MotoGP GP des Amériques

Un resurfaçage apprécié mais encore critiqué à Austin

Les pilotes MotoGP sont satisfaits du resurfaçage effectué sur la piste d'Austin, bien moins bosselée que lors de leur dernière venue, mais du travail reste encore à faire selon eux pour les années à venir.

Le Circuit des Amériques à Austin

Après un Grand Prix des Amériques sous tension à l'automne dernier en raison de la dégradation de la piste et des nombreuses bosses observées, les pilotes du MotoGP avaient hâte de découvrir le nouvel asphalte posé cet hiver.

Le Circuit of the Americas a en effet vu une partie de son tracé resurfacé, de l’entrée du virage 2 à la sortie du virage 10. Un resurfaçage complet avait été souhaité par les pilotes mais celui-ci n’étant pas possible, les dirigeants avaient opté pour la partie la plus controversée de la piste.

Les virages 2 et 10 étaient particulièrement dans le collimateur des pilotes en 2021, et après avoir roulé toute une journée hier, les avis sont plutôt positifs concernant le premier. "L'an dernier, c'était dangereux et je ne m'amusais pas. Au virage 2, il fallait relever la moto avant le troisième, et maintenant dans les virages 2, 3 et 10, on peut prendre du plaisir et vraiment attaquer à 100%, donc c'est clairement mieux au niveau des bosses", a déclaré Fabio Quartararo.

En revanche, le virage 10 continue de poser problème aux dires des pilotes. Jorge Martín s’y est d’ailleurs fait une grosse frayeur à l'entame des EL2, en raison d'une "grosse bosse" toujours présente. "On doit passer très proche du vibreur à l'intérieur. Si on passe un peu large, on sent énormément la bosse, parce que c'est [une courbe] à l'aveugle et qu'il faut très bien calculer son entrée de virage. Je suis passé assez large, ça a commencé à secouer et j'ai dû lâcher les gaz parce que sinon, ça aurait été une grosse chute", a-t-il expliqué.

Si "plus de 80% des bosses" ont été retirées selon Quartararo, tous s’accordent sur le fait que le tracé d'Austin reste très physique de par sa nature avec de nombreux changements de direction, "la plus physique", même pour Luca Marini.

De nettes améliorations sont constatées, mais certains estiment que les travaux effectués ne peuvent pas encore être considérés comme suffisants. "La piste est bien meilleure que l'année dernière, mais pour un nouveau bitume, c'est terrible parce que quand on a un asphalte neuf, ça ne doit pas seulement être mieux, ça doit être parfait. Ça doit être absolument plat, et ça ne l'est pas", a estimé Aleix Espargaró. "Oui, je suis content parce que c'est une tout autre histoire par rapport à l'année dernière, mais il y a encore beaucoup de bosses et ça reste une piste très difficile."

"Je sais aussi que ça n'est pas facile parce que c'est une piste dingue, pleine de côtes et de descentes, droite, gauche, beaucoup de virages, donc c’est très difficile d'essayer d'y faire un nouvel asphalte qui soit comme ceux de Misano ou de Barcelone. Ils ont fait du bon boulot, au moins pour 2022 c'est réglé, mais pour l’avenir ça n'est pas super bien sur ce circuit."

L'instabilité du terrain provoque en effet des changements constants du revêtement, qui seront donc à surveiller pour 2023, un point de vue partagé par Joan Mir : "Quand on passe d'un bitume à l'autre, la piste n'est pas trop mal. Il est vrai que la ligne droite de retour commence à être assez bosselée et l'année prochaine ce sera sans doute un peu extrême, donc il faudra voir un peu ce qui pourra se passer. On va en parler à la Commission de sécurité, mais pour le moment je suis content des changements."

De son côté, Pecco Bagnaia estime qu'au vu de l'état du circuit, une situation normale est difficile à obtenir en ne resurfaçant pas l'ensemble du tracé. L'Italien espère par ailleurs que les dirigeants prendront "plus de temps" pour tout refaire.

"S'ils ont décidé de [ne refaire que cette partie], c'est qu'ils ont des raisons. J'aurais préféré que le travail soit plus complet. Peut-être que ça prendra du temps et qu'ils le feront un jour. Tous les ans ça s'aggrave un peu sur une partie, on en refait une autre... Ça sera toujours la même chose. C'est un peu mieux mais l'an prochain, ça sera à nouveau difficile de rouler et l'asphalte est très glissant dans les virages 1, 11 et 12", a-t-il ajouté.

Bien que le Circuit of the Americas ne soit pas encore considéré comme parfait, l'ensemble des pilotes a reconnu une grande différence par rapport à l'an dernier, et contrairement au dernier Grand Prix disputé, la piste est désormais jugée "sûre".

Lire aussi :

Avec Léna Buffa et Vincent Lalanne-Sicaud

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article
Article précédent Le programme du GP des Amériques MotoGP
Article suivant EL3 - Fabio Quartararo leader, plusieurs favoris envoyés en Q1

Meilleurs commentaires

Il n'y a pas de commentaire pour le moment. Souhaitez-vous en écrire un ?

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France