Rins n'aurait pas rejoint Suzuki s'il n'avait pas envisagé le titre

partages
commentaires
Rins n'aurait pas rejoint Suzuki s'il n'avait pas envisagé le titre
Par : Léna Buffa
16 avr. 2018 à 16:01

L'Espagnol grimpe dans la hiérarchie et séduit ses employeurs, lui-même convaincu de pouvoir obtenir de grands résultats avec Suzuki.

Alex Rins, Team Suzuki MotoGP
Alex Rins, Team Suzuki MotoGP
Jack Miller, Pramac Racing, Cal Crutchlow, Team LCR Honda, Johann Zarco, Monster Yamaha Tech 3, Alex Rins, Team Suzuki MotoGP
Alex Rins, Team Suzuki MotoGP
Alex Rins, Team Suzuki MotoGP
Troisième place pour Alex Rins, Team Suzuki MotoGP
Alex Rins, Team Suzuki MotoGP
Troisième place pour Alex Rins, Team Suzuki MotoGP
Alex Rins, Team Suzuki MotoGP
Álex Rins, Team Suzuki MotoGP
Le troisième, Alex Rins, Team Suzuki MotoGP
Alex Rins, Team Suzuki MotoGP
Podium : le deuxième, Johann Zarco, Monster Yamaha Tech 3, le vainqueur Cal Crutchlow, Team LCR Honda, le troisième, Alex Rins, Team Suzuki MotoGP

Engagé en catégorie reine depuis à peine plus d'un an, Álex Rins semble avoir franchi un cap à l'entame de cette seconde saison. Débarrassé des blessures qui ont plombé sa première campagne, l'Espagnol met à profit sa jeune mais non moins précieuse expérience, au cœur d'un programme technique désormais libéré des concessions réglementaires qui limitaient l'an dernier le développement de la Suzuki.

Alors que l'aura de son coéquipier, Andrea Iannone, a du plomb dans l'aile, le plus jeune pilote du plateau prend de l'envergure. La fin de la saison 2017 avait déjà témoigné de sa progression, auréolée par une belle quatrième place à Valence, avant de solides essais d'intersaison. Le premier Grand Prix 2018 a confirmé son potentiel, en dépit d'une chute à l'entame des dix derniers tours, alors qu'il faisait bonne figure dans un groupe de tête fourni.

Ce n'était que partie remise, car Rins a retrouvé ce rang en Argentine et a cette fois pu aller au bout de son effort, pour signer son premier podium en catégorie reine, alors que Iannone s'en tenait à une huitième place, plus de 20 secondes plus loin.

Une prise de pouvoir qui place l'Espagnol sur de bons rails et confirme tout le bien que ses employeurs pensent de lui depuis son arrivée. Est-ce à dire qu'il peut viser plus haut et envisager une victoire pour cette année ? "Ça n'est pas un rêve, c'est un objectif", assure-t-il dans une interview pour le site officiel MotoGP. "Je ne sais pas quand ça arrivera, si c'est ce mois-ci, cette année ou l'année prochaine, mais il est clair que nous avons le potentiel pour bien faire et nous travaillons dur pour décrocher une victoire."

Classé 16e l'an dernier après avoir manqué trois Grands Prix, il peut assurément formuler des attentes plus élevées pour cette deuxième saison. Son objectif ? "Être constant, régulier et aux premières places à chaque course. Il y aura clairement des circuits sur lesquels nous aurons plus de problèmes, ce dont les autres vont bénéficier, mais l'objectif est de réussir à affronter toutes les conditions."

Une offre qui ne peut se refuser

Il paraît néanmoins indéniable que la vision d'Álex Rins ne saurait se limiter à la seule année 2018 et qu'elle porte sur le long terme, à plus forte raison face à un coéquipier qui peine à tenir le rang de leader qui lui était destiné au sein d'une équipe qui venait de perdre la pépite Maverick Viñales lorsqu'il l'a lui-même rejointe.

"Le projet qu'ils m'ont présenté quand j'étais en Moto2 m'a saisi dès le premier instant, ensuite j'ai intégré l'équipe et quand on s'est rencontré et qu'on a commencé à travailler ensemble, cela m'a reconfirmé tout ce qu'ils m'avaient promis. Je suis très heureux au sein de la marque et de l'équipe, de la façon dont ils me traitent, et je suis convaincu de ce que peut faire cette moto. En travaillant aussi dur que nous le faisons, nous pouvons obtenir des choses importantes."

"Peut-on se battre pour un titre ? Il faut d'abord remporter des courses avec conviction, avant de pouvoir penser au championnat, mais si je ne pensais pas qu'on pouvait y arriver, je n'aurais pas choisi Suzuki quand je suis passé en MotoGP."

Une conviction qui trouve écho dans les bruits de couloir laissant entendre qu'une annonce est imminente pour faire durer l'union entre Rins et Suzuki au-delà de la fin de leur contrat actuel, cette année. "Nous avons parlé d'un renouvellement et la vérité est que tout s'est fait de façon naturelle et très facilement. L'offre que nous avons, nous ne pouvons pas la refuser. Il y aura très bientôt des nouvelles !" promet le pilote.

Prochain article MotoGP
Márquez : "Dovizioso serait le bienvenu dans n'importe quelle équipe"

Article précédent

Márquez : "Dovizioso serait le bienvenu dans n'importe quelle équipe"

Article suivant

Premiers points pour KTM cette saison en Argentine

Premiers points pour KTM cette saison en Argentine

À propos de cet article

Séries MotoGP
Pilotes Álex Rins
Équipes Team Suzuki MotoGP
Auteur Léna Buffa
Type d'article Actualités