MotoGP
14 août
Événement terminé
21 août
Événement terminé
11 sept.
Événement terminé
18 sept.
Événement terminé
25 sept.
Événement terminé
09 oct.
Prochain événement dans
9 jours
16 oct.
Prochain événement dans
16 jours
C
GP du Teruel
23 oct.
Prochain événement dans
23 jours
C
GP d'Europe
06 nov.
Prochain événement dans
37 jours
13 nov.
Prochain événement dans
44 jours
20 nov.
Prochain événement dans
51 jours

Quartararo : une journée "étrange" terminée sur une note positive

partages
commentaires
Quartararo : une journée "étrange" terminée sur une note positive
Par :

Quartararo a vécu "l'une des séances les plus difficiles" de son parcours en MotoGP et s'attend à connaître dimanche la course la plus rude de cette saison 2020 chamboulée.

Fabio Quartararo a vécu une journée quelque peu singulière à Jerez, pour le début du Grand Prix d'Espagne. Sanctionné pour avoir utilisé des pièces interdites lors d'un test le mois dernier, le pilote Petronas a d'abord dû ronger son frein, laissant la piste à ses adversaires pendant les 20 premières minutes. Mais le reste de la séance matinale n'a pas été plus simple pour lui, en proie à de mauvaises sensations avec sa M1.

"Aujourd'hui ça a été une journée étrange", concède-t-il. "D'abord, ce matin je n'ai pas pu faire les 20 premières minutes des essais. Ensuite, je suis sorti et ça a été difficile car au début je n'avais pas de bonnes sensations avec la moto. Je ne me sentais pas très bien avec le freinage, la distribution de puissance, le turning…"

"Je crois que ça a été l'une des séances les plus difficiles que j'aie faites en MotoGP", résume même Quartararo. "C'était étrange, pas tant pour la position mais pour les sensations que j'avais avec la moto. Je suis rentré au stand et j'ai dit aux gars : 'la moto ne s'arrête pas, la moto n'a pas de grip, la moto ne tourne pas'. J'ai dit que la moto n'était pas aussi bonne que ce à quoi je m'attendais après mercredi."

Lire aussi :

Classé 17e après ces EL1 limités, Quartararo a pu compter sur "un assez gros changement" opéré sur sa machine en vue de la seconde séance. "Le team m'a dit qu'ils allaient faire un changement sur la moto numéro un et un autre sur la deuxième moto, que j'allais essayer les deux et finir la séance avec celle que je préférais. Les deux motos étaient meilleures que ce matin et le rythme était nettement meilleur, alors que les conditions étaient plus mauvaises et qu'il y avait du vent."

Soulagé, le Français s'est rapidement installé en tête de la séance, avec un chrono qui allait résister quasiment jusqu'à sa conclusion. Il a surtout mis un point d'honneur à travailler sur son rythme à l'horaire stratégique qui sera celui de la course dimanche, et en a terminé là aussi satisfait avec une série de tours en 1'38"5-1'38"6. "J'ai imprimé un très bon rythme et c'était très important, c'est ce dont on avait besoin parce que la course sera disputée à la même heure, dimanche", se félicite-t-il.

Fabio Quartararo, Petronas Yamaha SRT

La forte chaleur qui régnait sur Jerez cet après-midi a pesé sur ces séances. Seul pilote à avoir amélioré son chrono en EL2, Quartararo ne figure finalement qu'en 15e position au classement combiné, alors qu'il s'est classé deuxième cet après-midi, juste derrière son coéquipier. "On travaille, ce n'est que la première course de l'année, il faut qu'on essaye beaucoup de choses sur la moto et ça n'est pas facile d'être performant à chaque séance", rappelle-t-il.

"Pour moi, la moto est complètement nouvelle et je n'ai pas tellement d'expérience en MotoGP, or on peut très facilement perdre un peu la voie. Ce matin j'étais P17 à huit dixièmes. On est bas au classement, mais au final, quand on y pense, ça n'est pas si loin, alors un petit changement peut beaucoup aider à améliorer la moto et à se sentir mieux."

Lire aussi :

"Cet après-midi, Franco [Morbidelli] a fait un time attack et je pense que c'est une des raisons pour lesquelles il a été très rapide, mais il faut qu'on pense à la course qui sera plus ou moins à la même heure que les EL2 alors on a pas mal roulé sur le rythme de course."

Les deux courses les plus dures ?

La première journée de préparation prend tout juste fin, mais la route est encore longue. Surtout que ce premier Grand Prix s'annonce d'emblée comme particulièrement éprouvant, dans la fournaise andalouse.

"Je pense que les deux courses de Jerez seront les plus dures de la saison à cause de la chaleur", pressent le Français, "parce que la piste est à pratiquement 60°C. Et puis, le problème c'est de rester concentré. Qu'on soit seul ou avec d'autres, il fait tellement chaud qu'il faut qu'on fasse très attention. On a beaucoup progressé en termes de rythme, et aussi physiquement. J'ai imprimé un très bon rythme pendant toute la séance d'EL2, alors il faut continuer, faire un bon time attack demain matin, de bonnes qualifs et se préparer pour la course."

Ducati : Avec Lorenzo "il n'y a rien, c'est dans sa tête"

Article précédent

Ducati : Avec Lorenzo "il n'y a rien, c'est dans sa tête"

Article suivant

Première chute pour un Márquez à la recherche de la limite

Première chute pour un Márquez à la recherche de la limite
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Événement GP d'Espagne
Catégorie EL2
Lieu Circuito de Jerez
Pilotes Fabio Quartararo
Équipes Petronas SRT
Auteur Léna Buffa