Quartararo touche du bois pour ne pas manquer de moteurs

La situation délicate dans laquelle se trouve Yamaha avec ses moteurs a conduit à une sanction infligée au constructeur et à ses équipes au championnat, mais aussi par effet domino à une pénalité mettant en difficulté Maverick Viñales. Les pilotes Petronas assurent malgré tout rester sereins.

Quartararo touche du bois pour ne pas manquer de moteurs
Charger le lecteur audio

Dans la lignée de l'affaire des moteurs Yamaha, sanctionnée jeudi par les commissaires de la FIM, affaire qui a trouvé son origine dans l'utilisation de soupapes provenant de deux fabricants différents, avec une défaillance finalement identifiée sur l'un des modèles, les pilotes du constructeur d'Iwata risquent en cette fin de saison de se trouver à court de moteurs. C'est déjà le cas de Maverick Viñales, qui a dû dépasser à partir d'aujourd'hui son quota autorisé après s'être limité à utiliser uniquement deux blocs lors des six derniers Grands Prix.

Lire aussi :

Yamaha a expliqué avoir pris la décision de monter sur l'une des machines de l'Espagnol un sixième moteur (synonyme de pénalité car dépassant son allocation pour la saison) après avoir eu confirmation par le verdict des commissaires de la FIM qu'il ne serait plus possible de faire appel aux moteurs équipés des soupapes incriminées. La conséquence est lourde pour le pilote, qui devra s'élancer de la pitlane dimanche alors même qu'il est en lice pour le titre.

Viñales était le moins bien loti des quatre pilotes Yamaha à l'approche de ce Grand Prix d'Europe, lui qui avait utilisé trois moteurs différents au premier Grand Prix : l'un d'eux a été retiré de son parc à la suite d'une alerte à Jerez, et les deux autres resteront désormais au placard. Quartararo, Morbidelli et Rossi ont beau se trouver dans une situation légèrement plus confortable, ils n'ont toutefois que trois moteurs à disposition, tous passablement utilisés depuis le Grand Prix d'Andalousie.

"Je ne connais pas vraiment le kilométrage de mes moteurs, mais je croise les doigts et je touche du bois", souligne ce soir Fabio Quartararo, qui tente de ne pas s'inquiéter de cette épée de Damoclès. "Je pense que mon kilométrage n'est pas le meilleur, mais il est important qu'on se concentre sur notre boulot et qu'on essaye de ne pas trop y penser. Je pense malgré tout que ça n'est pas trop mal."

Même son de cloche chez son coéquipier, Franco Morbidelli. "Je m'inquiète d'autres choses en ce moment, de choses qui sont plus importantes pour moi comme le fait de régler la moto et d'essayer de bien piloter", assure-t-il.

Franco Morbidelli, Petronas Yamaha SRT

Mais l'Italien estime qu'au fond, il a lui-même déjà payé le prix de ces problématiques liées au moteur, puisque l'un des siens a été retiré de son allocation à la suite d'une avarie. "Je suis désolé que le championnat de Maverick soit affecté par cela, mais si vous regardez la justice globale du championnat, appelons-la comme ça, j'ai perdu une course pour avoir cassé un moteur et lui va prendre le départ de cette course de la pitlane parce qu'il utilise un moteur de plus. Son championnat est donc affecté comme le mien l'a été", souligne-t-il, omettant toutefois que Viñales a bien perdu un moteur de plus que lui. "Le seul qui n'ait pas été affecté pour le moment c'est Fabio, il a la bonne combinaison de chance et de vitesse cette année."

Les pilotes Petronas en accord avec la sanction

Sur le fond de l'affaire, Fabio Quartararo s'est dit en accord avec la sentence des commissaires de la FIM, qui ont sanctionné Yamaha et ses deux équipes mais épargné les pilotes alors que l'infraction au règlement technique aujourd'hui pénalisée remonte au Grand Prix d'Espagne, remporté par le pilote français.

"On doit être en accord avec la décision de la FIM, mais je n'ai pas vraiment d'opinion sur ce sujet", a fait savoir le Niçois au lendemain de l'annonce du verdict des commissaires. "Je suis à un moment où je dois me concentrer sur d'autres choses, à savoir le pilotage, mais en toute circonstance nous devons être d'accord avec les décisions de la FIM et c'est tout. Ils ont annoncé la pénalité et maintenant on va de l'avant."

Là aussi, les propos de son coéquipier ont fait écho aux siens. "Je ne veux pas dépenser trop d'énergie mentale sur ce sujet et j'accepte la décision des commissaires. Je ne veux tout simplement plus y penser", a déclaré Morbidelli. "Quand tout sera fini, j'adorerais en parler mais pour le moment je suis trop concentré [sur le championnat] pour penser à ces choses-là. Il y a des gens qui se concentrent là-dessus, à savoir la MSMA, le panel de commissaires et Yamaha. Pour le moment, je suis plus concentré sur le fait de piloter et de bien régler la moto."

Lire aussi :

La pénalité en question prive Yamaha de 50 points au championnat constructeurs, où la marque passe de la première à la troisième place. Au classement des équipes, le team Petronas perd 37 unités qui l'éloigne de Suzuki, et l'équipe officielle perd, elle, 20 points et sa quatrième place. En revanche, les trois représentants du groupe qui figurent actuellement aux quatre premières places du championnat des pilotes conservent leur rang et un butin intact.

Alors que le responsable de l'équipe Suzuki estimait plus tôt dans la journée que la sentence, jugée très clémente, allait jeter une ombre sur un éventuel sacre d'un pilote Yamaha, Quartararo a balayé tout jugement de la sorte d'un revers de la main : "Je m'en fiche, c'est tout ce que je peux dire."

"Franco a gagné deux courses, Maverick une, moi trois", a rappelé le Français. "Je suis content de la moto. Je fais de mon mieux et eux aussi. On rencontre beaucoup de difficultés cette année, mais je ne suis pas déçu. Ils m'ont rapporté ma première victoire en MotoGP et on en a même obtenu trois cette année, c'est donc d'ores et déjà une année fantastique. Quoi qu'il arrive sur les trois dernières courses, je suis vraiment fier et heureux de la saison que l'on aura faite."

"Je ne suis pas du tout déçu", a renchéri Morbidelli. "Sur les visages de toutes les personnes chez Yamaha, je vois l'envie et la passion à l'idée de progresser, et parfois quand on essaye de s'améliorer on fait des erreurs. Je ne connais pas les détails, mais cela semble être ce qui s'est passé."

partages
commentaires

Voir aussi :

Valentino Rossi va bien faire son retour au GP d'Europe
Article précédent

Valentino Rossi va bien faire son retour au GP d'Europe

Article suivant

Viñales n'y croit plus : "Nous gâchons nos chances tous les ans"

Viñales n'y croit plus : "Nous gâchons nos chances tous les ans"
Charger les commentaires
L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022 Prime

L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022

Voir Ducati aligner huit machines sur la grille MotoGP n'est pas un fait inédit, puisque la marque l'a déjà fait entre 2016 et 2018. Mais le niveau de la Desmosedici est impressionnant et l'implication de la firme de Borgo Panigale dans ses alliances bien plus importante qu'elle le fut par le passé, or cela pourrait avoir pour effet de déséquilibrer la catégorie reine.

MotoGP
16 janv. 2022
Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis Prime

Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis

Avec le départ de Valentino Rossi, le MotoGP perd sa plus grande star et l'Italie son meilleur représentant en course depuis les années 1980. Le Docteur lui-même a toutefois préparé sa relève et formé ceux qu'il espère voir lui succéder.

MotoGP
2 janv. 2022
Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez Prime

Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez

Précoce quand il dominait tous les championnats espagnols, Fabio Quartararo a été jusqu'à pousser à la mise en place d'un changement de règlement, comme Marc Márquez quelques années plus tôt. Son parcours mondial s'est pourtant révélé compliqué, jusqu'à la révélation une fois arrivé dans la catégorie MotoGP.

MotoGP
27 déc. 2021
Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ? Prime

Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ?

Inlassablement interrogé sur sa retraite depuis des années, Valentino Rossi a-t-il trop attendu, au risque de voir son palmarès se ternir ? On serait plutôt tenté de dire qu'en ayant tout essayé jusqu'au bout, il a choisi de raccrocher au moment qui était le bon pour lui.

MotoGP
16 déc. 2021
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021