Rabat marche à peine mais se sent "à nouveau pilote"

partages
commentaires
Rabat marche à peine mais se sent
Par : Léna Buffa
22 nov. 2018 à 12:45

L'Espagnol a fait un retour remarqué, affichant une motivation à toute épreuve après trois mois de convalescence.

Personne n'avait plus le sourire que Tito Rabat, cette semaine à Valence ! Trois mois après un malheureux accident qui a mis un terme à sa saison, le pilote espagnol a fait son retour dans le paddock toujours marqué par ses fractures de la jambe, mais bien décidé à profiter de son retour en selle.

Il avait beau se déplacer à l'aide de béquilles, le numéro 53 ne s'est pas fait prier pour enfourcher la Ducati GP18 qui lui est désormais confiée. Entré en scène à 13h chacun des deux jours, il a bouclé 77 tours et signé le 15e temps de cette séance. Malgré sa condition, l'Espagnol n'a concédé que 1"183 au meilleur temps !

Lire aussi :

"Ça a été un test positif. On a fait du bon travail, on a avancé calmement et j'ai exploité chaque tour pour en apprendre plus sur la nouvelle moto, ainsi que sur de nouveaux membres de mon équipe", commente le pilote Avintia, reconduit pour la saison prochaine au sein de l'équipe espagnole, où il courra avec une Ducati similaire à celle dont disposaient les pilotes officiels cette année.

"Je suis très content de ce test et je suis amoureux de ma Ducati GP18 ! La moto tourne mieux et la puissance est incroyable", se réjouit-il. "Depuis le début, la moto m'a donné de très bonnes sensations, elle me procure une grande confiance dans le train avant, elle tourne très bien et elle est plus douce à piloter."

 

Crevé, mais heureux

Au final, Tito Rabat a fait bien peu de cas de sa condition physique, même s'il manque de forces et si la douleur dans sa jambe s'est parfois fait sentir quand il est passé sur des vibreurs.

"J'ai mal aux épaules, au dos. Peu importe à quel point vous vous entraînez à la maison, tant qu'on ne remonte pas sur une MotoGP, on n'entraîne pas les mêmes muscles, et pas avec la même intensité", expliquait-il dès mardi soir, se sentant "crevé" après une première journée pourtant écourtée par la pluie. "Plus que le physique, il s'agit de se réadapter au pilotage de la moto", assurait-il, lui qui a renoncé à disputer le Grand Prix de Valence sur conseil des médecins.

Lire aussi :

"Je ne m'attendais pas à être aussi rapide aujourd'hui [mardi], je pensais que je ne pourrais rien faire et que ce serait difficile, mais en réalité je me suis senti à l'aise, bien. Le plan avec les médecins était que je revienne après le Grand Prix de Valence et on l'a suivi. Ils m'ont dit que je vais encore devoir utiliser des béquilles pendant un moment, parce que pour ce qui est de marcher c'est une autre histoire et je ne peux pas prendre totalement appui sur la jambe. Mais il faut monter sur la moto pour renforcer le muscle. Au final, là où l'on s'entraîne fort, c'est sur la moto et c'est essentiel pour que je sois prêt en vue des tests de février."

"Je suis très heureux à nouveau, je me sens à nouveau pilote et, par-dessus tout, je suis excité parce que j'ai réalisé que j'ai un bon outil, et c'est tout ce qui compte", conclut Tito Rabat.

Avec Germán Garcia Casanova

Article suivant
Folger retrouve le MotoGP et teste la limite avec une chute

Article précédent

Folger retrouve le MotoGP et teste la limite avec une chute

Article suivant

Viñales compte sur le test de Jerez pour choisir le meilleur moteur

Viñales compte sur le test de Jerez pour choisir le meilleur moteur
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Événement Test Valence
Catégorie Mercredi
Lieu Valencia
Pilotes Tito Rabat
Équipes Avintia Racing
Auteur Léna Buffa