Rins : "Si Márquez me donne un peu de moteur, je lui donne un peu de châssis"

Le pilote Suzuki a souffert du manque de puissance de sa machine en ligne droite sur le circuit du Mugello, mais s’en est très bien sorti face aux Ducati et à la Honda de Marc Márquez. S’il aimerait avoir "un peu de [son] moteur", il n’en reste pas moins très satisfait de son Grand Prix.

Rins : "Si Márquez me donne un peu de moteur, je lui donne un peu de châssis"

Parti 13e sur la grille, Álex Rins a une fois de plus montré qu’il était un homme du dimanche, en réalisant une remontée rapide et plus qu’efficace jusqu’au groupe de tête, afin de se battre pour la victoire tout au long de la course. Finalement quatrième à l’arrivée, il peut se montrer satisfait, et consolide un peu plus sa troisième place au championnat. Malgré cela, il n’a pu que constater l’infériorité de sa Suzuki en matière de puissance.

Lire aussi :

"Avant la course, nous savions que cette piste serait difficile pour nous à cause de cette longue ligne droite. Je ne pouvais rien faire de plus. J’ai tout essayé pour rester accroché aux Ducati au début, lorsque nous avions un peu plus de pneu, mais c’était difficile car j’étais distancé au premier virage et je devais tout récupérer aux freinages, dans les passages en courbe. Le pneu souffrait plus qu’en temps normal, mais nous avons fait tout ce que nous pouvions", a-t-il reconnu avant d’ajouter : "Je ne sais pas combien nous perdions exactement en ligne droite, mais dans les virages rapides et aussi dans les chicanes j’utilisais beaucoup l’avant pour combler ce désavantage."

"Dans notre cas, c’est très difficile d’améliorer notre vitesse, car nous avons un moteur scellé, mais nous pouvons progresser sur l’aérodynamique par exemple, sur la partie wheelie, la résistance de l’air… Suzuki travaille bien entendu dessus et va amener de nouveaux composants." Si la GSX-RR souffre d’un manque de puissance bien visible face aux Ducati et aux Honda, qui ont beaucoup progressé sur ce point cette saison, elle bénéficie d’un avantage indéniable, celui de son châssis. C’est donc tout l’inverse de Marc Márquez, qui a reconnu souffrir un peu sur ce point. "S’il me donne un peu de moteur, je lui donne un peu de châssis", a plaisanté Rins.

"Cette piste était très physique pour l’équipe, et surtout pour moi. Aux Arrabbiata 1 et 2, je n’étais pas en mesure d’avoir de la vitesse en passage en courbe. C’était bien plus physique que Le Mans, et qu’Austin, où j’ai remporté la course." Quoi qu’il en soit, le pilote Suzuki a été à même de porter sa machine jusqu’à la quatrième place, et de terminer devant des machines plus puissantes que la sienne. "Au Qatar et ici, qui sont des pistes difficiles pour nous, nous avons terminé quatrièmes, et battu certaines Ducati et certaines Honda", a-t-il commenté. "Nous avons donc passé cette épreuve haut la main."

Avec neuf places gagnées, et 13 points à l’arrivée, Rins peut en effet être satisfait de son week-end, qui s’annonçait bien plus compliqué que cela. Les qualifications restent néanmoins son point faible et conditionnent beaucoup ses débuts de course, mais il ne semble pas prêt à modifier cela pour l’instant : "La position au départ n’a pas d’importance. Bien sûr, cela aide de partir plus aux avant-postes, mais ce qui compte le plus est de remonter dans les premiers tours. J’utilisais bien entendu le pneu avant pour dépasser et pour conserver ma position, mais je l’ai fait durant toute la course."

Voir aussi :

Ce n’est pas la première fois que le pilote de 23 ans assure ne pas s’être inquiété de sa position sur la grille, et affiche d’ailleurs un potentiel bien plus élevé en course. "Il est clair qu’après avoir passé la ligne d’arrivée en quatrième position, j’étais déçu car j’avais le rythme pour gagner la course, mais quoi qu’il en soit, nous avons terminé quatrièmes sur une piste sur laquelle nous avons beaucoup de mal", a-t-il déclaré, avant d’ajouter : "Nous pouvons être rapides avec cette moto donc je vais donner mon maximum. Si nous ne remportons pas le championnat, cela sera pour l’année prochaine."

partages
commentaires
Zarco, dernier : "Il y a toujours une première fois !"

Article précédent

Zarco, dernier : "Il y a toujours une première fois !"

Article suivant

Miller, un abandon au plus mauvais moment...

Miller, un abandon au plus mauvais moment...
Charger les commentaires
Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné Prime

Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné

Joan Mir croit en ses chances de conserver son titre en MotoGP, malgré une première moitié de saison en dessous de ses attentes. Motorsport.com a pu échanger avec le pilote Suzuki sur ses chances au championnat, le départ de Davide Brivio et la célébrité apportée par son sacre mondial en 2020.

MotoGP
23 juil. 2021
Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès Prime

Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès

À la peine dans les dernières de la saison 2020, Fabio Quartararo a retrouvé le sommet et domine le championnat à mi-parcours. Motorsport.com s'est entretenu avec le Niçois pour évoquer sa nouvelle approche, sa progression et son arrivée dans l'équipe Yamaha factory, mais aussi les grandes difficultés de son coéquipier.

MotoGP
15 juil. 2021
Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi Prime

Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi

En sa qualité de patron d'équipe, Valentino Rossi va entrer de façon imminente dans une nouvelle ère dans sa carrière, et celle-ci aura une influence considérable sur un certain nombre de pilotes et d'équipes du championnat. Mais c'est précisément chez Yamaha que se fera sentir l'un des plus gros impacts car la marque joue un rôle central dans cet épisode et pourrait en conséquence perdre ses liens avec le Docteur.

MotoGP
23 juin 2021
Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité ! Prime

Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité !

Prendre le sillage d'un rival pour gagner en performance... ou être celui qui est accroché et donne, de son plein gré ou non, un avantage à un concurrent. Le sujet n'a pas pas fini de faire parler, mais crée en tout cas des dynamiques intéressantes entre les pilotes du plateau MotoGP.

MotoGP
10 juin 2021
Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ? Prime

Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ?

Aveu d'échec mais coup de pouce possiblement bienvenu : l'éligibilité à des concessions en MotoGP peut être vue de plusieurs manières, comme en témoignent les réactions de Marc Márquez et Pol Espargaró à cette évocation...

MotoGP
6 juin 2021
Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre" Prime

Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre"

Toujours aussi passionné, mais aussi ancré dans la réalité, l'ancien pilote Lucio Cecchinello partage avec nous son regard sur les effets de la crise actuelle en MotoGP et la manière dont le championnat devrait selon lui évoluer.

MotoGP
28 mai 2021
Hervé Poncharal, taille patron Prime

Hervé Poncharal, taille patron

Patron du team Tech3 et président de l'IRTA, Hervé Poncharal est une figure incontournable du MotoGP. Aussi impliqué dans le sauvetage du championnat face à la crise sanitaire que touché par l'évolution de la planète, le Français a partagé avec nous son regard sur le monde.

MotoGP
26 mai 2021
Que doit faire Marc Márquez pour revenir à son meilleur niveau ? Prime

Que doit faire Marc Márquez pour revenir à son meilleur niveau ?

Après avoir signé une septième place au Portugal pour son retour fracassant en MotoGP, Marc Márquez entame désormais un long et dur travail pour retrouver le pilotage lui ayant donné six titres en catégorie reine.

MotoGP
23 avr. 2021