Quartararo pratiquement à 100% après les vacances

Le jeune pilote français s'apprête à reprendre le championnat égal à lui-même : le sourire aux lèvres, volontaire, et sans se laisser atteindre par les rumeurs et la pression.

Quartararo pratiquement à 100% après les vacances

Ne pas piloter de MotoGP durant trois semaines a permis à Fabio Quartararo de reposer son bras meurtri, opéré pour un syndrome des loges après le Grand Prix de Catalogne. S'il avait pu disputer les deux manches suivantes, un peu de repos était bienvenu et le Français a su mettre les vacances à profit. Entre les soins qu'il a continué à recevoir afin d'améliorer le drainage de son avant-bras droit et un entraînement adapté, sans s'autoriser de moto pendant les deux premières semaines, il assure que son bras va "super bien" et qu'il se sent désormais à 90-95% de ses capacités.

"Je me sens proche de 100%. Mon physio dit qu'il faut encore qu'on travaille pour atteindre les 100%, mais je me sens très fort physiquement. J'ai beaucoup travaillé pendant cette pause estivale. Bien sûr, je me suis relaxé mais j'ai beaucoup travaillé pour préparer cette deuxième moitié de saison", témoigne-t-il depuis Brno. "Les derniers 5 ou 10% servent à avoir vraiment le bon contact dans la cicatrice, à l'intérieur du bras, parce que la cicatrice est encore un petit peu dure. Je me sens à 90-95%."

Lire aussi :

"J'ai fait un petit peu de motocross pendant ce break. Les deux premières semaines, j'ai évité de faire beaucoup de sport sollicitant le bras, c'est-à-dire pas de moto. J'avais vraiment envie d'en faire, mais on m'a dit de rester tranquille. Et la première fois que je suis remonté sur une motocross – ça faisait plus de trois mois [que je n'en avais pas fait] – je me suis senti super bien", explique-t-il à Canal+.

S'il faut encore voir comment ce bras réagira aux requêtes du circuit de Brno, le pilote Petronas ne semble pas s'inquiéter outre-mesure, bien qu'il s'attende à être mis à rude épreuve. "Physiquement, c'est un circuit assez dur. Pas comme Assen, mais c'est un circuit qui a énormément de changements de directions. Je pense que ça n'est pas un circuit facile sur la moto", estime-t-il. "Il y a pas mal d'accélération et c'est le point le moins positif de notre moto, mais mis à part ça elle est parfaite et c'est une moto qui va super bien surtout dans les virages. On va profiter de ses avantages."

Est-il prêt à réaliser un exploit cette semaine ? "On ne peut jamais savoir, parce que je me sens vraiment bien sur la moto. Peut-être que vendredi après-midi je me sentirai super bien, on aura un très bon rythme et on pourra faire quelque chose d'extraordinaire", pointe-t-il. "Pour l'instant, je pense déjà à faire le job, on revient petit à petit. Surtout, revenir après la chute du Sachsenring. Je l'ai regardée, je sais pourquoi je suis tombé, je me suis précipité. À froid, la conclusion est la même qu'à chaud donc c'est bien qu'on sache pourquoi je suis tombé, c'est de l'expérience. Ça faisait longtemps que je n'étais pas tombé en course, depuis l'Australie en 2017 si je ne me trompe pas, mais là je suis content parce que j'ai appris des choses."

Rossi ? "J'espère qu'il continuera"

Cet apprentissage, Fabio Quartararo entend le mettre à profit dès ce Grand Prix en République Tchèque, puis sur l'ensemble de la seconde moitié du championnat, le tout en gardant à l'esprit que ses coups d'éclats des dernières semaines ne doivent pas modifier son cap. "Mes attentes sont les mêmes, [entrer dans le] top 8 et essayer d'être le rookie de l'année. C'est l'objectif, ceci dit si on peut se battre pour les premières places, le top 5, le top 3 ou même la victoire, on ira le chercher. Mais le top 8 est l'objectif principal." Et le Niçois de promettre qu'il n'a pas senti la pression monter : "Non, c'est exactement la même chose. Je vis juste mon rêve et je savoure le moment. Je n'ai pas de pression. Je prends juste du plaisir à piloter ma moto et c'est tout."

Lire aussi :

Quant aux nombreuses rumeurs qui ont alimenté la pause estivale, elles le font sourire. L'hypothèse d'obtenir une M1 d'usine l'an prochain au sein de l'équipe Petronas, notamment, attise sa gourmandise, même s'il se garde bien de critiquer son matériel actuel : "Je ne sais rien. Mais il est clair que Yamaha nous fournit une très bonne moto. On fait de notre mieux avec cette moto et on est très contents, mais si on avait une autre moto ce serait très bien alors je ne dirais pas non." Quant à toutes les spéculations qui peuvent entourer la poursuite de la carrière de Valentino Rossi – avec en cascade une porte pouvant s'ouvrir dans l'équipe officielle –, elles poussent surtout le jeune pilote à la prudence : "Je ne me mets pas dans ces choses-là, mais je pense que personne ne peut dire quand Valentino va arrêter, il est assez grand et c'est la légende de ce sport. J'espère qu'il continuera l'année prochaine."

partages
commentaires
Márquez : "Je ressens la pression" d'un titre à "perdre"
Article précédent

Márquez : "Je ressens la pression" d'un titre à "perdre"

Article suivant

Rossi s'amuse de rumeurs "infondées et inventées"

Rossi s'amuse de rumeurs "infondées et inventées"
Charger les commentaires
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021
Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda Prime

Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda

Il fut un temps où Honda était la destination toute tracée des jeunes talents de la moto mais deux de ses rivaux, KTM et, dans une moindre mesure, Ducati, ont pris le contrôle de ce marché. Cette évolution aura-t-elle des conséquences sur l'avenir du MotoGP ?

MotoGP
16 oct. 2021
Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage Prime

Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage

Marc Márquez a profondément fait évoluer son pilotage pour retrouver la victoire après sa blessure. Celui qui a dominé la dernière décennie du MotoGP devra peut-être le faire à nouveau s'il veut redevenir un prétendant au titre, la marge de progrès dans sa condition physique se réduisant.

MotoGP
7 oct. 2021
Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ? Prime

Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ?

Le retour du MotoGP en Amérique pour la première fois depuis 2019 ne se passe pas aussi bien que prévu, les pilotes s'inquiétant de la sécurité à l'issue des essais du vendredi.

MotoGP
2 oct. 2021
Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ? Prime

Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ?

L'attention portée par Ducati à ses équipes satellites, couplée aux efforts fournis par Andrea Dovizioso pour améliorer la capacité des dernières versions de la Desmosedici à prendre les virages, permettent à la marque italienne de disposer aujourd'hui de la moto la plus polyvalente du championnat, une moto que l'on a vue sur le podium avec cinq pilotes différents cette année.

MotoGP
27 sept. 2021