Quartararo pratiquement à 100% après les vacances

Le jeune pilote français s'apprête à reprendre le championnat égal à lui-même : le sourire aux lèvres, volontaire, et sans se laisser atteindre par les rumeurs et la pression.

Quartararo pratiquement à 100% après les vacances

Ne pas piloter de MotoGP durant trois semaines a permis à Fabio Quartararo de reposer son bras meurtri, opéré pour un syndrome des loges après le Grand Prix de Catalogne. S'il avait pu disputer les deux manches suivantes, un peu de repos était bienvenu et le Français a su mettre les vacances à profit. Entre les soins qu'il a continué à recevoir afin d'améliorer le drainage de son avant-bras droit et un entraînement adapté, sans s'autoriser de moto pendant les deux premières semaines, il assure que son bras va "super bien" et qu'il se sent désormais à 90-95% de ses capacités.

"Je me sens proche de 100%. Mon physio dit qu'il faut encore qu'on travaille pour atteindre les 100%, mais je me sens très fort physiquement. J'ai beaucoup travaillé pendant cette pause estivale. Bien sûr, je me suis relaxé mais j'ai beaucoup travaillé pour préparer cette deuxième moitié de saison", témoigne-t-il depuis Brno. "Les derniers 5 ou 10% servent à avoir vraiment le bon contact dans la cicatrice, à l'intérieur du bras, parce que la cicatrice est encore un petit peu dure. Je me sens à 90-95%."

Lire aussi :

"J'ai fait un petit peu de motocross pendant ce break. Les deux premières semaines, j'ai évité de faire beaucoup de sport sollicitant le bras, c'est-à-dire pas de moto. J'avais vraiment envie d'en faire, mais on m'a dit de rester tranquille. Et la première fois que je suis remonté sur une motocross – ça faisait plus de trois mois [que je n'en avais pas fait] – je me suis senti super bien", explique-t-il à Canal+.

S'il faut encore voir comment ce bras réagira aux requêtes du circuit de Brno, le pilote Petronas ne semble pas s'inquiéter outre-mesure, bien qu'il s'attende à être mis à rude épreuve. "Physiquement, c'est un circuit assez dur. Pas comme Assen, mais c'est un circuit qui a énormément de changements de directions. Je pense que ça n'est pas un circuit facile sur la moto", estime-t-il. "Il y a pas mal d'accélération et c'est le point le moins positif de notre moto, mais mis à part ça elle est parfaite et c'est une moto qui va super bien surtout dans les virages. On va profiter de ses avantages."

Est-il prêt à réaliser un exploit cette semaine ? "On ne peut jamais savoir, parce que je me sens vraiment bien sur la moto. Peut-être que vendredi après-midi je me sentirai super bien, on aura un très bon rythme et on pourra faire quelque chose d'extraordinaire", pointe-t-il. "Pour l'instant, je pense déjà à faire le job, on revient petit à petit. Surtout, revenir après la chute du Sachsenring. Je l'ai regardée, je sais pourquoi je suis tombé, je me suis précipité. À froid, la conclusion est la même qu'à chaud donc c'est bien qu'on sache pourquoi je suis tombé, c'est de l'expérience. Ça faisait longtemps que je n'étais pas tombé en course, depuis l'Australie en 2017 si je ne me trompe pas, mais là je suis content parce que j'ai appris des choses."

Rossi ? "J'espère qu'il continuera"

Cet apprentissage, Fabio Quartararo entend le mettre à profit dès ce Grand Prix en République Tchèque, puis sur l'ensemble de la seconde moitié du championnat, le tout en gardant à l'esprit que ses coups d'éclats des dernières semaines ne doivent pas modifier son cap. "Mes attentes sont les mêmes, [entrer dans le] top 8 et essayer d'être le rookie de l'année. C'est l'objectif, ceci dit si on peut se battre pour les premières places, le top 5, le top 3 ou même la victoire, on ira le chercher. Mais le top 8 est l'objectif principal." Et le Niçois de promettre qu'il n'a pas senti la pression monter : "Non, c'est exactement la même chose. Je vis juste mon rêve et je savoure le moment. Je n'ai pas de pression. Je prends juste du plaisir à piloter ma moto et c'est tout."

Lire aussi :

Quant aux nombreuses rumeurs qui ont alimenté la pause estivale, elles le font sourire. L'hypothèse d'obtenir une M1 d'usine l'an prochain au sein de l'équipe Petronas, notamment, attise sa gourmandise, même s'il se garde bien de critiquer son matériel actuel : "Je ne sais rien. Mais il est clair que Yamaha nous fournit une très bonne moto. On fait de notre mieux avec cette moto et on est très contents, mais si on avait une autre moto ce serait très bien alors je ne dirais pas non." Quant à toutes les spéculations qui peuvent entourer la poursuite de la carrière de Valentino Rossi – avec en cascade une porte pouvant s'ouvrir dans l'équipe officielle –, elles poussent surtout le jeune pilote à la prudence : "Je ne me mets pas dans ces choses-là, mais je pense que personne ne peut dire quand Valentino va arrêter, il est assez grand et c'est la légende de ce sport. J'espère qu'il continuera l'année prochaine."

partages
commentaires
Márquez : "Je ressens la pression" d'un titre à "perdre"

Article précédent

Márquez : "Je ressens la pression" d'un titre à "perdre"

Article suivant

Rossi s'amuse de rumeurs "infondées et inventées"

Rossi s'amuse de rumeurs "infondées et inventées"
Charger les commentaires
Le gentil géant qui manquera au MotoGP Prime

Le gentil géant qui manquera au MotoGP

Imaginer le MotoGP sans Danilo Petrucci, c'est envisager de perdre l'un des rares pilotes qui aient pu battre Marc Márquez au sommet de son art et un garçon aussi attachant que combattif.

MotoGP
26 juil. 2021
Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné Prime

Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné

Joan Mir croit en ses chances de conserver son titre en MotoGP, malgré une première moitié de saison en dessous de ses attentes. Motorsport.com a pu échanger avec le pilote Suzuki sur ses chances au championnat, le départ de Davide Brivio et la célébrité apportée par son sacre mondial en 2020.

MotoGP
23 juil. 2021
Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès Prime

Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès

À la peine dans les dernières de la saison 2020, Fabio Quartararo a retrouvé le sommet et domine le championnat à mi-parcours. Motorsport.com s'est entretenu avec le Niçois pour évoquer sa nouvelle approche, sa progression et son arrivée dans l'équipe Yamaha factory, mais aussi les grandes difficultés de son coéquipier.

MotoGP
15 juil. 2021
Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi Prime

Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi

En sa qualité de patron d'équipe, Valentino Rossi va entrer de façon imminente dans une nouvelle ère dans sa carrière, et celle-ci aura une influence considérable sur un certain nombre de pilotes et d'équipes du championnat. Mais c'est précisément chez Yamaha que se fera sentir l'un des plus gros impacts car la marque joue un rôle central dans cet épisode et pourrait en conséquence perdre ses liens avec le Docteur.

MotoGP
23 juin 2021
Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité ! Prime

Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité !

Prendre le sillage d'un rival pour gagner en performance... ou être celui qui est accroché et donne, de son plein gré ou non, un avantage à un concurrent. Le sujet n'a pas pas fini de faire parler, mais crée en tout cas des dynamiques intéressantes entre les pilotes du plateau MotoGP.

MotoGP
10 juin 2021
Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ? Prime

Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ?

Aveu d'échec mais coup de pouce possiblement bienvenu : l'éligibilité à des concessions en MotoGP peut être vue de plusieurs manières, comme en témoignent les réactions de Marc Márquez et Pol Espargaró à cette évocation...

MotoGP
6 juin 2021
Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre" Prime

Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre"

Toujours aussi passionné, mais aussi ancré dans la réalité, l'ancien pilote Lucio Cecchinello partage avec nous son regard sur les effets de la crise actuelle en MotoGP et la manière dont le championnat devrait selon lui évoluer.

MotoGP
28 mai 2021
Hervé Poncharal, taille patron Prime

Hervé Poncharal, taille patron

Patron du team Tech3 et président de l'IRTA, Hervé Poncharal est une figure incontournable du MotoGP. Aussi impliqué dans le sauvetage du championnat face à la crise sanitaire que touché par l'évolution de la planète, le Français a partagé avec nous son regard sur le monde.

MotoGP
26 mai 2021