Rins, trouble-fête et prétendant au titre en 2019 ?

Après quatre courses disputées cette année, l'Espagnol se place comme un acteur majeur du championnat, quitte à remettre en cause une hiérarchie préétablie.

Rins, trouble-fête et prétendant au titre en 2019 ?

Beaucoup prédisaient un troisième round entre Marc Márquez et Andrea Dovizioso à l'orée de la saison 2019, mais force est de constater qu'un troisième homme vient perturber ce duel annoncé : un certain Álex Rins. L'Espagnol a signé cette année son deuxième podium, à Jerez dimanche dernier, et engrangé encore de gros points au championnat. Qui aurait en effet tablé sur le pilote Suzuki pour la deuxième place du classement après quatre courses ?

Lire aussi :

Une ascension prévisible

Pourtant, celui qui a décroché son premier succès en MotoGP lors du Grand Prix des Amériques avait déjà montré de premiers signes l'année dernière de sa montée en puissance. Ses cinq podiums, ses premiers dans la catégorie reine, et notamment le dernier acquis à Valence, sous le déluge et après avoir mené une bonne partie de la course, étaient en effet autant d'indicateurs d'une arrivée au sommet prochaine.

Et à bien y repenser, sa première campagne dans la discipline, en 2017, avait déjà été une leçon de courage. Face à un coéquipier plus expérimenté (Andrea Iannone), sur une moto alors rétive, et malgré une première blessure grave au dos survenue lors des essais hivernaux de Valence, suivie d'une autre en début de saison lors des essais libres à Austin – elles avaient constitué autant d'obstacles à son adaptation au MotoGP –, l'Espagnol avait convaincu, avec notamment une fin de saison tonitruante.

Lire aussi :

Comment pourrait-on alors s'étonner de voir le numéro 42 en si bonne place en ce début d'année 2019, sur une moto au potentiel retrouvé ? Pour Márquez en tout cas, voir Rins en si bonne posture n'est pas une surprise, le numéro 93 ayant prédit dès l'hiver le danger que pouvait constituer le Barcelonais, à plus forte raison que celui-ci évolue sans pression.

"Comme je l'ai déjà dit lors des essais en Malaisie, Álex sera dans le coup, car il a fini la saison précédente d'une très bonne façon", a rappelé le tenant du titre. "Il a très bien roulé au cours de la pré-saison, et il n'a pas de pression, mais ça viendra. En ce moment, s'il finit deuxième il est content, s'il gagne, c'est incroyable. S'il finit troisième, il est aussi content. Donc à présent c'est un nouveau rival pour le championnat. Il est en bonne forme et la moto aussi. C'est important pour le championnat d'avoir plus de constructeurs qui se battent pour le titre."

Rins, le poil à gratter

Si le pilote Honda ne dispose que d'un point d'avance sur son homologue de chez Suzuki, sa domination affichée lors du Grand Prix d'Espagne, où il s'est imposé justement avec une confortable avance sur ce dernier, est de nature à le maintenir en confiance. Mais pour d'autres pilotes, tels que ceux de Ducati, l'arrivée de Rins dans le groupe de tête est une véritable problématique, en cela qu'il s'intercale entre eux et Márquez, et leur fait perdre de précieux points sur le quintuple Champion du monde au classement.

Lire aussi :

Un poil à gratter qui a de nouveau agi à Jerez, où Dovizioso et Danilo Petrucci ont terminé au pied du podium. Un top 3 que ne parvient d'ailleurs toujours pas à atteindre le dernier cité, après quatre courses passées au sein de l'équipe officielle de Borgo Panigale.

"Je voulais monter sur le podium, mais sur le podium il y a trois places. On ne s'attendait pas à ce que Rins soit aussi rapide. Márquez, oui, mais Rins a vraiment été rapide d'autant qu'il est parti derrière moi", explique Petrucci. "En ce moment il nous manque encore probablement un petit quelque chose sur cette piste, mais par rapport au passé on a été assez rapides. Il est clair que Márquez est un sacré problème pour le championnat, et Rins aussi."

Même son de cloche pour le coéquipier du numéro 9, qui a bien du mal à retrouver le fil de sa saison depuis sa victoire obtenue en ouverture du championnat au Qatar, et pour qui la présence de Rins dans le groupe de tête change très clairement la donne. "Cela peut engendrer de nombreuses situations pendant la saison, et surtout si l'on parle de nous trois [Honda, Suzuki et Ducati] et qu'on compte aussi la Yamaha, on a quatre motos très différentes", explique Dovizioso.

"Sur chaque piste sur laquelle on se rend, la moto et la manière dont se crée la combinaison avec les pneus font la différence", poursuit le pilote Ducati, "alors d'un côté c'est positif et intéressant parce que ça peut créer plus de bagarre, mais d’un autre côté cela fait déjà deux courses qu'on est quatrième et on peut donc perdre des points."

Marc Marquez, Repsol Honda Team, Alex Rins, Team Suzuki MotoGP

Des progrès à faire en qualifications

Autant d'obstacles à franchir pour se rapprocher d'un Márquez qui semble déjà en temps normal quasiment intouchable. Mais justement, le seul en mesure de donner du fil à retordre au tenant du titre ne serait-il pas le pilote Suzuki ? C'est en tout cas ce que croit Petrucci : "Si Rins commence à faire de bonnes qualifs, je pense qu'il peut rivaliser avec Márquez."

Lire aussi :

Il est vrai que le numéro 42 ne s'est jamais qualifié mieux qu'en septième position cette année… Mais pour l'intéressé, l'objectif d'un titre semble prématuré, et il n'hésite pas à répondre par la négative quand on lui demande s'il y songe : "Sincèrement, non", tranche-t-il sans tergiverser. "Il est vrai que nous sommes deuxièmes, à un point de Marc [Márquez], et c’est une chose incroyable, nous faisons du bon travail mais il va falloir le maintenir. Nous savons que nous avons une moto compétitive, j’ai 23 ans, je suis jeune et avec beaucoup de courses devant moi."

Véritable info ou intox ? Difficile à dire après quatre courses. La prochaine manche, en France, permettra peut-être d'apporter des éléments de réponse, sur un circuit où Iannone s'était qualifié l'an dernier à une belle quatrième place au guidon de la Suzuki, avant de chuter en course. Rins, lui, avait pris le départ depuis la 15e place sur la grille. Mais avec une année d'expérience en plus, un maximum de confiance emmagasiné lors des dernières épreuves, et surtout des progrès dans l'exercice du tour chronométré, nul doute qu'il faudra encore compter sur l'Espagnol parmi les prétendants à la victoire dans la Sarthe.

Avec Léna Buffa et Charlotte Guerdoux

partages
commentaires
Petrucci : Pas le moment de "prendre des risques et perdre confiance"
Article précédent

Petrucci : Pas le moment de "prendre des risques et perdre confiance"

Article suivant

Bagnaia : Du positif malgré des problèmes pour dépasser

Bagnaia : Du positif malgré des problèmes pour dépasser
Charger les commentaires
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021
Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda Prime

Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda

Il fut un temps où Honda était la destination toute tracée des jeunes talents de la moto mais deux de ses rivaux, KTM et, dans une moindre mesure, Ducati, ont pris le contrôle de ce marché. Cette évolution aura-t-elle des conséquences sur l'avenir du MotoGP ?

MotoGP
16 oct. 2021
Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage Prime

Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage

Marc Márquez a profondément fait évoluer son pilotage pour retrouver la victoire après sa blessure. Celui qui a dominé la dernière décennie du MotoGP devra peut-être le faire à nouveau s'il veut redevenir un prétendant au titre, la marge de progrès dans sa condition physique se réduisant.

MotoGP
7 oct. 2021
Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ? Prime

Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ?

Le retour du MotoGP en Amérique pour la première fois depuis 2019 ne se passe pas aussi bien que prévu, les pilotes s'inquiétant de la sécurité à l'issue des essais du vendredi.

MotoGP
2 oct. 2021
Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ? Prime

Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ?

L'attention portée par Ducati à ses équipes satellites, couplée aux efforts fournis par Andrea Dovizioso pour améliorer la capacité des dernières versions de la Desmosedici à prendre les virages, permettent à la marque italienne de disposer aujourd'hui de la moto la plus polyvalente du championnat, une moto que l'on a vue sur le podium avec cinq pilotes différents cette année.

MotoGP
27 sept. 2021