a beaucoup manqué"

Rossi de retour après le Covid : "Le MotoGP m'a beaucoup manqué"
Charger les commentaires
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021
Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda Prime

Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda

Il fut un temps où Honda était la destination toute tracée des jeunes talents de la moto mais deux de ses rivaux, KTM et, dans une moindre mesure, Ducati, ont pris le contrôle de ce marché. Cette évolution aura-t-elle des conséquences sur l'avenir du MotoGP ?

MotoGP
16 oct. 2021
Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage Prime

Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage

Marc Márquez a profondément fait évoluer son pilotage pour retrouver la victoire après sa blessure. Celui qui a dominé la dernière décennie du MotoGP devra peut-être le faire à nouveau s'il veut redevenir un prétendant au titre, la marge de progrès dans sa condition physique se réduisant.

MotoGP
7 oct. 2021
Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ? Prime

Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ?

Le retour du MotoGP en Amérique pour la première fois depuis 2019 ne se passe pas aussi bien que prévu, les pilotes s'inquiétant de la sécurité à l'issue des essais du vendredi.

MotoGP
2 oct. 2021
Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ? Prime

Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ?

L'attention portée par Ducati à ses équipes satellites, couplée aux efforts fournis par Andrea Dovizioso pour améliorer la capacité des dernières versions de la Desmosedici à prendre les virages, permettent à la marque italienne de disposer aujourd'hui de la moto la plus polyvalente du championnat, une moto que l'on a vue sur le podium avec cinq pilotes différents cette année.

MotoGP
27 sept. 2021