Rabat, toujours blessé à la jambe mais à 100% sur la moto

Tito Rabat ne semble plus handicapé par sa jambe blessée qui l’a tenu éloigné des Grands Prix pendant trois mois et a signé de très bons temps tout au long du test.

Rabat, toujours blessé à la jambe mais à 100% sur la moto

Esteve "Tito" Rabat a impressionné tout le monde d’entrée de jeu en terminant premier pilote Ducati mercredi, et en réalisant un test solide, et ce alors qu’il revient d’une lourde blessure à la jambe et ne dispose que d’une GP18.

Lire aussi :

Le pilote espagnol avait passé trois mois, d’août à novembre derniers, loin des Grands Prix suite à son accident survenu sur le circuit de Silverstone. On se souvient des conditions météorologiques très compliquées auxquelles les pilotes avaient dû faire face durant les EL4, et nombre d’entre eux étaient partis à la faute dans un même virage, dont Rabat. Percuté par la moto en perdition de Franco Morbidelli, il avait souffert de fractures au tibia, au péroné et au fémur de la jambe droite.

Opéré puis en rééducation depuis, il avait été remplacé toute la fin de saison au sein de son équipe Avintia Racing et était revenu en piste pour la première fois lors du premier test de pré-saison qui s’était tenu en novembre sur le circuit de Valence, avant de rouler de nouveau à Jerez la semaine suivante. Il n’avait alors eu que deux journées de roulage, ce qui est peu pour se remettre en selle.

Un test positif

Et pourtant, après deux nouveaux mois de pause, le Catalan est revenu plus en forme que jamais ce mercredi lors du premier jour de test et s’est emparé du quatrième temps tout en terminant premier pilote Ducati, devant les officiels. "Nous avons fait un travail fantastique", a-t-il déclaré à motogp.com. "Au début, après autant de temps sans avoir piloté une MotoGP, les premiers tours m’ont paru vraiment rapides mais ensuite nous avons progressé et avons bien travaillé. Je me sens à l’aise avec la moto, elle fonctionne très bien."

Auteur de 59 tours le premier jour, il en a réalisés 75 le deuxième et a de nouveau terminé dans le top 10 en signant le septième chrono, à un peu plus de sept dixièmes du meilleur temps. Néanmoins, il a plus souffert physiquement le dernier jour et n’a donc couvert que 41 tours. "Je me sens un peu fatigué", a-t-il commenté. "Après la pause hivernale et tout cela, je ne suis pas à 100%."

Malgré sa fatigue, il a conclu le test en quatorzième position avec un chrono de 1'59"485, ce qui le place à 1"246 de la tête du classement. Il a également couvert 175 tours, ce qui lui a permis de bien avancer dans son programme de test dont il tire un bilan positif. "Je suis très content, nous avons beaucoup travaillé", a-t-il confié à motogp.com. "Nous avons vu et appris beaucoup de choses. Je m’amuse sur la moto. Il faut continuer à apprendre, à grandir."

En ce qui concerne sa GP18, il va au plus court mais se montre positif : "La moto est très bonne, elle fonctionne bien, le châssis est bon. Tout va bien." Bien qu’il ne dispose pas de la machine 2019 des pilotes officiels, ils collaborent ensemble : "Ils nous aident beaucoup, sont toujours devant et c’est un bon soutien. Cette année cela se passera bien."

Presque à 100%

Le grand point d’interrogation concernait l’état de sa jambe blessée, et ce test a permis au pilote espagnol de se rassurer : "Elle va mieux que ce que je pensais, beaucoup mieux. Je peux piloter, aller vite. Cela a été dur à la maison. Je suis resté longtemps arrêté, mais là j’ai pu commencer à reprendre le rythme et être rapide."

"Marcher est une chose, mais sur la moto, ma jambe est à 100%, il n’y a pas de problèmes. Je peux bien rouler et c’est le plus important", a-t-il complété auprès de motogp.com.

Lire aussi :

Bien évidemment, il est toujours assisté d’un physiothérapeute et a expliqué que cela sera ainsi "jusqu’à ce que [sa jambe] soit totalement rétablie." À présent, Tito Rabat va se concentrer sur le prochain test qui se tiendra au Qatar en fin de semaine prochaine. L’objectif est bien évidemment d’arriver en forme à la première course de la saison qui aura lieu sur le circuit de Losail : "J’espère être à 100% au Qatar, dans un mois. Avec ce genre de blessure vous partez de loin et avancez lentement, mais à présent cela va de mieux en mieux et je récupère de plus en plus vite."

 
partages
commentaires
Comme Zarco, Marini attendra "la bonne occasion" pour monter en MotoGP

Article précédent

Comme Zarco, Marini attendra "la bonne occasion" pour monter en MotoGP

Article suivant

Yamaha : Besoin d'une "grande évolution", pas d'une "révolution"

Yamaha : Besoin d'une "grande évolution", pas d'une "révolution"
Charger les commentaires
Le gentil géant qui manquera au MotoGP Prime

Le gentil géant qui manquera au MotoGP

Imaginer le MotoGP sans Danilo Petrucci, c'est envisager de perdre l'un des rares pilotes qui aient pu battre Marc Márquez au sommet de son art et un garçon aussi attachant que combattif.

MotoGP
26 juil. 2021
Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné Prime

Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné

Joan Mir croit en ses chances de conserver son titre en MotoGP, malgré une première moitié de saison en dessous de ses attentes. Motorsport.com a pu échanger avec le pilote Suzuki sur ses chances au championnat, le départ de Davide Brivio et la célébrité apportée par son sacre mondial en 2020.

MotoGP
23 juil. 2021
Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès Prime

Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès

À la peine dans les dernières de la saison 2020, Fabio Quartararo a retrouvé le sommet et domine le championnat à mi-parcours. Motorsport.com s'est entretenu avec le Niçois pour évoquer sa nouvelle approche, sa progression et son arrivée dans l'équipe Yamaha factory, mais aussi les grandes difficultés de son coéquipier.

MotoGP
15 juil. 2021
Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi Prime

Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi

En sa qualité de patron d'équipe, Valentino Rossi va entrer de façon imminente dans une nouvelle ère dans sa carrière, et celle-ci aura une influence considérable sur un certain nombre de pilotes et d'équipes du championnat. Mais c'est précisément chez Yamaha que se fera sentir l'un des plus gros impacts car la marque joue un rôle central dans cet épisode et pourrait en conséquence perdre ses liens avec le Docteur.

MotoGP
23 juin 2021
Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité ! Prime

Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité !

Prendre le sillage d'un rival pour gagner en performance... ou être celui qui est accroché et donne, de son plein gré ou non, un avantage à un concurrent. Le sujet n'a pas pas fini de faire parler, mais crée en tout cas des dynamiques intéressantes entre les pilotes du plateau MotoGP.

MotoGP
10 juin 2021
Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ? Prime

Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ?

Aveu d'échec mais coup de pouce possiblement bienvenu : l'éligibilité à des concessions en MotoGP peut être vue de plusieurs manières, comme en témoignent les réactions de Marc Márquez et Pol Espargaró à cette évocation...

MotoGP
6 juin 2021
Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre" Prime

Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre"

Toujours aussi passionné, mais aussi ancré dans la réalité, l'ancien pilote Lucio Cecchinello partage avec nous son regard sur les effets de la crise actuelle en MotoGP et la manière dont le championnat devrait selon lui évoluer.

MotoGP
28 mai 2021
Hervé Poncharal, taille patron Prime

Hervé Poncharal, taille patron

Patron du team Tech3 et président de l'IRTA, Hervé Poncharal est une figure incontournable du MotoGP. Aussi impliqué dans le sauvetage du championnat face à la crise sanitaire que touché par l'évolution de la planète, le Français a partagé avec nous son regard sur le monde.

MotoGP
26 mai 2021