Redding et son avenir chez Pramac : "Ça dépend d'eux plus que de moi"

Le Britannique a fait savoir que sa priorité était de rester chez Pramac en 2018, tout en admettant que cela ne dépendait pas vraiment de lui.

Scott Redding a rejoint l'équipe satellite Ducati l'an dernier, après avoir passé ses deux premières saisons MotoGP chez Honda. Un temps classé dixième du championnat, il avait finalement conclu sa saison à la 15e place. Sur cette fin de première année avec Pramac, il a perdu une bagarre interne l'opposant à Danilo Petrucci et mettant en jeu une Ducati GP17 pour cette saison.

Au guidon de la version 2016 de la moto, Scott Redding a terminé les deux premières courses de 2017 dans le top 10 et, avant Assen, il occupe la 12e place du classement, deux rangs derrière son coéquipier qui s'est illustré en montant sur le podium du Mugello.

Alors que son contrat arrive à échéance à la fin de l'année, le pilote anglais a fait savoir qu'il souhaitait rester chez Pramac, tout en précisant qu'il attendait de connaître les projets de l'équipe en ce sens.

"Ce serait bien de rester ici, avec cette équipe, mais s'ils ne veulent pas me garder, je devrai chercher d'autres options", a-t-il indiqué en marge du précédent Grand Prix. "Ça dépend d'eux plus que de moi. Bien entendu, ma priorité serait de rester ici, parce que je pense que la Ducati me convient. C'est une moto assez compétitive, mais cela dépend s'ils veulent me garder ou peut-être pas. C'est de cela que ça dépend et ensuite on verra à partir de là. S'ils ne veulent pas, je devrai chercher autre chose et, s'ils veulent, génial."

À quelle échéance pense-t-il y voir plus clair ? "C'est difficile de vraiment donner un délai. Peut-être que plus cela prend du temps, mieux c'est, parce que j'aurai plus de temps pour faire mes preuves. Mais c'est un peu nul de devoir être en position de faire ses preuves."

Un scénario pas si mauvais

Redding a débuté la saison avec une septième place au Qatar, plutôt heureux d'être sur la version de l'an passé de la Ducati sachant que Petrucci connaissait pour sa part des soucis de jeunesse avec la GP17. Désormais, l'Anglais est 12e du championnat, alors que les autres pilotes qui disposent de la GP16 sont 11e (Bautista) et 16e (Barberá).

"Il s'agit de tirer le meilleur profit d'un scénario plutôt mauvais, qui au final n'est pas si mauvais", analyse le pilote de 24 ans. "Je suis dans ce paddock depuis quelques années désormais et cela fait une paire d'années [quatre, dnlr] que je suis en MotoGP, mais rien n'avance véritablement. Oui, je me montre parfois en essais, mais quand j'ai une bonne course il se passe une merde sur la moto."

"Il faut donc que je voie où cela me mène. Je ne suis pas vraiment en position de dire 'Je veux ça, ça et ça' parce que ça n'est pas que je ne montre pas le potentiel, mais les résultats sur le papier n'arrivent pas là où je les attendrais moi-même."

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries MotoGP
Pilotes Scott Redding
Équipes Pramac Racing
Type d'article Actualités