Réactions
MotoGP Test Valence

Quartararo dans l'incompréhension : "C'est exactement le même moteur"

Fabio Quartararo n'a pas caché sa frustration et son incompréhension à Valence, après avoir essayé le nouveau moteur apporté par Yamaha, similaire en performance à celui qu'il a utilisé dimanche en course et complètement différent de celui qu'il avait essayé à Misano. Son coéquipier Franco Morbidelli s'est montré un peu plus optimiste.

Fabio Quartararo, Yamaha Factory Racing

Après avoir manqué son second titre MotoGP pour 17 points, Fabio Quartararo a tourné la page de son année 2022 dès ce début de semaine, où la saison 2023 l'attendait avec le premier test d'intersaison organisé à Valence. Un moment très important pour le pilote français, qui n'a cessé de pousser Yamaha à apporter de réelles améliorations sur son moteur, principal point faible qui a été un véritable handicap face aux puissantes Ducati.

Un premier essai concluant effectué lors du test de Misano avait rassuré Quartararo, d'autant plus que Cal Crutchlow, le pilote d'essais du constructeur japonais, avait également testé le nouveau moteur à plusieurs reprises. Les attentes étaient donc élevées ce mardi sur le circuit Ricardo Tormo, mais le #20 a pris une véritable douche froide.

"Il y a quelque chose qui ne va pas. On fait Misano, Barcelone, Cal [a roulé] à Motegi et Jerez, il y a clairement une amélioration moteur et là on revient aujourd'hui c'est e-xac-te-ment comme le week-end dernier. C'est incompréhensible parce que normalement le moteur a plus de puissance que celui de Barcelone et Misano et on se retrouve avec [un moteur] qui est exactement pareil qu'en 2022", a-t-il expliqué à la fin du test.

"On avait la version de Barcelone et de Misano, deux versions qui étaient pratiquement pareilles sur les chevaux, avec juste un caractère différent. Le moteur que j'avais pratiquement toute la journée c'était le nouveau moteur et il n'y avait pas d'amélioration."

"Sincèrement, dès que l'on accélère [et passe les rapports] 3, 4, 5, 6… il n'y a rien, comparé à ce qu'on a essayé à Misano. C'est pour ça que je trouve ça vraiment étrange de voir qu'à Misano c'était beaucoup mieux. Ici j'ai fait une fois 327 km/h [de vitesse de pointe], sinon c'était en moyenne 324 km/h. Mais pourquoi on n'a pas cette vitesse qu'on avait à Misano et à Barcelone, et celle qu'avait Cal à Motegi et à Jerez ?"

Une incompréhension partagée de l'autre côté du box par Franco Morbidelli, qui a souligné une situation "étrange", bien qu'il ait peu roulé avec le nouveau moteur. "On s'attendait à un plus gros gain de puissance de la part du moteur, et ça n'a pas vraiment été le cas. Il faut qu'on comprenne bien pourquoi."

Un package aéro qui n'a pas fourni tout son potentiel

Fabio Quartararo sur l'une de ses trois M1 lors du test de Valence.

Fabio Quartararo sur l'une de ses trois M1 lors du test de Valence.

Pilote le plus assidu en piste avec 92 tours bouclés, le Niçois a également essayé un nouveau package aérodynamique, contenant notamment les fameux ailerons de requin instaurés par Ducati mais surtout un carénage plus large à l'avant. Des éléments jugés positifs, mais difficiles à réellement analyser avec le manque de puissance.

"Ce qu'on a surtout voulu c'est un nouveau carénage avec plus d'appui", a-t-il poursuivi. "C'est mieux mais si on n'a pas la puissance, ça va encore plus doucement dans la ligne droite donc avec un moteur avec lequel on peut vraiment sentir qu'il y a de la puissance, je pense que le carénage avec les ailerons un peu plus gros peut être un avantage sur certaines pistes comme Jerez ou Le Mans. Après sur des circuits comme Mugello ou Barcelone, je pense qu'il va plutôt falloir utiliser un carénage standard comme celui qu'on avait cette année."

"On a beaucoup travaillé sur le package aéro. On sent la différence, mais on ne peut pas vraiment dire si c'est mieux ou pas, parce qu'avec un aileron plus grand, on a moins de wheelie mais on ne sait pas si on perd plus en vitesse de pointe, en accélération, au freinage. Donc c'est un travail qui demande à plus contrôler les données. [...] Je pense que l'aileron arrière peut être quelque chose d'intéressant."

"Je crois que j'ai amélioré mes sensations surtout avec le nouveau châssis, qui est plus similaire à celui de Fabio", a commenté Morbidelli. "J'ai aimé ce genre de cadre alors il y a eu du positif. J'ai bien progressé en vitesse et en rythme, mais il faut clairement qu'on travaille plus. [...] On a essayé différents carénages, mais il est difficile de comprendre si c'est vraiment mieux ou vraiment moins bien. Ce qui est important c'est d'essayer et d'emmagasiner des données."

Franco Morbidelli

Franco Morbidelli

Si les deux hommes estiment que leur journée a été prolifique au vu de tous les éléments essayés, Quartararo reste avec "un sentiment bizarre" et espère que Yamaha fera ce qu'il faut pour lui fournir une M1 capable de se battre pour le titre en 2023, ce qui n'est à ses yeux pas le cas pour l'instant.

"On n'a pas le potentiel pour l'instant. Avec une moto comme [celle qu'on a testée à] Misano ou Barcelone, on peut tenir les Ducati dans la ligne droite ; là, le potentiel qu'on a est vraiment très moyen."

"Je vais en vacances comme je dois aller en vacances. Je ne suis pas ingénieur, ce que je dois faire c'est monter sur la moto et faire mon maximum, ce que j'ai fait pendant toute la saison et aujourd'hui. C'est surtout eux qui partent à la maison pas très contents et on verra l'année prochaine", a-t-il conclu.

Morbidelli s'est montré plus optimiste et veut laisser une chance aux ingénieurs de rectifier le tir d'ici le début de la saison 2023 : "Je suis content d'avoir retrouvé de bonnes sensations sur la moto, d'avoir recommencé à piloter proche de mon maximum, et ça, c'est positif. Après, ce sera aux ingénieurs de faire du bon travail à la maison. Je suis sûr qu'ils s'investissent au maximum et qu'ils le feront."

Avec Léna Buffa

Lire aussi :

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article
Article précédent Márquez : "Il nous en faut plus si on veut se battre pour le titre"
Article suivant Bastianini "ému" pour son premier jour sur la Ducati officielle

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France