Razali "pas inquiet que Rossi puisse 'voler' les Yamaha" à Petronas

Alors que le MotoGP aborde une saison charnière, qui ouvre la voie à un renouvellement complet des contrats des constructeurs et des équipes, le patron du team Petronas reste confiant de prolonger l'aventure avec Yamaha.

Razali "pas inquiet que Rossi puisse 'voler' les Yamaha" à Petronas

Razlan Razali accueillera en 2021 Valentino Rossi au sein de son équipe, le #46 ayant été recruté avec la bénédiction de Yamaha pour remplacer Fabio Quartararo, parti s'emparer du guidon de son aîné au sein du team officiel. Voir le septuple Champion du monde MotoGP prolonger l'aventure à 42 ans dans une équipe satellite n'étonne pas ceux qui savent à quel point le frisson de la compétition lui est vital, mais certains ont le sentiment que le patron de l'équipe Petronas fait en réalité entrer le loup dans la bergerie.

Car le pilote italien, désormais proche de la retraite, ne cache plus les ambitions qu'il nourrit pour sa propre structure, VR46. Après avoir fait ses gammes dans les plus petites cylindrées, l'équipe se confrontera pour la première fois au MotoGP en 2021, dans un montage opportuniste qui permettra à Luca Marini de prendre le guidon d'une Ducati du team Esponsorama mais aux couleurs de Sky et du groupe basé à Tavullia, le tout accompagné de quelques éléments clés de l'équipe italienne.

Lire aussi :

La prochaine étape sera-t-elle d'inscrire une équipe à part entière en 2022, lorsque les contrats constructeurs et teams seront renouvelés ? Même si tel était le cas, Razlan Razali assure ne pas craindre que Valentino Rossi puisse raccrocher le casque en scellant un accord avec le constructeur d'Iwata pour fournir sa propre équipe.

"Je ne sais pas. J'ai confiance", explique le patron malaisien à GPOne. "Nous avons prouvé à tout le monde ce que nous pouvons y arriver. Nous sommes en MotoGP, mais aussi en Moto2 et en Moto3. Nous avons des personnes très compétentes comme Stigefelt et Zeelenberg, nous sommes donc confiants quant à nos capacités. Nous avons confiance dans l'hypothèse de continuer à travailler avec Yamaha."

"Je ne suis pas inquiet par le fait que Valentino puisse créer sa propre équipe en MotoGP, car le faire en MotoGP ce n'est pas comme le faire en Moto2 et en Moto3. C'est très différent, tout est plus difficile, plus grand et plus couteux. Nous y sommes parvenus et je suis certain que nous continuerons à faire du bon travail. Je ne suis pas inquiet que Valentino puisse nous 'voler' les Yamaha", affirme Razlan Razali.

Discussions amorcées avec "d'autres constructeurs" que Yamaha

Pour autant, l'équipe SRT, engagée via le sponsoring de Petronas, ne dispose pas pour le moment de contrat avec le championnat au-delà de la saison 2021, échéance fixée avant un nouveau cycle de cinq ans pour lequel les engagés sont pour le moment rares. Le team Gresini a annoncé au mois de décembre qu'il en serait, mais en reprenant son statut d'équipe satellite. Côté constructeurs, KTM est la seule marque à avoir scellé son nouvel accord.

"Nous sommes intéressés à l'idée de rester en MotoGP après 2021. Nous voulons rester dans le paddock aussi longtemps que possible", souligne Razlan Razali, qui a un triple engagement à rediscuter, avec Petronas, Yamaha et le MotoGP. "Nous avons commencé à parler avec d'autres constructeurs, mais nous nous sentons à l'aise dans notre relation actuelle avec Yamaha. Ils nous ont beaucoup soutenus dès le début et je pense qu'il y a également un intérêt commun avec Petronas afin de poursuivre cette relation."

"Nous discutons avec eux et nous cherchons à concrétiser notre accord pour cinq années de plus. Pour le moment, il n'y a aucune officialisation, mais il est certain que d'ici à la moitié de l'année nous connaitrons nos plans pour 2022 et au-delà."

En rejoignant le team Petronas en 2021, Valentino Rossi a obtenu de Yamaha la garantie d'un soutien officiel et la fourniture de la moto la plus récente, dont ne disposera pas son coéquipier, Franco Morbidelli. Bien qu'ayant annoncé son souhait de signer pour deux ans, son contrat ne couvre qu'une saison.

Lire aussi :

partages
commentaires

Voir aussi :

Pol Espargaró : La saison 2018, celle des "émotions les plus fortes"
Article précédent

Pol Espargaró : La saison 2018, celle des "émotions les plus fortes"

Article suivant

Fabio Quartararo fait sa première visite à l'usine Yamaha

Fabio Quartararo fait sa première visite à l'usine Yamaha
Charger les commentaires
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021
Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda Prime

Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda

Il fut un temps où Honda était la destination toute tracée des jeunes talents de la moto mais deux de ses rivaux, KTM et, dans une moindre mesure, Ducati, ont pris le contrôle de ce marché. Cette évolution aura-t-elle des conséquences sur l'avenir du MotoGP ?

MotoGP
16 oct. 2021
Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage Prime

Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage

Marc Márquez a profondément fait évoluer son pilotage pour retrouver la victoire après sa blessure. Celui qui a dominé la dernière décennie du MotoGP devra peut-être le faire à nouveau s'il veut redevenir un prétendant au titre, la marge de progrès dans sa condition physique se réduisant.

MotoGP
7 oct. 2021
Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ? Prime

Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ?

Le retour du MotoGP en Amérique pour la première fois depuis 2019 ne se passe pas aussi bien que prévu, les pilotes s'inquiétant de la sécurité à l'issue des essais du vendredi.

MotoGP
2 oct. 2021
Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ? Prime

Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ?

L'attention portée par Ducati à ses équipes satellites, couplée aux efforts fournis par Andrea Dovizioso pour améliorer la capacité des dernières versions de la Desmosedici à prendre les virages, permettent à la marque italienne de disposer aujourd'hui de la moto la plus polyvalente du championnat, une moto que l'on a vue sur le podium avec cinq pilotes différents cette année.

MotoGP
27 sept. 2021