Rabat : "J'avais la jambe tordue en S"

Le pilote Avintia n'a pas été en mesure de fournir une date pour son retour à la compétition, et explique que Morbidelli fait partie des rares pilotes à ne pas l'avoir contacté suite à cet accident.

Rabat : "J'avais la jambe tordue en S"
Tito Rabat à l'hôpital
Tito Rabat à l'hôpital
Tito Rabat à l'hôpital
Tito Rabat, Avintia Racing
Tito Rabat, Avintia Racing
Tito Rabat, Avintia Racing

Au cours d'une conférence de presse organisée au sein de l'Hôpital Universitaire Dexeus, le Champion Moto2 2014 est revenu sur le grave accident dans lequel il a été impliqué lors de la quatrième séance d'essais libres du Grand Prix de Grande-Bretagne, et où il a été fauché par la moto de Morbidelli.

L’impact lui a occasionné une triple fracture, au niveau du fémur, du tibia et du péroné de la jambe droite, ce qui a nécessité une opération immédiate au sein de l’hôpital de Coventry.

Vendredi dernier, Rabat a été rapatrié dans un avion médicalisé, avant d’être admis au sein de l’hôpital Dexeus, à Barcelone, où il a été pris en charge par les docteurs Ángel Charte, Xavier Mir et Ignacio Ginebreda. Ces derniers ont alors mené des examens pour s’assurer que le traitement appliqué par leurs collègues anglais avait été adapté à ces blessures. En ce sens, les médecins espagnols ont rendu hommage au travail accompli par l’équipe britannique, qu’ils ont d’ailleurs qualifié "d’exemplaire".

Pas de date de retour encore fixée

Aussi bien Rabat que le corps médical n’ont pas été en mesure de communiquer une date en vue d’un possible retour. Mais la volonté générale est bien de parvenir à un temps de récupération minimum, tout en restant bien sûr dans les marges de sécurité requises suite à des blessures de ce type.

"Je vais faire ce que m'indiquent les docteurs. La priorité, c'est de me rétablir le plus vite possible. Au final, ce sont eux qui savent quoi faire quant à l'évolution de ma jambe", a expliqué Rabat, qui va encore rester quelques jours en observation, jusqu'à ce que les résultats de ses analyses soient adéquats.

De son côté, il est prévu que l'équipe Avintia annonce dans les prochains jours l'identité du pilote qui sera amené à remplacer le numéro 53 sur les courses où celui-ci sera contraint de déclarer forfait.

Lire aussi :

"Tito va récupérer le plus vite possible, mais je ne vais pas me risquer à donner une date pour son retour. Il va falloir évaluer le moment où il va pouvoir remonter sur la moto, et les risques qui vont avec. Nous avons prévu une série d'interventions pour accélérer la consolidation. Il pourrait remonter sur la moto avant que les fractures ne soient totalement consolidées, mais il faut toujours évaluer les risques encourus", fait remarquer Ignacio Ginebreda, responsable des membres inférieurs de l'Hôpital Universitaire Dexeus.

Depuis l'accident dont il a été victime à Silverstone, Rabat souhaite changer certaines de ses réactions à la suite de chutes dont il peut être victime.

"Le pire, ça a été la douleur, qui m'a pour ainsi dire empêché de dormir. À aucun moment je n'ai pensé perdre ma jambe, même si je l'ai vue tordue en S une fois au sol. J'ai perdu beaucoup de sang et j'ai été effrayé", poursuit l'Espagnol.

"À partir de maintenant, chaque fois que je chuterai, je garderai un œil sur ce qui se passe derrière moi. Juste avant, j'ai vu Rins m'alerter pour que je sorte de là, et j'ai vu la moto de Franco qui s'est dirigée rapidement dans ma direction. Par chance j'étais debout à ce moment-là, car si cela n'avait pas été le cas, cela aurait été bien pire", reprend Rabat, qui ces derniers jours a reçu de nombreux messages de soutien et d'appel de la part du paddock, mais pas de Morbidelli, de façon surprenante : "Non, Franco fait partie des rares à ne pas m'avoir contacté."

Mise à jour : Peu après cette déclaration de Tito Rabat, Franco Morbidelli a indiqué avoir bien tenté de lui transmettre un message le jour de l'accident, via les réseaux sociaux, car il n'avait pas le numéro de téléphone de son collègue. L'incompréhension entre eux a rapidement été levée.

partages
commentaires
2018, "l'une des meilleures saisons" aux yeux d'Aspar

Article précédent

2018, "l'une des meilleures saisons" aux yeux d'Aspar

Article suivant

SIC Yamaha Petronas : "Cela va prendre du temps" pour être compétitif

SIC Yamaha Petronas : "Cela va prendre du temps" pour être compétitif
Charger les commentaires
Le gentil géant qui manquera au MotoGP Prime

Le gentil géant qui manquera au MotoGP

Imaginer le MotoGP sans Danilo Petrucci, c'est envisager de perdre l'un des rares pilotes qui aient pu battre Marc Márquez au sommet de son art et un garçon aussi attachant que combattif.

MotoGP
26 juil. 2021
Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné Prime

Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné

Joan Mir croit en ses chances de conserver son titre en MotoGP, malgré une première moitié de saison en dessous de ses attentes. Motorsport.com a pu échanger avec le pilote Suzuki sur ses chances au championnat, le départ de Davide Brivio et la célébrité apportée par son sacre mondial en 2020.

MotoGP
23 juil. 2021
Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès Prime

Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès

À la peine dans les dernières de la saison 2020, Fabio Quartararo a retrouvé le sommet et domine le championnat à mi-parcours. Motorsport.com s'est entretenu avec le Niçois pour évoquer sa nouvelle approche, sa progression et son arrivée dans l'équipe Yamaha factory, mais aussi les grandes difficultés de son coéquipier.

MotoGP
15 juil. 2021
Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi Prime

Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi

En sa qualité de patron d'équipe, Valentino Rossi va entrer de façon imminente dans une nouvelle ère dans sa carrière, et celle-ci aura une influence considérable sur un certain nombre de pilotes et d'équipes du championnat. Mais c'est précisément chez Yamaha que se fera sentir l'un des plus gros impacts car la marque joue un rôle central dans cet épisode et pourrait en conséquence perdre ses liens avec le Docteur.

MotoGP
23 juin 2021
Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité ! Prime

Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité !

Prendre le sillage d'un rival pour gagner en performance... ou être celui qui est accroché et donne, de son plein gré ou non, un avantage à un concurrent. Le sujet n'a pas pas fini de faire parler, mais crée en tout cas des dynamiques intéressantes entre les pilotes du plateau MotoGP.

MotoGP
10 juin 2021
Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ? Prime

Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ?

Aveu d'échec mais coup de pouce possiblement bienvenu : l'éligibilité à des concessions en MotoGP peut être vue de plusieurs manières, comme en témoignent les réactions de Marc Márquez et Pol Espargaró à cette évocation...

MotoGP
6 juin 2021
Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre" Prime

Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre"

Toujours aussi passionné, mais aussi ancré dans la réalité, l'ancien pilote Lucio Cecchinello partage avec nous son regard sur les effets de la crise actuelle en MotoGP et la manière dont le championnat devrait selon lui évoluer.

MotoGP
28 mai 2021
Hervé Poncharal, taille patron Prime

Hervé Poncharal, taille patron

Patron du team Tech3 et président de l'IRTA, Hervé Poncharal est une figure incontournable du MotoGP. Aussi impliqué dans le sauvetage du championnat face à la crise sanitaire que touché par l'évolution de la planète, le Français a partagé avec nous son regard sur le monde.

MotoGP
26 mai 2021