Quartararo, énervé d'avoir manqué la pole mais content d'être 2e

Le Français a une nouvelle fois sorti une remarquable performance ce samedi en qualifications, comme il avait su le faire il y a un mois à Jerez. Mais cette fois-ci, il doit néanmoins se contenter de la deuxième place sur la grille.

Quartararo, énervé d'avoir manqué la pole mais content d'être 2e

On a bien cru assister à une répétition des qualifications de Jerez, lorsque Fabio Quartararo avait soufflé la pole position à des adversaires pourtant jugés, sinon plus coriaces, tout du moins plus expérimentés. Le Français n'en a pas moins fait très forte impression ce samedi au Mugello, avec le deuxième temps juste derrière le leader du championnat, Marc Márquez.

Le jeune Niçois a été le premier à battre le record de la piste, qui n'aura finalement tenu qu'à peine plus de trois heures (Danilo Petrucci en était le nouveau propriétaire depuis son meilleur temps signé lors des EL3), et à passer sous la barre des 1'46. Pour quelqu'un qui avait peur d'avoir froid aux yeux en déboulant à l'approche de San Donato…

Lire aussi :

Le pilote de l'équipe Yamaha Petronas a même montré quelques signes d'agacement lorsque Marc Márquez l'a détrôné de la première place. Preuve que la pole position était bien son objectif, même si la deuxième place reste un résultat des plus honorables sur un tracé aussi sélectif. "Tout d'abord, tous les pilotes veulent la pole position, mais je ne m'attendais pas à progresser sur ce tour", explique-t-il. "J'avais fait quelques petites erreurs qui nous ont coûté un peu de temps, et quand j'ai vu que Marc était premier, je pensais qu'il était devant pour seulement un dixième ou un peu moins, mais dès que j'ai vu qu'il était plus rapide de plus de deux dixièmes, je me suis dit : 'ok, il est bien plus rapide que nous'. Donc c'est pour cela que j'avais l'air un peu énervé, mais j'étais bien sûr aussi très content [de ma deuxième place]."

La Yamaha, une moto très agile en virage

Il est vrai que la Yamaha n'est sans doute pas la moto la plus rapide en ligne droite, mais son cavalier l'assure : sa performance, il a été la chercher dans les virages rapides du tracé toscan. "C'est vrai que nous n'avons pas la meilleure vitesse de pointe, mais aucune moto n'est parfaite", a-t-il expliqué en conférence de presse. "Nous avons nos points positifs et nos points négatifs, mais la moto me procure de très bonnes sensations et est très confortable. Elle tourne très bien, et je pense que c'est la chose la plus importante pour être rapide."

Toujours dans le coup depuis le début du week-end, Quartararo avait déjà montré les crocs peu avant les qualifications, en empochant le meilleur temps à l'issue des EL4. Est-ce donc le commencement d'une certaine habitude, ou bien le fait d'avoir parfaitement construit son week-end qui font que l'intéressé est moins surpris de sa performance du jour qu'en Espagne début mai ? "C'est vrai qu'à Jerez c'était différent, car nous avions eu la pole position alors que nous ne nous y attendions pas", avance-t-il. "Mais ici c'est différent : notre rythme est bon, et nous ne savons pas pour le moment quel pneu nous allons utiliser demain, c'est une décision que nous allons prendre à l'issue du warm-up."

Lire aussi :

Pour la course, Quartararo appliquera le même plan de marche qui aurait dû être le sien à Jerez s'il n'avait pas été contraint à l'abandon, à savoir sortir la grosse attaque avant de ménager sa monture lors de la seconde partie de la course (on remarquera que c'était le schéma diamétralement opposé qui avait été appliqué en France il y a deux semaines, avec dix derniers tours en mode "time attack"). "Pour le moment, la course n'a pas débuté. Je reste calme : nous avons des aspects positifs sur la moto, mais aussi des négatifs", insiste le Français, qui se veut prudent. "Je pense que la moto est très bonne en virage, et je me sens très bien dans les virages rapides. Bien sûr nous allons devoir attaquer un peu plus dans les premiers tours, mais dès que le groupe va être un peu plus espacé, j'essaierai alors d'être un peu plus calme sur les pneus et de les économiser."

partages
commentaires
L'erreur en EL3, "moment-clé" de la déroute de Rossi

Article précédent

L'erreur en EL3, "moment-clé" de la déroute de Rossi

Article suivant

Pour améliorer sa situation, Lorenzo veut que Honda ait "un plan"

Pour améliorer sa situation, Lorenzo veut que Honda ait "un plan"
Charger les commentaires
Le gentil géant qui manquera au MotoGP Prime

Le gentil géant qui manquera au MotoGP

Imaginer le MotoGP sans Danilo Petrucci, c'est envisager de perdre l'un des rares pilotes qui aient pu battre Marc Márquez au sommet de son art et un garçon aussi attachant que combattif.

MotoGP
26 juil. 2021
Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné Prime

Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné

Joan Mir croit en ses chances de conserver son titre en MotoGP, malgré une première moitié de saison en dessous de ses attentes. Motorsport.com a pu échanger avec le pilote Suzuki sur ses chances au championnat, le départ de Davide Brivio et la célébrité apportée par son sacre mondial en 2020.

MotoGP
23 juil. 2021
Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès Prime

Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès

À la peine dans les dernières de la saison 2020, Fabio Quartararo a retrouvé le sommet et domine le championnat à mi-parcours. Motorsport.com s'est entretenu avec le Niçois pour évoquer sa nouvelle approche, sa progression et son arrivée dans l'équipe Yamaha factory, mais aussi les grandes difficultés de son coéquipier.

MotoGP
15 juil. 2021
Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi Prime

Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi

En sa qualité de patron d'équipe, Valentino Rossi va entrer de façon imminente dans une nouvelle ère dans sa carrière, et celle-ci aura une influence considérable sur un certain nombre de pilotes et d'équipes du championnat. Mais c'est précisément chez Yamaha que se fera sentir l'un des plus gros impacts car la marque joue un rôle central dans cet épisode et pourrait en conséquence perdre ses liens avec le Docteur.

MotoGP
23 juin 2021
Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité ! Prime

Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité !

Prendre le sillage d'un rival pour gagner en performance... ou être celui qui est accroché et donne, de son plein gré ou non, un avantage à un concurrent. Le sujet n'a pas pas fini de faire parler, mais crée en tout cas des dynamiques intéressantes entre les pilotes du plateau MotoGP.

MotoGP
10 juin 2021
Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ? Prime

Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ?

Aveu d'échec mais coup de pouce possiblement bienvenu : l'éligibilité à des concessions en MotoGP peut être vue de plusieurs manières, comme en témoignent les réactions de Marc Márquez et Pol Espargaró à cette évocation...

MotoGP
6 juin 2021
Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre" Prime

Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre"

Toujours aussi passionné, mais aussi ancré dans la réalité, l'ancien pilote Lucio Cecchinello partage avec nous son regard sur les effets de la crise actuelle en MotoGP et la manière dont le championnat devrait selon lui évoluer.

MotoGP
28 mai 2021
Hervé Poncharal, taille patron Prime

Hervé Poncharal, taille patron

Patron du team Tech3 et président de l'IRTA, Hervé Poncharal est une figure incontournable du MotoGP. Aussi impliqué dans le sauvetage du championnat face à la crise sanitaire que touché par l'évolution de la planète, le Français a partagé avec nous son regard sur le monde.

MotoGP
26 mai 2021