MotoGP
04 oct.
-
06 oct.
Événement terminé
18 oct.
-
20 oct.
Événement terminé
25 oct.
-
27 oct.
Événement terminé
01 nov.
-
03 nov.
Événement terminé
15 nov.
-
17 nov.
Événement terminé

Redding : "Pilote d'essais, ce n'est pas ce que je veux faire"

partages
commentaires
Redding : "Pilote d'essais, ce n'est pas ce que je veux faire"
Par :
3 juil. 2018 à 16:30

Alors que l'horizon de l'Anglais en MotoGP semble bouché, la lumière pourrait venir d'Aprilia avec un poste de pilote essayeur. Une option de repli pour l'instant pour Redding, qui veut continuer à courir.

Scott Redding, Aprilia Racing Team Gresini, Thomas Luthi, Estrella Galicia 0,0 Marc VDS
Scott Redding, Aprilia Racing Team Gresini
Scott Redding, Aprilia Racing Team Gresini
Scott Redding, Aprilia Racing Team Gresini
Scott Redding, Aprilia Racing Team Gresini
Scott Redding, Aprilia Racing Team Gresini
Scott Redding, Aprilia Racing Team Gresini
Scott Redding, Aprilia Racing Team Gresini
Scott Redding, Aprilia Racing Team Gresini
Scott Redding, Aprilia Racing Team Gresini
Scott Redding, Aprilia Racing Team Gresini
Scott Redding, Aprilia Racing Team Gresini
Scott Redding, Aprilia Racing Team Gresini

Pour Scott Redding, le temps est désormais compté pour décider de son avenir. Alors qu'Andrea Iannone le remplacera l'an prochain chez Aprilia, l'Anglais est en effet bien en peine pour trouver un autre point de chute en MotoGP.

Peu d'options s'offrent à lui dans la catégorie reine, et le numéro 45 a déjà eu l'occasion d'évoquer un éventuel passage en Superbike l'an prochain. Mais pas à n'importe quel prix, car s'il éprouve clairement le souhait de continuer à courir, le Britannique veut aussi disposer d'une machine compétitive. Or les possibilités en la matière sont bien minces dans le championnat des motos dérivées de la série, alors que Kawasaki y fait plus que jamais figure d'épouvantail.

Courir, mais sur une machine performante

"Je veux courir, je veux me battre pour le championnat", martèle-t-il. "Je ne veux pas finir ma carrière parce que je ne suis pas en MotoGP, je veux gagner quelque part sur une machine compétitive. En Superbike, en ce moment, il n'y a rien qui soit disponible et en mesure de se battre pour le championnat, donc il faut voir si quelque chose se goupille à l'avenir – peut-être que dans deux ans cela va progresser. Nous devons voir."

Son actuel coéquipier au sein de la marque de Noale, Aleix Espargaró, a soulevé la possibilité pour Redding d'endosser le rôle de pilote essayeur, ce qui lui permettrait de garder un pied dans la discipline, tout en continuant de participer à un projet exaltant pour le compte d'un constructeur.

Il est vrai que pour la quatrième saison de son retour en MotoGP, Aprilia stagne au niveau de ses résultats. En ce sens, le patron d'Aprilia Racing, Romano Albesiano, a confirmé vendredi au micro du site officiel du MotoGP vouloir renforcer sa cellule de tests. "Nous avons une équipe d'essais qui est principalement dédiée à des tests d'endurance sur les pièces", a ainsi expliqué l'Italien. "Pour l'année prochaine, nous prévoyons d'avoir une équipe d'essais, disons, plus performante, de plus haut niveau. Nous y travaillons, oui."

Garder un pied en MotoGP

Si le poste de pilote essayeur permettrait à Redding de rester lié au MotoGP, cela ne constitue pas son choix premier, aussi il continue de passer en revue les options "course" qui s'offrent à lui pour l'an prochain.

"Je dois prendre cela en considération", nuance-t-il. "Pour le moment, je n'ai pas de boulot pour l'an prochain, nulle part, donc je dois prendre en compte toutes les offres qui peuvent m'être faites. Être pilote d'essais, ce n'est pas ce que je veux faire. Ce n'est pas ma passion. J'ai 25 ans, je veux gagner. Mais si ma carrière prend cette direction, je dois l'accepter, travailler avec Aprilia et faire le meilleur package pour eux. Peut-être qu'être pilote d'essais, avec quelques wild-cards, ce serait OK. Mais pour le moment je ne pense pas à ça. Je prends du plaisir à piloter, et ensuite je verrai ce que l'avenir me réserve."

Le fait de bénéficier de wild-cards, comme il peut en être accordé chez Ducati à Michele Pirrochez KTM à Mika Kallio, ou encore chez Suzuki à Sylvain Guintoli, pourrait ainsi permettre au pilote Aprilia de garder le rythme en vue d'un éventuel retour, dès qu'une opportunité se dégagera lors des prochaines saisons.

Néanmoins, l'intéressé ne l'est peut-être pas tant que ça, constatant qu'aucun pilote muni de wild-card n'a fait récemment de retour à temps plein à la compétition. "Combien de pilotes d'essais ont fait leur retour à la compétition, même avec de bons résultats ? Pirro, Kallio, ces gars ont de l'expérience et ont obtenu de bons résultats. Ils ne reviendront pas", analyse-t-il. "C'est ma seule crainte. Peut-être que je peux être pilote d'essais pendant dix ans, et que je peux gagner de l'argent jusqu'à la fin de mes jours. Ou peut-être que je peux courir et être pilote d'essais. Je dois vraiment réfléchir à mon avenir. J'ai 25 ans, [je dois] penser à où j'en serai à 35 ou 40, j'ai besoin de prendre la bonne décision."

Article suivant
Dovizioso : Un GP "assez stressant" et une 4e place dont il est fier

Article précédent

Dovizioso : Un GP "assez stressant" et une 4e place dont il est fier

Article suivant

Morbidelli n'aura pas besoin d'être opéré

Morbidelli n'aura pas besoin d'être opéré
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Événement GP des Pays-Bas
Lieu Assen
Pilotes Scott Redding
Équipes Gresini Racing
Auteur Willy Zinck