MotoGP
23 août
-
25 août
Événement terminé
13 sept.
-
15 sept.
Événement terminé
20 sept.
-
22 sept.
Événement terminé
04 oct.
-
06 oct.
Événement terminé
18 oct.
-
20 oct.
Événement terminé
25 oct.
-
27 oct.
EL1 dans
3 jours
C
GP de Malaisie
01 nov.
-
03 nov.
EL1 dans
10 jours
C
GP de Valence
15 nov.
-
17 nov.
EL1 dans
24 jours

Lutter contre Marquez, "meilleur moment de la vie" de Quartararo

partages
commentaires
Lutter contre Marquez, "meilleur moment de la vie" de Quartararo
Par :
15 sept. 2019 à 15:14

Fabio Quartararo égale son meilleur résultat en MotoGP à Misano, en terminant deuxième au terme d'une lutte intense dans le dernier tour face au vainqueur du jour, Marc Márquez.

Fabio Quartararo a terminé deuxième du Grand Prix de Saint-Marin MotoGP sur le circuit de Misano, et le Français peut s'enorgueillir d'avoir tenu tête à Marc Márquez durant plus de 20 tours, avant que l'Espagnol ne porte une série d'attaques dans le dernier tour qui lui ont permis d'aller cueillir la 77e victoire de sa carrière. De son côté, le pilote Yamaha était déçu après l'arrivée mais se contente d'un nouveau beau résultat.

"C'est le meilleur moment, non seulement de ma carrière, mais aussi de ma vie", a déclaré Quartararo au site officiel du MotoGP. "J'ai eu un septuple Champion du monde derrière moi durant 20 tours, il m'a dépassé au premier virage, je l'ai repassé de nouveau au quatrième virage, et ça m'a rendu super heureux de me battre avec lui. La dernière fois qu'on a terminé deuxièmes, on avait fini à trois secondes, cette fois on est deuxièmes mais très près de lui. On a bien géré les pneus, le flanc gauche du pneu était bien plus critique que le sien, mais sur le côté droit on l'a bien économisé. On apprend étape par étape et c'est fantastique pour nous."

Lire aussi :

"Je savais qu'il essaierait de passer dans le dernier tour"

Il reconnaît que ce n'était pas simple de gérer la pression imposée par son rival du jour, qui n'est jamais sorti du sillage de la Yamaha, jusqu'à la première tentative de dépassement à l'entame du dernier tour. L'équipe de Quartararo lui indiquait perpétuellement l'écart avec l'Espagnol, et voir que celui-ci n'évoluait pas a été difficile car il savait qu'il n'avait aucune marge d'erreur.

"Un de mes mécanos écrivait '0"2 Márquez' à chaque tour, mon chef d'équipe lui a surement dit 'arrête d'écrire Márquez, il sait qui est derrière' ! Il a arrêté et je voyais quand même '0"2' à chaque tour, donc à un moment j'ai arrêté de faire attention et je regardais juste en dessous, je voyais que Maverick [Viñales] était à une seconde et demie ou deux secondes, et finalement on a bien géré et on termine deuxième."

"C'était une course difficile, je savais qu'il essaierait de passer dans le dernier tour. Quand vous voyez 0"2 marqué pendant 20 tours c'est compliqué, mais j'ai fait peu d'erreurs, j'ai simplement raté quelques points de corde. La bonne chose est qu'il nous dépasse dans le premier virage, on le repasse et on lutte jusqu'au bout. C'était le meilleur moment de ma vie et j'espère en avoir plus de ce genre dans la saison. Je savais qu'il essaierait quelque chose, mais on ne sait jamais avec Marc, s'il peut dépasser et partir devant. Je ne savais pas s'il avait économisé ses pneus. La bonne chose, c'est que je l'ai repassé, ça me donne de la confiance de me dire qu'il est septuple Champion du monde mais qu'on peut le dépasser, il est humain comme nous."

"J'ai appris beaucoup de choses pour ne pas subir la pression, j'y étais confronté car à tous les tours il était à moins d'une demi-seconde. On a engrangé de l'expérience, à chaque fois qu'on va sur une piste, c'est la première fois qu'on y va avec une MotoGP. On voit, à chaque fois que Marc arrive sur un circuit, qu'il est premier et il a beaucoup d'expérience. L'an prochain quand on arrivera en EL1 sur ces pistes, on saura comment est la moto et on aura des références et de l'expérience."

Quartararo ne s'est pas incliné sans lutter

Il revient sur ce dernier tour de folie qui l'a opposé au leader du championnat, et sur les différentes attaques qu'ils se sont portées. Dépassé au premier virage de l'ultime boucle par Márquez, Quartararo a décidé de répliquer rapidement et a repris son bien au virage 4. Il a ensuite subi un gros freinage de son rival au virage 8 et n'a pu répliquer à la fin du tour, alors qu'il espérait voir la porte s'ouvrir sur la trajectoire intérieure du virage 14.

"Au virage 3 j'étais sur le vibreur, je n'y suis pas allé du week-end, mais c'était la seule manière de le dépasser car je savais que si je ne passais pas là, je ne le passerais pas. Je savais que ce serait très difficile, au virage 11 je savais que j'étais très rapide, je le rattrapais très vite. J'ai tout donné jusqu'au virage 14 car je pensais que c'était le dernier endroit pour dépasser. J'ai fait une petite erreur mais je ne peux qu'être heureux de ce résultat. Et encore, ce n'était pas une erreur, Marc a fermé la porte dans le virage 14, j'ai pensé qu'il était arrivé très vite dans le virage, et je me suis dit qu'il ne tournerait pas, je ne sais pas comment il a fait mais il a gardé la ligne et je suis allé un peu large, mais ce n'était pas une erreur."

Lire aussi :

Lors des deux dernières courses, en Autriche et en Grande-Bretagne, Márquez a terminé deuxième derrière Andrea Dovizioso et Álex Rins en se faisant dépasser dans le dernier virage. De son côté, Quartararo a rappelé qu'il était toutefois plus probable de le voir rester devant que de le voir perdre la victoire dans les derniers mètres de l'épreuve, malgré ces deux défaites consécutives. Cependant, il ne regrette pas d'avoir mené la majorité de la course, même si cela a permis à l'Espagnol d'analyser la manière dont il roulait sur la piste italienne.

"Marc a perdu les deux dernières courses dans le dernier virage mais il a terminé la plupart des courses qu'il a menées en première position. Je crois que le meilleur choix aujourd'hui était d'être premier, car nous savons que si nous avons quelqu'un devant qui n'est pas une Yamaha, c'est difficile de piloter la moto de la même manière. Ces motos ont différents styles de pilotage et pour nous, c'était le meilleur choix de mener la course et de ne pas être derrière, c'était le bon choix. On ne doit pas oublier qu'on est débutants, on fait de bonnes choses, j'ai pris de l'expérience et si j'avais la possibilité de mener encore toute la course, je le ferais."

Article suivant
Márquez : Peut-être que Quartararo était le meilleur

Article précédent

Márquez : Peut-être que Quartararo était le meilleur

Article suivant

Espargaró après son week-end de rêve : "Qu'une envie, recommencer"

Espargaró après son week-end de rêve : "Qu'une envie, recommencer"
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Événement GP de Saint-Marin
Catégorie Course
Lieu Misano World Circuit Marco Simoncelli
Pilotes Fabio Quartararo
Équipes SIC Racing Team
Auteur Emmanuel Touzot