Rins : "Si Márquez me donne un peu de moteur, je lui donne un peu de châssis"

Le pilote Suzuki a souffert du manque de puissance de sa machine en ligne droite sur le circuit du Mugello, mais s’en est très bien sorti face aux Ducati et à la Honda de Marc Márquez. S’il aimerait avoir "un peu de [son] moteur", il n’en reste pas moins très satisfait de son Grand Prix.

Rins : "Si Márquez me donne un peu de moteur, je lui donne un peu de châssis"

Parti 13e sur la grille, Álex Rins a une fois de plus montré qu’il était un homme du dimanche, en réalisant une remontée rapide et plus qu’efficace jusqu’au groupe de tête, afin de se battre pour la victoire tout au long de la course. Finalement quatrième à l’arrivée, il peut se montrer satisfait, et consolide un peu plus sa troisième place au championnat. Malgré cela, il n’a pu que constater l’infériorité de sa Suzuki en matière de puissance.

Lire aussi :

"Avant la course, nous savions que cette piste serait difficile pour nous à cause de cette longue ligne droite. Je ne pouvais rien faire de plus. J’ai tout essayé pour rester accroché aux Ducati au début, lorsque nous avions un peu plus de pneu, mais c’était difficile car j’étais distancé au premier virage et je devais tout récupérer aux freinages, dans les passages en courbe. Le pneu souffrait plus qu’en temps normal, mais nous avons fait tout ce que nous pouvions", a-t-il reconnu avant d’ajouter : "Je ne sais pas combien nous perdions exactement en ligne droite, mais dans les virages rapides et aussi dans les chicanes j’utilisais beaucoup l’avant pour combler ce désavantage."

"Dans notre cas, c’est très difficile d’améliorer notre vitesse, car nous avons un moteur scellé, mais nous pouvons progresser sur l’aérodynamique par exemple, sur la partie wheelie, la résistance de l’air… Suzuki travaille bien entendu dessus et va amener de nouveaux composants." Si la GSX-RR souffre d’un manque de puissance bien visible face aux Ducati et aux Honda, qui ont beaucoup progressé sur ce point cette saison, elle bénéficie d’un avantage indéniable, celui de son châssis. C’est donc tout l’inverse de Marc Márquez, qui a reconnu souffrir un peu sur ce point. "S’il me donne un peu de moteur, je lui donne un peu de châssis", a plaisanté Rins.

"Cette piste était très physique pour l’équipe, et surtout pour moi. Aux Arrabbiata 1 et 2, je n’étais pas en mesure d’avoir de la vitesse en passage en courbe. C’était bien plus physique que Le Mans, et qu’Austin, où j’ai remporté la course." Quoi qu’il en soit, le pilote Suzuki a été à même de porter sa machine jusqu’à la quatrième place, et de terminer devant des machines plus puissantes que la sienne. "Au Qatar et ici, qui sont des pistes difficiles pour nous, nous avons terminé quatrièmes, et battu certaines Ducati et certaines Honda", a-t-il commenté. "Nous avons donc passé cette épreuve haut la main."

Avec neuf places gagnées, et 13 points à l’arrivée, Rins peut en effet être satisfait de son week-end, qui s’annonçait bien plus compliqué que cela. Les qualifications restent néanmoins son point faible et conditionnent beaucoup ses débuts de course, mais il ne semble pas prêt à modifier cela pour l’instant : "La position au départ n’a pas d’importance. Bien sûr, cela aide de partir plus aux avant-postes, mais ce qui compte le plus est de remonter dans les premiers tours. J’utilisais bien entendu le pneu avant pour dépasser et pour conserver ma position, mais je l’ai fait durant toute la course."

Voir aussi :

Ce n’est pas la première fois que le pilote de 23 ans assure ne pas s’être inquiété de sa position sur la grille, et affiche d’ailleurs un potentiel bien plus élevé en course. "Il est clair qu’après avoir passé la ligne d’arrivée en quatrième position, j’étais déçu car j’avais le rythme pour gagner la course, mais quoi qu’il en soit, nous avons terminé quatrièmes sur une piste sur laquelle nous avons beaucoup de mal", a-t-il déclaré, avant d’ajouter : "Nous pouvons être rapides avec cette moto donc je vais donner mon maximum. Si nous ne remportons pas le championnat, cela sera pour l’année prochaine."

partages
commentaires
Zarco, dernier : "Il y a toujours une première fois !"
Article précédent

Zarco, dernier : "Il y a toujours une première fois !"

Article suivant

Miller, un abandon au plus mauvais moment...

Miller, un abandon au plus mauvais moment...
Charger les commentaires
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021
Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda Prime

Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda

Il fut un temps où Honda était la destination toute tracée des jeunes talents de la moto mais deux de ses rivaux, KTM et, dans une moindre mesure, Ducati, ont pris le contrôle de ce marché. Cette évolution aura-t-elle des conséquences sur l'avenir du MotoGP ?

MotoGP
16 oct. 2021
Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage Prime

Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage

Marc Márquez a profondément fait évoluer son pilotage pour retrouver la victoire après sa blessure. Celui qui a dominé la dernière décennie du MotoGP devra peut-être le faire à nouveau s'il veut redevenir un prétendant au titre, la marge de progrès dans sa condition physique se réduisant.

MotoGP
7 oct. 2021
Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ? Prime

Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ?

Le retour du MotoGP en Amérique pour la première fois depuis 2019 ne se passe pas aussi bien que prévu, les pilotes s'inquiétant de la sécurité à l'issue des essais du vendredi.

MotoGP
2 oct. 2021
Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ? Prime

Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ?

L'attention portée par Ducati à ses équipes satellites, couplée aux efforts fournis par Andrea Dovizioso pour améliorer la capacité des dernières versions de la Desmosedici à prendre les virages, permettent à la marque italienne de disposer aujourd'hui de la moto la plus polyvalente du championnat, une moto que l'on a vue sur le podium avec cinq pilotes différents cette année.

MotoGP
27 sept. 2021