Rins sur le point de signer un contrat d'usine avec Honda chez LCR

Álex Rins est dans la dernière ligne droite pour conclure un contrat d'usine avec Honda, qui lui permettra de rouler dans le team satellite LCR tout en disposant du matériel officiel.

Rins sur le point de signer un contrat d'usine avec Honda chez LCR
Charger le lecteur audio

Álex Rins n'a pas caché ces derniers temps être en négociation avec les équipes LCR et Gresini afin de trouver un nouveau guidon pour 2023. Son choix est désormais fixé et il roulera la saison prochaine avec le team satellite de Honda, la promesse d'un contrat d'usine ayant eu raison de son hésitation, et ce même s'il n'aura pas le statut de pilote officiel.

"Si les discussions actuelles se concluent, les conditions seraient identiques en termes de matériel. C'est certain qu'au final les équipes Repsol et LCR sont les mêmes mais on a toujours parlé avec LCR parce qu'on ne nous a pas donné d'option pour aller dans le team officiel. Ça ne m'aurait pas déplu de porter les couleurs de Repsol parce que j'ai été avec eux en 2013 et 2014. Ça m'aurait fait plaisir, au moins d'avoir la possibilité. Au final les deux options qu'on a sont bonnes. Toutes les options qu'on a eues ont été bonnes mais parmi elles, une s'adapte mieux à ce que je veux que l'autre", a-t-il déclaré.

L'Espagnol disposera donc du même matériel que les pilotes officiels de l'équipe Repsol Honda, que sont Marc Márquez et, en théorie, Joan Mir, comme tout le porte à croire. "On va voir si on peut annoncer [quelque chose] après la fin de la course ou la semaine prochaine", a-t-il ajouté.

Après plusieurs saisons compliquées, Honda souhaite renouveler ses pilotes pour 2023 et vise pour cela le recrutement de pilotes majeurs du MotoGP, rapides, avec des succès à leur palmarès et étant capables de comprendre comment faire à nouveau de la RC213V une moto gagnante.

Rins est donc le candidat idéal puisqu'il compte 17 podiums dont quatre victoires depuis son arrivée dans la catégorie en 2017, en plus d'avoir terminé troisième du championnat en 2020.

"La première option de Rins était de compter sur une Ducati 2023, mais ils ne nous offraient qu'une 2022", a assuré une source proche des négociations à Motorsport.com. "Ce qui a convaincu Álex c'est qu'il disposera du même matériel que les pilotes officiels."

Bien que le constructeur japonais traverse une crise, la situation n'effraie pas le #42, pour qui cela représente "un grand défi" : "Depuis que je suis en MotoGP, je suis avec Suzuki donc le moteur V4 va être un grand changement mais au final on est préparés, ça ne nous fait pas peur."

L'arrivée de Rins chez LCR suppose le départ d'Álex Márquez en fin de saison, une décision déjà prise par le pilote devant la passivité affichée du HRC, qui n'a toujours pas communiqué de façon officielle à ses pilotes s'ils seront renouvelés ou non l'année prochaine. Un choix qui les pousse ouvertement à chercher ailleurs, ce qu'a fait le cadet des Márquez, qui est en discussions avancées avec Gresini, mais aussi Pol Espargaró, qui est proche de conclure un accord avec KTM pour courir chez Tech3.

Lire aussi :
partages
commentaires
Franco Morbidelli pénalisé par un long-lap à Assen
Article précédent

Franco Morbidelli pénalisé par un long-lap à Assen

Article suivant

Aquaplaning : Plusieurs pilotes voulaient un drapeau rouge en EL1

Aquaplaning : Plusieurs pilotes voulaient un drapeau rouge en EL1