Résigné, Andrea Dovizioso ne se "raconte pas d'histoires"

Andrea Dovizioso estime que ses progrès sur la Yamaha seraient "déjà arrivés" s'ils étaient possibles. L'Italien ne cache pas son fatalisme et ne croit pas à un déclic.

Résigné, Andrea Dovizioso ne se "raconte pas d'histoires"
Charger le lecteur audio

Andrea Dovizioso ne se fait plus d'illusions. À la peine depuis son retour à la compétition l'an dernier sur la Yamaha du team SRT, devenu RNF cette saison, le triple vice-Champion du monde est à court de solutions. Il se plaint d'un manque d'adhérence à l'arrière, problème que Fabio Quartararo ne perçoit pas avec une machine pourtant identique.

À plusieurs reprises critiqué pour sa frilosité à faire évoluer sa moto, Yamaha est désormais enclin à suivre les demandes du Champion du monde en titre : ce dernier réclame depuis de longs mois un gain de puissance et il semble avoir été entendu puisque des ingénieurs ont été recrutés et que la marque va faire appel à l'expertise de Luca Marmorini, ancien responsable des moteurs de Ferrari en F1, signe d'une ouverture à laquelle les constructeurs japonais sont peu habitués.

Si les requêtes de Quartararo sont écoutées, celles de Dovizioso semblent avoir reçu une fin de non-recevoir, ce qui suscite chez lui un certain fatalisme quant à ses chances de briller. "C'est presque impossible pour moi de rouler dans ce sens parce qu'il y a déjà eu beaucoup de courses", a expliqué le vétéran du plateau, désormais convaincu que la Yamaha n'est tout simplement pas faite pour lui : "Si ça avait dû arriver, ça serait déjà arrivé. Ce que je peux faire maintenant, c'est avoir un meilleur feeling avec la moto et attaquer plus. C'est la seule façon de le faire."

Andrea Dovizioso, RNF MotoGP Racing

Andrea Dovizioso

"J'étais concentré sur le fait d'essayer de m'adapter, d'utiliser le potentiel de la moto de la façon dont les pilotes rapides et jeunes pilotent mais ça ne fonctionne pas pour moi, tout comme ça ne marchait pas pour la plupart des pilotes quand j'étais chez Ducati. Changer ça actuellement est presque impossible donc la seule chose à faire est d'essayer de changer de petites choses sur les réglages, comprendre ce qu'est le changement et essayer de l'utiliser pour obtenir un feeling un peu meilleur."

"C'est aussi la seule chose à faire parce qu'on n'a pas de nouveau matériel à essayer, on ne peut que changer les réglages et ils ne peuvent pas vous donner la vitesse ou quelque chose d'important. Ils peuvent juste vous apporter un peu plus de feeling et vous pouvez passer le cap."

Aucune perspective de progrès pour Dovizioso

Andrea Dovizoso reconnaît avoir été surpris par les caractéristiques de la Yamaha, ce qui le plonge désormais dans une impasse. Refusant un optimisme de façade, il sait qu'il peut faire mieux mais pas au point de redevenir un prétendant aux premières places avec cette moto.

"Je suis un pilote rationnel et je parviens à avoir une idée assez claire de ce qu'il se passe. Selon moi, c'est assez clair, je ne passe pas les nuits à essayer de comprendre parce que pour moi tout ce qu'il se passe est très clair. Quand tu roules à moto, tu sais pourquoi tu as peut-être du mal à faire des chronos et à ne pas être rapide."

Andrea Dovizioso, RNF MotoGP Racing, RNF MotoGP Racing

Andrea Dovizioso

"C'est dur, mais c'est de l'expérience, il faut le prendre comme de l'expérience parce qu'au final ce n'est pas facile mais ce n'est pas possible de toujours être au sommet. On aimerait mais si on regarde les carrières d'autres top pilotes, ça s'est passé comme ça. Il y a toujours des raisons à pourquoi certaines choses arrivent donc ça peut arriver."

"Je m'attendais à une moto avec des caractéristiques pas du tout comme celles-ci et ça complique tout, c'est très simple. Mon objectif n'était pas ça donc être optimiste revient à se raconter des histoires et je ne suis pas comme ça. Je suis quelqu'un de rationnel qui ne se raconte pas d'histoires donc je ne peux pas atteindre les objectifs que j'avais. Je peux progresser, on peut toujours progresser."

Avec Charlotte Guerdoux

Lire aussi :

partages
commentaires
C'était un 14 juin : le duel magistral entre Rossi et Lorenzo à Barcelone
Article précédent

C'était un 14 juin : le duel magistral entre Rossi et Lorenzo à Barcelone

Article suivant

Pourquoi Ducati laisse autant de temps à Jorge Martín

Pourquoi Ducati laisse autant de temps à Jorge Martín