Redding et sa saison "psychologiquement démoralisante" avec Aprilia

L'Anglais révèle les coulisses d'une relation frustrante avec Aprilia, qui l'a miné moralement en plus d'avoir précipité son départ du MotoGP.

Redding et sa saison "psychologiquement démoralisante" avec Aprilia

Le passage de Scott Redding chez Aprilia aura été un calvaire de bout en bout. Après quatre saisons sur des machines satellites, Honda puis Ducati, l'Anglais était arrivé dans l'équipe italienne avec en poche son premier contrat de pilote officiel MotoGP, mais en remplaçant un Sam Lowes qui l'année précédente apparaissait en perdition, il s'attaquait à un défi de taille. "Pour être honnête, je pensais que l'intention était là", explique-t-il dans un podcast pour BT Sport. Seulement, il a vite déchanté.

"Ils m'ont dit : 'On va faire ceci, on va faire cela, c'est une moto d'usine et on va faire ça et ça'. Mais c'était juste un putain de vide, un immense vide. Et c'est ce qui m'a fait mal, c'est ce avec quoi j'ai été en difficulté, parce que j'ai grandi pour gagner, j'ai travaillé dur, j'étais plus léger que je ne l'ai jamais été depuis que je cours. Mais rien ne venait", regrette-t-il.

La situation s'est rapidement dégradée, sachant qu'au bout de six Grands Prix à peine Aprilia annonçait le remplacement de Scott Redding par Andrea Iannone pour l'année suivante. Alors qu'il n'était entré que deux fois dans les points avec pour meilleur résultat une 12e place, l'Anglais révélait à l'époque avoir appris la nouvelle sur les réseaux sociaux, ce qui en disait déjà beaucoup sur ses relations avec son employeur. La saison a alors été bien longue et les tensions nombreuses, au point même que l'équipe italienne en vienne à sanctionner son pilote au cœur de l'été après qu'il a exprimé des critiques un peu trop virulentes à l'égard d'une moto qu'il jugeait mauvaise.

Lire aussi :

D'après lui, malgré ses défauts d'origine, la RS-GP n'a pas évolué durant cette saison. "Quand on est arrivés à Sepang pour la course [en novembre, ndlr], la moto qui est sortie du stand était exactement la même que celle qu'ils avaient sortie pour le premier jour du test. Exactement la même. Pas de frein moteur, elle ne tournait pas, elle perdait l'avant, mais ils s'attendaient à ce que je fasse la course avec ça et c'est juste psychologiquement démoralisant. C'était comme 'mais quel est l'intérêt à ce que je roule ?'"

Il s'était fait son avis sur cette moto dès le test de pré-saison organisé en Malaisie, neuf mois plus tôt. "Quand on est allé à Sepang, ils nous ont donné la nouvelle moto et je n'étais nulle part. Après deux tours, je suis rentré et j'ai dit : 'Ce truc, c'est de la merde'. Ça n'est pas la direction dans laquelle on doit aller", explique-t-il. "Mais ils ne me croyaient pas. J'ai dit 'vous voyez que l'ancienne moto est mieux'. 'Non, continue comme ça'."

Malgré son insistance pour qu'un test comparatif soit organisé, Redding n'a pas obtenu gain de cause. "La chose la plus douce que je leur ai dite, c'est : 'Apportez l'ancienne moto sur un test privé et on va l'essayer, essayons juste de voir ce qui est mieux, ce qui est moins bien. J'espère pour vous que tout est moins bon avec l'ancienne moto'. Et ils se sont moqués de moi, ils ont rigolé. Ils me disaient : 'Ne sois pas si bête, la nouvelle moto est mieux et bla bla bla'. Je leur disais : 'Oui, mais essayez, testez. On ne sait pas, mais on est dans une mauvaise situation, alors essayons juste'. Et ils se sont moqués de moi."

"Ensuite, ils ont apporté la moto", poursuit Redding en évoquant un test privé organisé à Misano après le Grand Prix de Saint-Marin. "Je suis rentré chez moi après le test et Aleix est resté, ce que j'ignorais. Je n'ai vu que sur sa page Instagram qu'il était resté", poursuit le pilote anglais. "Je lui ai envoyé un message et il a fait genre 'on teste l'ancienne moto'. Et je lui ai dit : 'Oh, c'est drôle ça'. Et je lui ai demandé : 'Comment ça s'est passé ?' Et il a dit : "J'étais quatre dixièmes plus vite à ma première sortie avec la moto'."

Aussi critique que son coéquipier sur la RS-GP de 2018, Aleix Espargaró avait été tellement soulagé par ce test de l'ancienne version de la moto qu'il a même envisagé de l'utiliser pour disputer le Grand Prix suivant, en Aragón. Si Scott Redding n'a pas été aussi impliqué que l'Espagnol dans les essais à cette époque, il convient de préciser qu'il faisait au même moment son choix d'avenir, se sachant contraint de trouver un nouveau guidon. Il a finalement opté pour le championnat britannique, où il a été titré en 2019, ce qui lui a ouvert une nouvelle porte pour devenir pilote officiel Ducati en WorldSBK cette année. En quelques mois, il a retrouvé le chemin de la victoire et le plaisir de la conduite, et apparaît désormais comme l'un des prétendants au titre en Superbike. Auteur de trois podiums lors de la première manche de la saison, à Phillip Island, il occupe actuellement la deuxième place du championnat.

Lire aussi :

partages
commentaires
Pour Pramac, Álex Márquez a eu raison d'accepter l'offre de Honda

Article précédent

Pour Pramac, Álex Márquez a eu raison d'accepter l'offre de Honda

Article suivant

Transferts : où en est le plateau MotoGP pour 2021 ?

Transferts : où en est le plateau MotoGP pour 2021 ?
Charger les commentaires
Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité ! Prime

Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité !

Prendre le sillage d'un rival pour gagner en performance... ou être celui qui est accroché et donne, de son plein gré ou non, un avantage à un concurrent. Le sujet n'a pas pas fini de faire parler, mais crée en tout cas des dynamiques intéressantes entre les pilotes du plateau MotoGP.

MotoGP
10 juin 2021
Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ? Prime

Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ?

Aveu d'échec mais coup de pouce possiblement bienvenu : l'éligibilité à des concessions en MotoGP peut être vue de plusieurs manières, comme en témoignent les réactions de Marc Márquez et Pol Espargaró à cette évocation...

MotoGP
6 juin 2021
Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre" Prime

Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre"

Toujours aussi passionné, mais aussi ancré dans la réalité, l'ancien pilote Lucio Cecchinello partage avec nous son regard sur les effets de la crise actuelle en MotoGP et la manière dont le championnat devrait selon lui évoluer.

MotoGP
28 mai 2021
Hervé Poncharal, taille patron Prime

Hervé Poncharal, taille patron

Patron du team Tech3 et président de l'IRTA, Hervé Poncharal est une figure incontournable du MotoGP. Aussi impliqué dans le sauvetage du championnat face à la crise sanitaire que touché par l'évolution de la planète, le Français a partagé avec nous son regard sur le monde.

MotoGP
26 mai 2021
Que doit faire Marc Márquez pour revenir à son meilleur niveau ? Prime

Que doit faire Marc Márquez pour revenir à son meilleur niveau ?

Après avoir signé une septième place au Portugal pour son retour fracassant en MotoGP, Marc Márquez entame désormais un long et dur travail pour retrouver le pilotage lui ayant donné six titres en catégorie reine.

MotoGP
23 avr. 2021
Pourquoi l'incident entre Miller et Mir mérite une nouvelle enquête Prime

Pourquoi l'incident entre Miller et Mir mérite une nouvelle enquête

Malgré la décision de Suzuki de ne pas faire appel de l'absence de sanction pour Jack Miller après son incident avec Joan Mir, il est nécessaire d'agir pour ne plus voir ce genre de manœuvre, qui aurait facilement pu tourner à la tragédie à Losail.

MotoGP
9 avr. 2021
Johann Zarco, la victoire avant l'heure Prime

Johann Zarco, la victoire avant l'heure

En à peine 18 mois, Johann Zarco est passé d'un extrême à l'autre en MotoGP, de pilote accablé et sans guidon à leader rayonnant du Championnat du monde 2021. Mais les Grands Prix de Losail ont surtout vu le retour au premier plan d'un homme retrouvé.

MotoGP
5 avr. 2021
Les changements derrière le retour en force de Maverick Viñales Prime

Les changements derrière le retour en force de Maverick Viñales

Sa victoire autoritaire lors de la manche d'ouverture du championnat intervient alors que Maverick Viñales vit une période de changement personnel et professionnel. Est-ce le tremplin vers une lutte pour le titre plus concrète qu'elle ne l'a été par le passé ?

MotoGP
30 mars 2021