Resurfacer Brno ? "Il faut plusieurs millions d'euros : qui les met ?"

Remplacer le vieux bitume de Brno est jugé comme une urgence par certains pilotes, alors que les conditions de piste ont été vivement critiquées vendredi. Mais la situation parait complexe aux yeux de certains d'entre eux.

Resurfacer Brno ? "Il faut plusieurs millions d'euros : qui les met ?"

Chaque année avant de se rendre à Brno, les pilotes semblent tiraillés entre leur amour pour le tracé tchèque et l'environnement bucolique d'un circuit traditionnel et encore apprécié, mais aussi des conditions de piste qui ne cessent de se dégrader. Resurfacée pour la dernière fois il y a 12 ans, et ce alors qu'elle a plusieurs fois semblé en passe de sortir du championnat, la piste de Brno est bel et bien toujours au rendez-vous au cœur de l'été mais sans se saisir d'un problème pourtant évident aux yeux de tous.

Lire aussi :

Le manque d'adhérence transmis par le bitume est décrié d'année en année, et les performances s'en ressentent, qu'il s'agisse de la forte usure pneumatique qui devient de plus en plus complexe à gérer en course ou des chronos : alors que 12 des 19 pistes du calendrier traditionnel ont vu leurs records être battus au cours des deux dernières saisons, parfois de façon très nette, Brno fait partie de celles dont les références sont les plus anciennes, remontant à 2014 et 2016. Vendredi, jour des premiers essais libres, les pilotes observaient pantois des temps qu'ils jugeaient très lents, avec un chrono de référence à sept dixièmes de celui des EL2 de l'an dernier et à deux secondes du record des lieux, bien que réalisé dans un vrai time attack en pneus neufs.

Au vu des critiques très virulentes qui ont été formulées, et puisque le sujet n'est pas nouveau, pourquoi les pilotes ne font-ils pas pression sur les instances pour que le bitume soit refait ? Lorsque le poids qu'il pourrait personnellement avoir a été évoqué vendredi soir avec Valentino Rossi, celui-ci a tenu à tempérer les attentes : "Tout ne dépend pas que de moi, c'est certain, il faut aussi en parler avec les autres pilotes", a-t-il rappelé. "Ils nous écoutent, mais vous savez aussi bien que moi que quand vous avez beaucoup d'argent, ça devient le plus important ! [rires]"

"Ici, le problème c'est l'argent", a appuyé le pilote italien. "Brno est un très beau circuit, mais pour resurfacer une piste comme celle-ci il faut plusieurs millions d'euros. Alors qui les met ? [Les responsables de] Brno disent qu'ils ne les ont pas. Et puis, nous vivons un moment difficile parce que la piste n'a pas une grosse activité, il n'y a pas de fans, il n'y a donc pas de grosses rentrées d'argent. C'est ça le problème."

"Je ne sais pas s'ils vont le resurfacer. Il est certain que nous allons en parler en Commission de sécurité et essayer de pousser [pour] mais cette décision se prend entre le circuit et la Dorna. […] C'est une question un peu politique, d'argent. C'est eux qui vont décider", ajoutait Rossi avant de se rendre hier soir à la réunion évoquée.

Andrea Dovizioso, Ducati Team

Le pneu également en cause selon Dovizioso

Interrogé après la Commission de sécurité, Andrea Dovizioso a exprimé une opinion quelque peu différente de celle qui a fait grand bruit vendredi après-midi chez les pilotes les plus critiques. Bien qu'admettant une certaine inquiétude au sujet de la dégradation des gommes et des mouvements des machines en sortie de virage, le pilote Ducati n'a pas souhaité en faire peser l'entière responsabilité sur le bitume.

"C'est fou, ça n'est jamais arrivé ! Mais je ne sais ce qui est dû à l'asphalte et ce qui est dû aux pneus. Je sors de la Commission de sécurité et, comme d'habitude, les pilotes disent des choses différentes, mais je pense que ça pourrait être 50/50. Je crois que les réactions des pneus sont la raison principale", estimait alors Dovizioso, "car sur ce circuit, il y a plus d'angle dans la zone de traction, parce que les virages sont longs, si bien qu'on ne peut pas réellement redresser la moto et, dans cette zone, la carcasse est peut-être la raison pour laquelle il y a tous ces mouvements. Et puis, toutes les motos font la même chose, alors ça veut dire qu'il y a quelque chose."

"C'est très difficile à gérer, d'autant plus que le grip à l'arrière s'effondre tour après tour, c'est de plus en plus compliqué à gérer. Pour le moment, si les conditions restent les mêmes, ce pourrait être une course étrange car les temps s'effondreront du début à la fin", craignait Dovizioso. Très en difficulté avec le nouveau pneu arrière depuis le début de l'année, le pilote Ducati maintenait que cela peut peser : "La situation est très étrange avec les pneus, et tout le monde essaie beaucoup de choses car tout le monde a des difficultés. La situation n'est donc toujours pas claire."

Lire aussi :

Outre le manque de grip, les pilotes décrivaient à l'issue de la première journée des motos instables au freinage et en sortie de virage, de fortes irrégularités du bitume, qu'il s'agisse de bosses, de trous, ou même selon Takaaki Nakagami de "vagues" provoquées par plus d'une décennie d'activité et notamment de courses automobiles.

"Le feeling avec les bosses est très, très mauvais", confirmait quant à lui Dovizioso. "Si vous regardez les essais, tout le monde a eu les mêmes difficultés − je ne sais pas si on est pire ou mieux dans ce cas. Il faut faire quelque chose d'important face à ça car c'est très difficile de gérer les mouvements. Quand on fait cinq tours, c'est une chose, mais quand on doit en faire 15 de plus, c'est une autre histoire. Je n'ai vu aucun pilote à l'aise, les conditions et la situation sont difficiles, et c'était pire l'après-midi. Je m'attendais à une piste plus rapide l'après-midi grâce aux dépôts de gomme, mais c'était pire."

Les pilotes reprennent la piste ce matin pour les derniers essais libres, avant de s'attaquer aux qualifications. La course MotoGP, dimanche, devra comporter 21 tours, et ce avec des températures annoncées jusqu'à 32°C, heureusement un peu plus supportables que les conditions de Jerez malgré un taux d'humidité plus élevé.

Avec Guillaume Navarro et Emmanuel Touzot

partages
commentaires
Andrea Dovizioso se sent "beaucoup mieux" qu'à Jerez

Article précédent

Andrea Dovizioso se sent "beaucoup mieux" qu'à Jerez

Article suivant

EL3 - Morbidelli et les deux Français dans un mouchoir de poche !

EL3 - Morbidelli et les deux Français dans un mouchoir de poche !
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Événement GP de République Tchèque
Lieu Brno Circuit
Pilotes Valentino Rossi , Andrea Dovizioso
Auteur Léna Buffa
Que doit faire Marc Márquez pour revenir à son meilleur niveau ? Prime

Que doit faire Marc Márquez pour revenir à son meilleur niveau ?

Après avoir signé une septième place au Portugal pour son retour fracassant en MotoGP, Marc Márquez entame désormais un long et dur travail pour retrouver le pilotage lui ayant donné six titres en catégorie reine.

MotoGP
23 avr. 2021
Pourquoi l'incident entre Miller et Mir mérite une nouvelle enquête Prime

Pourquoi l'incident entre Miller et Mir mérite une nouvelle enquête

Malgré la décision de Suzuki de ne pas faire appel de l'absence de sanction pour Jack Miller après son incident avec Joan Mir, il est nécessaire d'agir pour ne plus voir ce genre de manœuvre, qui aurait facilement pu tourner à la tragédie à Losail.

MotoGP
9 avr. 2021
Johann Zarco, la victoire avant l'heure Prime

Johann Zarco, la victoire avant l'heure

En à peine 18 mois, Johann Zarco est passé d'un extrême à l'autre en MotoGP, de pilote accablé et sans guidon à leader rayonnant du Championnat du monde 2021. Mais les Grands Prix de Losail ont surtout vu le retour au premier plan d'un homme retrouvé.

MotoGP
5 avr. 2021
Les changements derrière le retour en force de Maverick Viñales Prime

Les changements derrière le retour en force de Maverick Viñales

Sa victoire autoritaire lors de la manche d'ouverture du championnat intervient alors que Maverick Viñales vit une période de changement personnel et professionnel. Est-ce le tremplin vers une lutte pour le titre plus concrète qu'elle ne l'a été par le passé ?

MotoGP
30 mars 2021
Pramac et cette victoire si souvent touchée du doigt avec Ducati Prime

Pramac et cette victoire si souvent touchée du doigt avec Ducati

Pramac Racing entre cette année dans sa 20e saison en MotoGP, la 17e en partenariat avec Ducati. Frôlée à plusieurs reprises, sa première victoire avec le constructeur italien constitue toujours l'objectif de l'équipe, qui accueille en 2021 deux nouveaux pilotes. Le moment est-il venu ?

MotoGP
24 mars 2021
Entre Morbidelli et Rossi, une amitié plus forte que la rivalité ? Prime

Entre Morbidelli et Rossi, une amitié plus forte que la rivalité ?

Le vice-Champion du monde 2020 a clairement annoncé qu'il ne trahira pas ses valeurs pour atteindre ses objectifs sportifs, aussi élevés soient-ils, cette saison. Sorte de petit frère adoptif de Valentino Rossi, qui l'a pris sous son aile lorsque la vie l'a malmené, Franco Morbidelli veut placer l'amitié au-dessus de toute forme de concurrence entre eux.

MotoGP
21 mars 2021
Maverick Viñales, leader en quête de stabilité et de clarté Prime

Maverick Viñales, leader en quête de stabilité et de clarté

Nouveau leader moral de l'équipe officielle Yamaha de par son expérience et les succès obtenus jusqu'à présent, Maverick Viñales aborde une saison 2021 qui s'annonce peut-être comme la plus importante de sa carrière, avec une réelle chance de s'affirmer enfin.

MotoGP
6 mars 2021
Poncharal : toujours le même feu après l'émotion des premières victoires Prime

Poncharal : toujours le même feu après l'émotion des premières victoires

Les teams indépendants ont prouvé en 2020 leur capacité à se battre pour la victoire et même pour le titre en MotoGP, et Tech3 a été l'un des acteurs forts de cette saison riche en émotions. Hervé Poncharal s'en remet à peine qu'il repart avidement en quête de nouveaux succès.

MotoGP
16 févr. 2021