Pour Quartararo, une 7e place "ça ramène les pieds sur terre"

Invaincu en début de championnat, Fabio Quartararo a essuyé un revers à Brno. Bien que ce résultat ait été difficile à accepter, il se félicite d'avoir sauvé ce qui pouvait l'être.

Pour Quartararo, une 7e place "ça ramène les pieds sur terre"

Fabio Quartararo n'avait pas de mots assez forts pour décrire sa course, dimanche après-midi, "une torture du premier au 21e tour". Pas franchement à l'aise à Brno l'an dernier, il pouvait espérer connaître un week-end complètement différent cette année alors qu'il sortait d'un doublé espagnol retentissant.

Roi du monde en quittant Jerez, il a pourtant souffert comme rarement dimanche sur la piste tchèque, vivant la course "la plus difficile de [sa] carrière en MotoGP". "C'est vraiment difficile d'accepter un résultat de ce type, mais j'étais à la limite du premier au 21e tour", constatait-il, impuissant.

Propulsé leader du championnat et désigné favori à la succession de Marc Márquez après ses deux victoires en Espagne, les émotions du jeune pilote ont été mises à rude épreuve par cette course durant laquelle il n'a pu éviter de glisser jusqu'à la septième place, en grande difficulté avec ses pneus.

"C'était assez dur", admettait-il à chaud. "Quand on sort de deux victoires de suite, avec cinq secondes d'avance, on veut à nouveau se battre pour gagner. Et après les EL4, franchement, j'étais dans le coup pour le podium. Certes, je n'avais pas le même rythme qu'à Jerez, mais au troisième virage j'ai eu une grosse glissade à l'arrière et j'ai su que ça n'allait pas avec le pneu."

Lire aussi :

Alors qu'il expliquait en ce début de championnat avoir progressé sur la gestion de son énergie et réussir à canaliser dans des situations où il n'en aurait pas forcément été capable par le passé, le pilote Petronas avouait avoir eu du mal à garder son calme lorsqu'il s'est fait avaler par Rins, Rossi et Oliveira en deux tours, à la fin de la course, sans n'avoir "rien pu faire". Malgré tout, il se félicitait d'avoir su se contenir et sauver ce qui pouvait l'être.

"Quand on sort de deux victoires, on se dit qu'on veut se battre pour gagner, mais ça ramène les pieds sur terre − même si je les avais déjà. P7 ça n'est pas le meilleur des résultats, mais je sais que si j'avais été dans la même situation l'année dernière j'aurais attaqué plus et je serais peut-être tombé. Là, je savais que ça n'était pas possible. Je pense que c'est négatif de décrocher une septième place, mais c'est positif de savoir que je ne peux pas toujours être premier", jugeait-il.

Cette course aura finalement été une expérience comme une autre. Mais pour qu'elle soit réellement enrichissante pour le pilote comme pour son équipe technique, notamment en vue de la promotion vers l'équipe officielle l'année prochaine, il faut analyser cette contre-performance et en comprendre la cause.

"Pour mon chef mécano aussi, étant donné qu'il prend de l'expérience pour les prochaines années, il est important de savoir si on fait une erreur ou pas", soulignait Quartararo avant de quitter Brno pour le Red Bull Ring. "Je sais que, quand il fait une erreur, mon chef mécano s'en mord les doigts toute la journée. Quand il a fait des erreurs, il en a tiré des leçons et moi aussi. Notre relation est très bonne et je pense que c'est aussi pour ça que l'année dernière on a réussi à obtenir pas mal de podiums et qu'on a vraiment fait du bon boulot."

"Maintenant on va aller en Autriche", poursuivait le Français, prêt à passer à autre chose. "Je suis très content de retrouver l'Autriche, qui est une piste que j'adore alors j'ai hâte d'y être. Et puis on sait qu'ensuite on aura nos courses, qui sont Misano, Barcelone et Le Mans."

partages
commentaires
KTM pourrait perdre ses concessions : "Nous serons prêts"

Article précédent

KTM pourrait perdre ses concessions : "Nous serons prêts"

Article suivant

Zarco fair-play : Binder a fait ce que je n'ai pas pu faire avec KTM

Zarco fair-play : Binder a fait ce que je n'ai pas pu faire avec KTM
Charger les commentaires
Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha Prime

Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha

Les différents événements qui ont mené à l'arrivée d'Andrea Dovizioso chez SRT et la suprématie de Fabio Quartararo chez Yamaha font penser que son retour en MotoGP revêt plus d'un choix par défaut que d'un projet à long terme.

MotoGP
8 sept. 2021
Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais Prime

Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais

Il y a 24 ans jour pour jour, Valentino Rossi devenait Champion du monde pour la première fois. Aujourd'hui il s'apprête à quitter le MotoGP, résolu à l'idée que le dixième sacre après lequel il a tant couru ne viendra jamais enrichir son palmarès.

MotoGP
31 août 2021
Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière Prime

Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière

Dans une interview exclusive accordée à Motorsport.com, Marc Márquez se confie sur les défis auxquels il est confronté depuis sa blessure, sa volonté de retrouver le sommet et la domination actuelle de Fabio Quartararo.

MotoGP
24 août 2021
La gestion de la pression, de moins en moins taboue Prime

La gestion de la pression, de moins en moins taboue

Sujet délicat s'il en est, la santé mentale s'assume désormais de plus en plus dans différentes disciplines sportives, et la compétition moto n'y fait pas exception. La gestion de la pression ou de performances en berne peut s'avérer particulièrement difficile à endurer, et cela reste bien souvent tabou.

MotoGP
21 août 2021
Pourquoi Petronas n'a toujours pas de pilote pour 2022 Prime

Pourquoi Petronas n'a toujours pas de pilote pour 2022

Le verrouillage de Raúl Fernández par KTM et le peu de coopération de Yamaha font que le team Petronas SRT n'a pas encore pu annoncer de pilote pour la saison prochaine. Après avoir vu l'Espagnol lui échapper, l'équipe malaisienne porte son dévolu sur Marco Bezzecchi, mais lui aussi est en lien étroit avec un autre groupe.

MotoGP
10 août 2021
Le gentil géant qui manquera au MotoGP Prime

Le gentil géant qui manquera au MotoGP

Imaginer le MotoGP sans Danilo Petrucci, c'est envisager de perdre l'un des rares pilotes qui aient pu battre Marc Márquez au sommet de son art et un garçon aussi attachant que combattif.

MotoGP
26 juil. 2021
Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné Prime

Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné

Joan Mir croit en ses chances de conserver son titre en MotoGP, malgré une première moitié de saison en dessous de ses attentes. Motorsport.com a pu échanger avec le pilote Suzuki sur ses chances au championnat, le départ de Davide Brivio et la célébrité apportée par son sacre mondial en 2020.

MotoGP
23 juil. 2021
Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès Prime

Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès

À la peine dans les dernières de la saison 2020, Fabio Quartararo a retrouvé le sommet et domine le championnat à mi-parcours. Motorsport.com s'est entretenu avec le Niçois pour évoquer sa nouvelle approche, sa progression et son arrivée dans l'équipe Yamaha factory, mais aussi les grandes difficultés de son coéquipier.

MotoGP
15 juil. 2021