Quartararo, énervé d'avoir manqué la pole mais content d'être 2e

Le Français a une nouvelle fois sorti une remarquable performance ce samedi en qualifications, comme il avait su le faire il y a un mois à Jerez. Mais cette fois-ci, il doit néanmoins se contenter de la deuxième place sur la grille.

Quartararo, énervé d'avoir manqué la pole mais content d'être 2e

On a bien cru assister à une répétition des qualifications de Jerez, lorsque Fabio Quartararo avait soufflé la pole position à des adversaires pourtant jugés, sinon plus coriaces, tout du moins plus expérimentés. Le Français n'en a pas moins fait très forte impression ce samedi au Mugello, avec le deuxième temps juste derrière le leader du championnat, Marc Márquez.

Le jeune Niçois a été le premier à battre le record de la piste, qui n'aura finalement tenu qu'à peine plus de trois heures (Danilo Petrucci en était le nouveau propriétaire depuis son meilleur temps signé lors des EL3), et à passer sous la barre des 1'46. Pour quelqu'un qui avait peur d'avoir froid aux yeux en déboulant à l'approche de San Donato…

Lire aussi :

Le pilote de l'équipe Yamaha Petronas a même montré quelques signes d'agacement lorsque Marc Márquez l'a détrôné de la première place. Preuve que la pole position était bien son objectif, même si la deuxième place reste un résultat des plus honorables sur un tracé aussi sélectif. "Tout d'abord, tous les pilotes veulent la pole position, mais je ne m'attendais pas à progresser sur ce tour", explique-t-il. "J'avais fait quelques petites erreurs qui nous ont coûté un peu de temps, et quand j'ai vu que Marc était premier, je pensais qu'il était devant pour seulement un dixième ou un peu moins, mais dès que j'ai vu qu'il était plus rapide de plus de deux dixièmes, je me suis dit : 'ok, il est bien plus rapide que nous'. Donc c'est pour cela que j'avais l'air un peu énervé, mais j'étais bien sûr aussi très content [de ma deuxième place]."

La Yamaha, une moto très agile en virage

Il est vrai que la Yamaha n'est sans doute pas la moto la plus rapide en ligne droite, mais son cavalier l'assure : sa performance, il a été la chercher dans les virages rapides du tracé toscan. "C'est vrai que nous n'avons pas la meilleure vitesse de pointe, mais aucune moto n'est parfaite", a-t-il expliqué en conférence de presse. "Nous avons nos points positifs et nos points négatifs, mais la moto me procure de très bonnes sensations et est très confortable. Elle tourne très bien, et je pense que c'est la chose la plus importante pour être rapide."

Toujours dans le coup depuis le début du week-end, Quartararo avait déjà montré les crocs peu avant les qualifications, en empochant le meilleur temps à l'issue des EL4. Est-ce donc le commencement d'une certaine habitude, ou bien le fait d'avoir parfaitement construit son week-end qui font que l'intéressé est moins surpris de sa performance du jour qu'en Espagne début mai ? "C'est vrai qu'à Jerez c'était différent, car nous avions eu la pole position alors que nous ne nous y attendions pas", avance-t-il. "Mais ici c'est différent : notre rythme est bon, et nous ne savons pas pour le moment quel pneu nous allons utiliser demain, c'est une décision que nous allons prendre à l'issue du warm-up."

Lire aussi :

Pour la course, Quartararo appliquera le même plan de marche qui aurait dû être le sien à Jerez s'il n'avait pas été contraint à l'abandon, à savoir sortir la grosse attaque avant de ménager sa monture lors de la seconde partie de la course (on remarquera que c'était le schéma diamétralement opposé qui avait été appliqué en France il y a deux semaines, avec dix derniers tours en mode "time attack"). "Pour le moment, la course n'a pas débuté. Je reste calme : nous avons des aspects positifs sur la moto, mais aussi des négatifs", insiste le Français, qui se veut prudent. "Je pense que la moto est très bonne en virage, et je me sens très bien dans les virages rapides. Bien sûr nous allons devoir attaquer un peu plus dans les premiers tours, mais dès que le groupe va être un peu plus espacé, j'essaierai alors d'être un peu plus calme sur les pneus et de les économiser."

partages
commentaires
L'erreur en EL3, "moment-clé" de la déroute de Rossi
Article précédent

L'erreur en EL3, "moment-clé" de la déroute de Rossi

Article suivant

Pour améliorer sa situation, Lorenzo veut que Honda ait "un plan"

Pour améliorer sa situation, Lorenzo veut que Honda ait "un plan"
Charger les commentaires
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021
Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda Prime

Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda

Il fut un temps où Honda était la destination toute tracée des jeunes talents de la moto mais deux de ses rivaux, KTM et, dans une moindre mesure, Ducati, ont pris le contrôle de ce marché. Cette évolution aura-t-elle des conséquences sur l'avenir du MotoGP ?

MotoGP
16 oct. 2021
Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage Prime

Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage

Marc Márquez a profondément fait évoluer son pilotage pour retrouver la victoire après sa blessure. Celui qui a dominé la dernière décennie du MotoGP devra peut-être le faire à nouveau s'il veut redevenir un prétendant au titre, la marge de progrès dans sa condition physique se réduisant.

MotoGP
7 oct. 2021
Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ? Prime

Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ?

Le retour du MotoGP en Amérique pour la première fois depuis 2019 ne se passe pas aussi bien que prévu, les pilotes s'inquiétant de la sécurité à l'issue des essais du vendredi.

MotoGP
2 oct. 2021
Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ? Prime

Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ?

L'attention portée par Ducati à ses équipes satellites, couplée aux efforts fournis par Andrea Dovizioso pour améliorer la capacité des dernières versions de la Desmosedici à prendre les virages, permettent à la marque italienne de disposer aujourd'hui de la moto la plus polyvalente du championnat, une moto que l'on a vue sur le podium avec cinq pilotes différents cette année.

MotoGP
27 sept. 2021