Redding a repris confiance après une année 2015 délicate

Le pilote Pramac explique avoir passé l'année 2016 à reprendre confiance après une saison 2015 difficile avec le team Marc VDS et Honda.

Scott Redding est arrivé dans la catégorie reine en 2014 sur une Honda du team Gresini, en catégorie Open, avant de passer chez Marc VDS, l'équipe au sein de laquelle il a passé ses quatre années de Moto2.

Après avoir fini l'année 2015 à la 13e position, soit deux places de mieux que la saison passée chez Pramac, le Britannique croit que cette année représente un"pas en avant".

"Au final, je dirais que cela a été une bonne année quand on voit où j'étais mentalement l'an dernier [en 2015]", explique Redding. "Cette année-là [2015] avait été pour moi un pas en arrière, et je pense être de nouveau reparti de l'avant. Ma confiance est un peu meilleure, mais je pense que j'ai besoin de travailler dur pendant l'hiver sur les petits détails pour être davantage préparé pour la nouvelle saison."

"Je pense que l'an dernier, avec une nouvelle équipe, une nouvelle moto, de nouveaux pneus, il y avait beaucoup à essayer pour faire en sorte que tout soit correct, donc espérons que l'an prochain nous ayons tout sous contrôle."

2016, un pétard mouillé

Au guidon d'une Ducati GP15 datée d'un an, Redding a brillé lors des tests de pré-saison mais a finalement enduré une saison mouvementée en 2016. Malgré le fait d'avoir décroché son second podium en MotoGP à Assen après s'être qualifié en première ligne, il n'a terminé qu'à la 15e place au championnat.

Il a aussi et surtout perdu une bataille interne qui l'opposait à son coéquipier Danilo Petrucci lors de la seconde partie de la saison, avec comme enjeu le fait de piloter sur la seule Pramac munie d'une spécification Ducati 2017 pour cette année.

À partir de la course de Brno, l'équipe italienne avait en effet laissé ses deux pilotes batailler pour acquérir le droit d'évoluer en 2017 sur la toute nouvelle version de la Ducati. Las, Redding s'est incliné dans ce duel, ne marquant que 21 points lors de la seconde partie de championnat, contre 46 pour Petrucci.

Problèmes à répétition

Le pilote de 23 ans a par ailleurs souffert d'un manque de fiabilité - perdant notamment un podium en Argentine en raison d'une casse moteur - et de problèmes liés à l'utilisation des pneus, mais il restait optimiste en se remémorant la saison 2016.

"Ce fut une année difficile, mais dans un sens ce fut une bonne année", admet-il. "Je pense que les personnes ont oublié le nombre de merdes [sic] que j'ai eues en début de saison. Des courses pas terminées. J'ai augmenté la pression, les cinq courses que je n'ai pas finies se sont plus ou moins enchaînées, donc ensuite c'était comme dire : 'OK tu ne peux pas tomber, il faut que tu obtiennes un résultat'. Et puis ils ont lancé cette chose (l'enjeu de la moto de 2017, ndlr), et ensuite lors de la première course j'ai eu un problème de pneu, et la suivante je suis tombé."

Redding a débuté la saison 2017 avec discrétion à Sepang, en ne s'octroyant que le 19e temps au classement combiné, à plus d'une seconde de Viñales et surtout à trois dixièmes de Petrucci, qui évoluait, certes, sur la GP17. L'Anglais a notamment rencontré des difficultés avec beaucoup de chattering, des vibrations liées aux changements d'adhérence des gommes dans les virages.

Mais le pilote Pramac pourra néanmoins compter sur les conseils avisés de son nouvel ingénieur en chef, Christian Pupulin, pour résoudre ces obstacles et tenter de redresser la barre lors des prochains essais qui se dérouleront à Phillip Island du 15 au 17 février prochain.

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries MotoGP
Pilotes Scott Redding
Équipes Pramac Racing
Type d'article Actualités