Quartararo/Viñales : la bataille pour le statut de #1 chez Yamaha

Deux pilotes lorgnent sur le statut de numéro 1 dans l'équipe d'usine Yamaha en 2021. Mais à la différence de l'an passé, celui-ci devra se gagner sur la piste...

Quartararo/Viñales : la bataille pour le statut de #1 chez Yamaha

On aura compris en de nombreuses occasions entre les lignes, et notamment lors d'une déclaration récente de Maverick Viñales, que la cohabitation de l'Espagnol avec Valentino Rossi au sein de l'équipe Yamaha factory avait laissé quelques traces chez celui qui accueille désormais un nouvel équipier à ses côtés.

Quelque peu frustré de ne pas avoir été selon lui suffisamment entendu pour appliquer une certaine direction dans les pistes à suivre pour exploiter le meilleur potentiel de la M1 ces dernières années, et en particulier lors des débuts de week-end de la saison dernière, Viñales n'a pas caché estimer que Yamaha avait laissé filer une belle occasion de lui permettre de coiffer la couronne mondiale en 2020, lors d'une saison où tout était ouvert.

La campagne en dents de scie de Yamaha a en effet établi un aspect récurrent : rarement une moto de laquelle Rossi se satisfaisait ouvertement réjouissait Viñales, et inversement ! Et alors que se posait la question de l'avenir du Docteur dans la discipline tandis que celui de Viñales au sein du team était clair, l'Espagnol aurait espéré recevoir une position de leader plus affirmée dès l'an dernier pour parvenir à ses propres objectifs et au moins permettre de mettre en marche des méthodes de travail et développements allant dans la direction désirée.

Lire aussi :

Changement de donne de l'autre côté du box

Désormais, c'est avec un nouveau jeune loup dans la tanière que se retrouve Viñales, en la personne de Fabio Quartararo qui débarque du team Petronas SRT. Un pilote dont l'Espagnol connait la valeur, puisqu'il a largement eu l'occasion ces deux dernières années de constater à quel point ses données et résultats avec le team satellite ont parfois mis à mal le travail des pilotes factory. Et qui, s'il venait à rapidement s'afficher comme un solide atout pour mener le travail de Yamaha, pourrait lui aussi faire tanguer la position de leader que Viñales souhaite acquérir de droit après avoir dû vivre dans le périmètre de l'autorité politique et sportive de Rossi. Mais n'est pas Rossi qui veut, et Viñales sait qu'il devra travailler en bonne intelligence avec Quartararo pour lui-même et la perception de son influence positive par le team.

"J'espère que nous aurons la chance de connaître des problèmes de management avec nos pilotes, car cela voudrait dire qu'ils se battent tous deux pour les victoires, qu'ils se battent l'un contre l'autre", ironise non sans un certain niveau de sérieux Lin Jarvis, directeur exécutif de Yamaha Motor Racing, qui a dû déployer durant 15 ans tout son tact managérial face à l'autorité qu'a fait peser le #46 sur ses coéquipiers, et dont Jorge Lorenzo a fait les frais avant Viñales.

"Ils sont clairement tous deux capables de gagner des courses et tous deux sont assurément des prétendants au titre. Si nous pouvons leur en donner les moyens, je pense vraiment qu'ils pourront tous les deux se battre pour le top 3 du championnat", juge le responsable au sujet du nouveau binôme. "En termes d'attitude et d'approche, on peut voir que la dynamique entre eux est très bonne. Ils apprécient l'un l'autre leur caractère respectif, ils ont une passion commune qui est le motocross, ils adorent en faire tous les deux en plus du MotoGP, et je pense que nous commençons la saison avec une base très solide, alors on va voir comment ils s'entendent."

Selon leur patron, les deux hommes ont tout à gagner d'une relation visant à tirer Yamaha vers le haut plutôt que de se concentrer sur leur petite personne chacun de leur côté pour déterminer qui des deux est le leader de l'équipe. Ils ont par ailleurs beaucoup à apprendre l'un de l'autre, estime le Britannique, qui sait que l'un des points de focus de Viñales est le rythme du samedi, en qualifications, afin de partir aussi haut que possible de la grille de départ. Et celui-ci ne manque par ailleurs pas de continuer à agiter l'épouvantail jaune fluo et de mentionner le quatrième homme de Yamaha, qui les a tous les deux coiffés au poteau au général l'an dernier !

"Une chose qui est ressortie de la présentation de l'équipe, c'est l'appréciation de Maverick pour la vitesse incroyable de Fabio en 2019 et 2020, avec ses performances en matière de pole positions. Comme vous le savez, en MotoGP aujourd'hui l'écart entre obtenir en course un excellent résultat ou un résultat pas si bon est très fin, et tout le monde est extrêmement compétitif."

"Je pense, et j'espère, qu'ils vont donc se regarder l'un et l’autre, mais aussi regarder dans le stand d'à-côté dans le team Petronas. Nous avons la très grande expérience de Valentino dans cette équipe et il sera sur une moto de même spécification que nos pilotes. Tous les trois seront sur la même spec et chacun pourra voir ce que les autres pilotes ont comme réglages et où ils gagnent du temps, et puis Frankie [Morbidelli] aussi. Alors je pense qu'ils vont apprendre les uns des autres, mais aussi que le package Yamaha dans son ensemble sera très fort cette année."

Lire aussi :

Deux pilotes redoutables sur un tour

D'après Quartararo, c'est effectivement dans la manière d'aborder les qualifications que se rejoignent notamment les deux pilotes factory, et d'où une émulation saine pourrait provenir. C'est dans ce domaine que le Français s'attend au plus gros duel avec son équipier, dont il connait aussi la pointe de vitesse. "L'année dernière, on s'est bien battu", apprécie-t-il dans un large sourire. "Il n'était alors pas mon coéquipier mais c'était pareil : on avait la même moto, on cherchait toujours à savoir quelle était la meilleure Yamaha. C'est quelque chose qui m'a beaucoup fait apprendre et a repoussé nos limites."

"Je pense que la qualité de Maverick est sa régularité en course", poursuit-il de manière plus étonnante au vu de la perception donnée par l'Espagnol de ses performances le dimanche après-midi. "Je me souviens qu'à Sepang en 2019 j'étais bon en essais, mais le rythme de Maverick était vraiment rapide. Et puis d'un point de vue personnel, c'est vraiment un mec bien. J'espère que ce sera comme entre Lorenzo et Rossi, parce qu'ils se sont battus l'un contre l'autre au championnat jusqu'à la dernière course de l'année [en 2015] … Et j'espère être à la place de Lorenzo, et gagner le championnat !" poursuit-il dans un clin d'œil. "En tout cas, je m'entends bien avec Maverick et je pense que l'on peut vraiment bien travailler ensemble et mener Yamaha au sommet. C'est mon objectif personnel, me battre pour le championnat."

Reste qu'au-delà des compliments et de la bonne entente apparente, Viñales demeure celui ayant le plus à perdre de voir Quartararo remplacer un équipier dont il avait pris la mesure en piste, à défaut de l'avoir fait dans le garage.

Le voici désormais à sa septième saison dans l'élite du MotoGP, dont cinq avec Yamaha. La patience commence à manquer pour celui qui pourrait rapidement développer des sentiments similaires à ceux affichés par Pol Espargaró chez KTM lorsque de jeunes pousses venaient cueillir les fruits d'un travail dont il estimait avoir été le principal artisan. Pour l'heure, Viñales flatte lui aussi les qualités de celui avec qui il découvrira la cohabitation dans le box.

"Je pense que sa principale qualité, c'est le tour lancé", estime-t-il au sujet de Quartararo. "Il est très bon en qualifications. Il m'a permis de progresser en 2019 parce qu'il est très important d'être en première ligne et que Fabio y était souvent. J'ai beaucoup appris parce que c'était un jeune pilote, qui faisait ses débuts en MotoGP, et qu'il était très bon sur un tour. Maintenant, je suis bon en qualifications, j'ai appris. Je pense qu'il est très réactif. J'étais comme ça quand j'étais jeune ! En un sens c'est bien, mais d'un autre côté non !"

"On s'entend très bien", retient l'Espagnol, "et je pense que ça peut aider quand on est coéquipiers parce qu'on va passer plus de temps ensemble. Je trouve que c'est vraiment une super personne et c'est toujours génial de très bien s'entendre. Bien sûr, votre coéquipier est votre principal adversaire, mais c'est bien d'avoir beaucoup de respect l'un pour l'autre pour bien s'entendre et se battre de la meilleure façon possible."

Lire aussi :

"Tout est très difficile et on affronte des adversaires forts, et c'est là que l'on apprend beaucoup", résume Quartararo, qui sait que pour remporter une couronne MotoGP, il faut non seulement prendre le dessus sur toute une variété de packages, mais aussi sur ses propres équipiers. "J'espère qu'à la fin de l'année ce sera moi [le numéro un]. Pour le moment il n'y a pas de pilote numéro un et pas de numéro deux. Maverick a son opinion et j'ai la mienne, mais nous avons la même idée, celle de travailler ensemble pour améliorer la moto au maximum."

"Quand ce sera le moment des qualifications et des courses, ce sera la guerre entre nous, par contre on ne doit pas se battre dès le vendredi matin, ni pendant les tests. Je pense que c'est bien de parler très clairement pour arriver à la première course avec la meilleure moto possible. Pour le moment et jusqu'à la fin de l'année, il n'y aura pas de pilote numéro un ou deux, et à la fin on verra si j'arrive à finir devant comme premier pilote Yamaha."

Avec Léna Buffa et Vincent  Lalanne-Sicaud

partages
commentaires
Petrucci : Losail, pas la meilleure piste pour les tests mais on fera avec

Article précédent

Petrucci : Losail, pas la meilleure piste pour les tests mais on fera avec

Article suivant

Le pilote d'essais KTM Mika Kallio s'est fracturé une jambe

Le pilote d'essais KTM Mika Kallio s'est fracturé une jambe
Charger les commentaires
Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha Prime

Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha

Les différents événements qui ont mené à l'arrivée d'Andrea Dovizioso chez SRT et la suprématie de Fabio Quartararo chez Yamaha font penser que son retour en MotoGP revêt plus d'un choix par défaut que d'un projet à long terme.

MotoGP
8 sept. 2021
Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais Prime

Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais

Il y a 24 ans jour pour jour, Valentino Rossi devenait Champion du monde pour la première fois. Aujourd'hui il s'apprête à quitter le MotoGP, résolu à l'idée que le dixième sacre après lequel il a tant couru ne viendra jamais enrichir son palmarès.

MotoGP
31 août 2021
Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière Prime

Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière

Dans une interview exclusive accordée à Motorsport.com, Marc Márquez se confie sur les défis auxquels il est confronté depuis sa blessure, sa volonté de retrouver le sommet et la domination actuelle de Fabio Quartararo.

MotoGP
24 août 2021
La gestion de la pression, de moins en moins taboue Prime

La gestion de la pression, de moins en moins taboue

Sujet délicat s'il en est, la santé mentale s'assume désormais de plus en plus dans différentes disciplines sportives, et la compétition moto n'y fait pas exception. La gestion de la pression ou de performances en berne peut s'avérer particulièrement difficile à endurer, et cela reste bien souvent tabou.

MotoGP
21 août 2021
Pourquoi Petronas n'a toujours pas de pilote pour 2022 Prime

Pourquoi Petronas n'a toujours pas de pilote pour 2022

Le verrouillage de Raúl Fernández par KTM et le peu de coopération de Yamaha font que le team Petronas SRT n'a pas encore pu annoncer de pilote pour la saison prochaine. Après avoir vu l'Espagnol lui échapper, l'équipe malaisienne porte son dévolu sur Marco Bezzecchi, mais lui aussi est en lien étroit avec un autre groupe.

MotoGP
10 août 2021
Le gentil géant qui manquera au MotoGP Prime

Le gentil géant qui manquera au MotoGP

Imaginer le MotoGP sans Danilo Petrucci, c'est envisager de perdre l'un des rares pilotes qui aient pu battre Marc Márquez au sommet de son art et un garçon aussi attachant que combattif.

MotoGP
26 juil. 2021
Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné Prime

Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné

Joan Mir croit en ses chances de conserver son titre en MotoGP, malgré une première moitié de saison en dessous de ses attentes. Motorsport.com a pu échanger avec le pilote Suzuki sur ses chances au championnat, le départ de Davide Brivio et la célébrité apportée par son sacre mondial en 2020.

MotoGP
23 juil. 2021
Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès Prime

Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès

À la peine dans les dernières de la saison 2020, Fabio Quartararo a retrouvé le sommet et domine le championnat à mi-parcours. Motorsport.com s'est entretenu avec le Niçois pour évoquer sa nouvelle approche, sa progression et son arrivée dans l'équipe Yamaha factory, mais aussi les grandes difficultés de son coéquipier.

MotoGP
15 juil. 2021