Guéri du COVID-19 et mentalement apaisé, Quartararo est prêt

Physiquement amoindri par le COVID-19 au mois de décembre, Fabio Quartararo est aujourd'hui en forme, mais aussi reboosté mentalement après les déceptions de la saison passée.

Guéri du COVID-19 et mentalement apaisé, Quartararo est prêt

Fabio Quartararo a révélé il y a quelques jours avoir contracté le COVID-19 pendant la coupure hivernale et avoir été suffisamment touché pour perdre en condition physique. Désormais requinqué, il en a dit plus sur la manière dont le virus l'a frappé, "une semaine après Portimão", concédant qu'il a été infecté en ayant quelque peu baissé la garde après des mois passés à suivre un protocole très contraignant pendant le championnat.

"Entre Jerez et Portimão, ça avait été très strict. Je passais mon temps à la maison, avec Tom [son assistant] ou de très petits groupes de ma famille, et après Portimão on n'avait plus les mêmes réflexes", admet le pilote Yamaha. "On ne se lavait plus les mains autant qu'on le faisait pendant le championnat, on enlevait un peu trop le masque... Et j'ai attrapé le COVID-19."

"J'ai fait une forme assez dure et il m'a fallu au moins un mois pour revenir à 100%, j'étais donc un peu inquiet. Finalement, je suis content, parce que j'ai atteint un très bon niveau et je me sens très bien. Je suis content d'être revenu à une condition physique de 100%", se félicite Quartararo, soulagé d'avoir été touché durant la période la plus creuse de l'année, si bien que sa préparation physique n'en a pas été perturbée.

Lire aussi :

"J'ai attrapé le COVID-19 fin novembre, début décembre. C'était un moment où l'entraînement était un peu light, car la préparation physique à bloc commence mi-décembre, jusque début mars. C'est sûr que j'ai perdu un petit peu de condition physique pendant un mois, mais je l'ai récupérée et ça n'a pas vraiment changé", ajoute-t-il.

L'aide d'un psychologue pour se recentrer

Sa préparation mentale, quant à elle, représentait une part importante du travail hivernal pour Fabio Quartararo, qui n'avait pas caché son intention de refaire des séances chez un psychologue après avoir accusé le coup la saison dernière. Alors que le championnat lui a échappé de façon étonnante quand il n'a pas pu empêcher une dégringolade de la première à la huitième place du championnat en cinq manches, il admet que "[son] manque d'expérience [l'a] déstabilisé".

"Ça ne me dérange pas du tout de dire que je suis allé chez un psychologue, parce que je sais le bien qu'il m'a apporté dans le passé et je pense qu'il peut encore m'apporter des choses. C'est pour ça que j'ai décidé d'y retourner", explique le Niçois, qui a déjà fait appel à ce type d'aide lorsqu'il courait en Moto2 ou après un premier Grand Prix MotoGP qui l'avait "mis KO".

Fabio Quartararo, Yamaha Factory Racing

En quoi cela l'a-t-il aidé cet hiver ? "Avant toute chose, à rester calme", répond d'emblée le Français, qui explique avoir notamment voulu se détacher de "tous ceux qui pensent [qu'il n'est] pas bien entouré".

"Par exemple, l'année dernière j'ai beaucoup entendu dire : 'Ah, Fabio n'a pas de coach de pilotage', 'Fabio n'est pas entouré par les bonnes personnes'… Ça n'est pas que ça m'affecte, mais [j'ai besoin] de me concentrer pour tout oublier, oublier tout ce que les gens disent, car je sais que j'ai les bonnes personnes autour de moi", explique-t-il.

Avoir un analyste de performance qui se dédierait à lui sur les Grands Prix, très peu pour lui... "Je n'ai pas besoin d'un coach de pilotage. Je veux que le groupe reste aussi restreint que possible, et avec toute la télémétrie on peut voir exactement où l'on perd", pointe-t-il. "Franchement, je ne veux pas avoir quelqu'un en qui je n'ai pas confiance à 100%. Si je trouve quelqu'un dont je sens vraiment qu'il peut m'aider, alors je le prendrai comme coach, mais pour le moment il n'y a personne que je voudrais absolument. Je ne veux pas prendre quelqu'un juste pour dire que j'en ai un. Je pense que c'est inutile de dire qu'on en a un si, sur dix choses qu'il vous dit, il se trompe huit fois. Tant que je n'ai pas trouvé la bonne personne je n'aurai pas de coach de pilotage."

Soit. Mais aussi sûr de lui puisse-t-il être, Fabio Quartararo semblait malgré tout avoir besoin de l'aide de son psychologue pour réussir à oublier ces commentaires qu'il a pu entendre. "Je pense que le psychologue m'aide à me concentrer juste sur moi-même et à ne pas perdre mon temps à écouter les gens dire des choses qui, à mon avis, ne sont pas vraies. Je ne veux pas y donner de l'importance", admet-il.

Lire aussi :

"Je pense qu'il m'aide à suivre une voie", ajoute également le Français. "Par exemple, l'année dernière, quand la moto ne fonctionnait pas très bien, je voulais piloter, aider l'équipe à la régler, trouver des idées pour voir si on pouvait l'améliorer… Mais mon boulot c'est d'analyser [les datas] avec le responsable des données et mon chef mécano, de donner mon avis, de piloter, mais pas de réfléchir pendant des heures à quels réglages je veux mettre en place. Il faut que je déconnecte, que je me concentre sur mon job et non pas suivre plusieurs voies à la fois. Et c'est à ça que le psychologue m'aide."

Fabio Quartararo indique qu'il reverra son psychologue avant le début du championnat, prévu dans un mois et demi. "Pour l'instant, je ne peux pas vraiment dire si le psychologue m'a apporté quelque chose, je pense que c'est plus pendant la saison que je vais voir s'il y a eu du positif ou pas", souligne-t-il. "Pour le moment, je vois que je me sens bien, je ne pense à rien d'autre qu'à être prêt pour la première course. Je me sens bien mentalement et physiquement, donc il ne reste plus qu'à attaquer le début de saison au Qatar."

partages
commentaires
Ducati se félicite de voir les constructeurs japonais copier la Desmo16
Article précédent

Ducati se félicite de voir les constructeurs japonais copier la Desmo16

Article suivant

Yamaha prend la "responsabilité" du titre perdu par Quartararo

Yamaha prend la "responsabilité" du titre perdu par Quartararo
Charger les commentaires
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021
Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda Prime

Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda

Il fut un temps où Honda était la destination toute tracée des jeunes talents de la moto mais deux de ses rivaux, KTM et, dans une moindre mesure, Ducati, ont pris le contrôle de ce marché. Cette évolution aura-t-elle des conséquences sur l'avenir du MotoGP ?

MotoGP
16 oct. 2021
Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage Prime

Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage

Marc Márquez a profondément fait évoluer son pilotage pour retrouver la victoire après sa blessure. Celui qui a dominé la dernière décennie du MotoGP devra peut-être le faire à nouveau s'il veut redevenir un prétendant au titre, la marge de progrès dans sa condition physique se réduisant.

MotoGP
7 oct. 2021
Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ? Prime

Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ?

Le retour du MotoGP en Amérique pour la première fois depuis 2019 ne se passe pas aussi bien que prévu, les pilotes s'inquiétant de la sécurité à l'issue des essais du vendredi.

MotoGP
2 oct. 2021
Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ? Prime

Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ?

L'attention portée par Ducati à ses équipes satellites, couplée aux efforts fournis par Andrea Dovizioso pour améliorer la capacité des dernières versions de la Desmosedici à prendre les virages, permettent à la marque italienne de disposer aujourd'hui de la moto la plus polyvalente du championnat, une moto que l'on a vue sur le podium avec cinq pilotes différents cette année.

MotoGP
27 sept. 2021