Quartararo a "remis les compteurs à zéro" avant le sprint final

Après les trois courses décevantes qui ont fait suite à sa victoire catalane, Fabio Quartararo entre dans l'ultime sprint de la saison 2020 les batteries rechargées.

Quartararo a "remis les compteurs à zéro" avant le sprint final

Trois courses doivent finir de déterminer l'ordre du championnat pour cette saison 2020. Trois épreuves qui se dérouleront à Valence, piste sur laquelle Fabio Quartararo s'était élancé de la pole position l'année dernière avant de monter sur le podium, puis à Portimão, nouveau terrain de jeu qui viendra clore une campagne restée incertaine jusqu'au bout.

Si l'on ajoute à une compétition encore très ouverte des paramètres qui échappent aux pilotes, comme la menace qui pèse sur les moteurs Yamaha ou celle du COVID-19, cet ultime sprint s'annonce particulièrement complexe pour les prétendants. C'est malgré tout avec une relative décontraction que Fabio Quartararo a répondu aux questions des journalistes en conférence de presse ce jeudi, alors que la pluie se chargeait de salir la piste qu'il arpentera demain matin pour les premiers essais...

Tu as sans doute envie d'oublier les trois dernières courses. Quel est ton sentiment en arrivant à Valence pour deux Grands Prix ici ?

C'est dur de passer à autre chose quand on a deux courses sur la même piste et qu'à la deuxième on régresse, sans ne faire aucun progrès, et qu'on voit son coéquipier faire ce qui est pour moi une des meilleures courses de la saison. Quand on était là-bas, c'était franchement dur à comprendre, mais j'ai remis les compteurs à zéro et tout va bien. On arrive sur une piste que j'aime beaucoup. L'année dernière, ça avait été une super bonne course pour nous. Je suis pleinement motivé. Je pense que c'est la bonne attitude à avoir en arrivant sur ces trois dernières manches.

Lire aussi :

Mathématiquement, beaucoup de pilotes sont encore en lice pour le titre. Est-ce que ça t'aide à alléger la pression ?

Pendant la majeure partie de la saison, j'ai été devant au championnat et je ne ressentais aucune pression. Maintenant que je suis deuxième, j'en ressens un peu. Mais je me sens beaucoup mieux à présent, la confiance est là. On a beaucoup d'adversaires et on voit que cette année, après tant de courses, on n'a pas tellement de points par rapport aux années passées, donc tout peut encore arriver. Il reste 75 points en jeu, donc je pense que tous les pilotes [du top 6] peuvent facilement gagner le championnat. Il faut rester concentré et essayer d'aborder les courses les unes après les autres, c'est la seule façon de se battre pour le championnat.

Je pense que quand quelqu'un dit qu'il n'a pas la pression, ça veut juste dire qu'il en ressent moins que d'habitude. Si on n'a aucune pression et aucun stress, c'est qu'on ne court pas. Parfois, on en ressent moins, parfois plus, mais quand on est sur la grille on a toujours mal au ventre à l'idée de faire une bonne course. Plus on approche de la fin de la saison en étant en lutte pour de super résultats, plus on en a. Mais je pense que c'est une bonne pression à avoir.

Vu son niveau de forme actuel et le fait qu'il n'a peut-être rien à perdre, es-tu plus inquiet de Franco Morbidelli désormais ?

Franchement, il a été très fort à la dernière course, mais je ne pense pas qu'il soit le principal [adversaire]. C'est celui qui me devance qui l'est [Joan Mir]. Je suis à 14 points et c'est lui que je dois rattraper. Si je ne me trompe pas, Maverick [Viñales] a été très rapide avec la nouvelle moto lors du test [de l'année dernière], et puis on avait aussi testé le nouveau pneu arrière et il avait bien fonctionné. Je suis donc confiant par rapport à la moto. On avait pu afficher un bon rythme avec des pneus très usés, ce qu'on n'arrivait pas vraiment à faire avec l'ancien pneu. Je suis content, parce que la constance du nouveau pneu sur cette piste est bonne pour nous. Je ne suis donc pas très inquiet.

Si tu dois te retrouver en bagarre contre Joan Mir sur ce Grand Prix, quelle sera ta meilleure arme pour le battre ?

Avant toute chose, j'espère que ce sera sec, parce que l'expérience que l'on a eue sur le mouillé n'a pas été très bonne ! Je pense en tout cas qu'il faut qu'on mise sur les qualifications pour essayer de partir de la première ligne. Ils semblent avoir quelque chose de plus pour la fin de la course. À Barcelone, les derniers tours ont été très stressants pour moi : j'étais à trois secondes de mon tour le plus rapide en course, mais beaucoup plus à la limite que dans les premiers tours. Ici, la constance des pneus semble meilleure par rapport au pneu de l'année dernière, alors on espère qu'à la fin de la course ils ne seront pas beaucoup plus rapides que nous.

Le week-end s'annonce pluvieux. Vas-tu prendre moins de risques en essais libres pour ne pas risquer de te blesser à ce moment crucial de la saison ?

On a beaucoup de choses à tester sur le mouillé, parce qu'on a des soucis avec la moto. On est trop en difficulté pour faire chauffer le pneu arrière. Alors, bien sûr, je vais pousser, mais je ne serai pas à la limite dès le début. Je pense qu'il faut avancer pas à pas. Je pense qu'il y a un bon compromis à trouver entre ne pas prendre de risques et en prendre à 100%.

Lire aussi :

As-tu été inquiet par rapport au COVID-19 ces derniers jours ? Que prévois-tu pour les trois prochaines courses ?

Je suis allé en France, mais je suis revenu directement en Andorre, où je suis resté à la maison. J'ai la possibilité de m'entraîner à la maison, alors c'est bien. Après ce Grand Prix, je rentrerai chez moi en voiture. Je pense que c'est la solution la plus sûre, on arrive le dimanche soir et on repart le jeudi. Ce sera mon plan pour la semaine prochaine. Ça n'est vraiment pas facile, mais il faut qu'on tienne jusqu'à Portimão.

partages
commentaires
Cal Crutchlow s'est déchiré un ligament de l'épaule
Article précédent

Cal Crutchlow s'est déchiré un ligament de l'épaule

Article suivant

En manque de moteurs, Viñales est contraint de limiter son roulage

En manque de moteurs, Viñales est contraint de limiter son roulage
Charger les commentaires
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021
Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda Prime

Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda

Il fut un temps où Honda était la destination toute tracée des jeunes talents de la moto mais deux de ses rivaux, KTM et, dans une moindre mesure, Ducati, ont pris le contrôle de ce marché. Cette évolution aura-t-elle des conséquences sur l'avenir du MotoGP ?

MotoGP
16 oct. 2021
Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage Prime

Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage

Marc Márquez a profondément fait évoluer son pilotage pour retrouver la victoire après sa blessure. Celui qui a dominé la dernière décennie du MotoGP devra peut-être le faire à nouveau s'il veut redevenir un prétendant au titre, la marge de progrès dans sa condition physique se réduisant.

MotoGP
7 oct. 2021
Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ? Prime

Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ?

Le retour du MotoGP en Amérique pour la première fois depuis 2019 ne se passe pas aussi bien que prévu, les pilotes s'inquiétant de la sécurité à l'issue des essais du vendredi.

MotoGP
2 oct. 2021
Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ? Prime

Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ?

L'attention portée par Ducati à ses équipes satellites, couplée aux efforts fournis par Andrea Dovizioso pour améliorer la capacité des dernières versions de la Desmosedici à prendre les virages, permettent à la marque italienne de disposer aujourd'hui de la moto la plus polyvalente du championnat, une moto que l'on a vue sur le podium avec cinq pilotes différents cette année.

MotoGP
27 sept. 2021