Rivola ne s'est pas senti trahi par le départ de Viñales d'Aprilia

Massimo Rivola n'en veut pas à Maverick Viñales d'avoir décidé de quitter Aprilia, bien conscient que les pilotes mènent leur barque avec des objectifs qui leur sont propres.

Maverick Vinales, Aprilia Racing Team

Maverick Vinales, Aprilia Racing Team

Photo de: Gold and Goose / Motorsport Images

La pause séparant les GP d'Italie et des Pays-Bas aura été pour le moins riche en décisions et annonces contribuant à façonner la grille MotoGP pour la saison à venir. Aprilia s'est trouvé au cœur de plusieurs de ces grandes nouvelles, avec le recrutement de Jorge Martín en marge du test mené au Mugello au lendemain de la course, puis celui de Marco Bezzecchi, officialisé hier, et entre temps l'annonce du départ de Maverick Viñales vers KTM.

Questionné lors d'une rencontre avec un parterre de journalistes pour savoir s'il se serait attendu, en début d'année, à devoir renouveler intégralement le line-up de son équipe, Massimo Rivola a admis avoir un temps pensé pouvoir compter sur Maverick Viñales pour la suite. "Bonne question ! Honnêtement, non", a-t-il répondu. "Je pouvais m'attendre à la retraite d'Aleix [Espargaró], mais je pensais et j'espérais pouvoir continuer avec Maverick." Pour autant, il admet qu'à la lumière de la tournure prise par les événements, il n'a "pas vraiment" été surpris par la décision de Viñales.

Il faut dire que le pilote de Roses avait la possibilité de rester, lui qui a rejoint Aprilia courant 2021 et a trouvé le chemin de la victoire avec la moto de Noale cette saison. Il a reçu une proposition d'Aprilia dès le GP du Qatar, mais avait alors demandé du temps. Puis, lors du GP de Catalogne, Rivola avait indiqué que Viñales serait bel et bien là la saison prochaine, considérant la prolongation de son contrat comme acquise. Sauf que le pilote s'en était défendu dans la foulée.

"Non, non, je ne suis pas confirmé. Je n'ai pas de contrat pour l'année prochaine", avait réagi Viñales, interrogé par Motorsport.com, appelant alors à la patience afin de pouvoir étudier ses autres options. Moins de trois semaines plus tard, son transfert de chez KTM, au sein de l'équipe Tech3, était annoncé.

Entre temps, Rivola avait dû sortir les grands moyens pour boucler en 24 heures le recrutement de Martín, au Mugello, en exprimant alors un regret, celui de ne pas avoir eu le temps de parler à Viñales avant l'annonce. On ignore si ce manque de tact a réellement blessé le pilote, toujours est-il que le divorce sera consommé dans cinq mois.

Pour autant, le PDG d'Aprilia Racing assure qu'il n'en tient pas rigueur à l'Espagnol, malgré leur histoire commune et notamment la manière dont le constructeur lui a tendu la main lorsqu'il s'est retrouvé sans guidon en cours de saison après son conflit avec Yamaha.

"Les pilotes sont comme ça et il est normal qu'ils fassent ce qui va dans leurs intérêts. C'est à nous, dans notre travail, de faire en sorte de représenter leurs meilleurs intérêts. Je ne me suis pas senti trahi, tout comme je ne pense pas qu'il se soit senti trahi lorsque nous avons annoncé Jorge. En même temps, chaque pilote suit probablement beaucoup ses propres instincts et ses propres sensations, surtout quelqu'un comme Maverick."

Les pilotes sont comme ça et il est normal qu'ils fassent ce qui va dans leurs intérêts. C'est à nous, dans notre travail, de faire en sorte de représenter leurs meilleurs intérêts.

"Tout s'est passé très vite. Je savais que le Mugello était censé être une sorte de date butoir pour Jorge et je voulais être prêt à l'avoir, et ça a été le cas. Ensuite, Maverick a pris sa décision et il a été très juste avec nous en nous prévenant à l'avance. Entre le Mugello et aujourd'hui, il ne s'est pas passé beaucoup de temps et, pour moi, le choix de Bezzecchi était clair. Disons que les pièces du puzzle se sont mises en place assez rapidement."

"Nous nous sentons très à l'aise avec lui, sincèrement. Nous savons que c'est un pilote qui peut atteindre des sommets, et Austin en a été la preuve. Peut-être qu'il a senti que le moment était venu de changer, peut-être que son grand objectif aujourd'hui est de gagner avec quatre constructeurs différents, je ne sais pas", a ajouté Massimo Rivola, en faisant référence au fait que Maverick Viñales a la particularité d'avoir gagné avec trois marques en MotoGP.

Maverick Viñales a trouvé la clé de l'Aprilia cette saison, mais il a décidé de quitter l'équipe.

Maverick Viñales a trouvé la clé de l'Aprilia cette saison, mais il a décidé de quitter l'équipe.

Photo de: Gold and Goose / Motorsport Images

S'il peut paraître surprenant que Viñales quitte Aprilia alors qu'il a finalement trouvé la clé pour être en symbiose avec la RS-GP et a obtenu il y a quelques semaines sa première victoire avec la moto, le patron de Noale promet que chacun va y mettre du sien pour que la suite de la saison se passe sereinement.

"Nous respectons absolument son choix et nous essaierons de maximiser les résultats des prochains Grands Prix, car la saison qui nous attend est encore très longue", a-t-il souligné. "Je respecte totalement la décision de Maverick. C'est un peu dommage, mais au final cela nous donne aussi l'occasion d'avoir un pilote italien, et un très bon pilote."

"La victoire à Austin a été pour moi, et pas uniquement pour l'équipe, l'accomplissement d'un objectif que nous nous étions fixé, et moi aussi personnellement, celui de gagner avec Maverick. Ça a donc été une énorme satisfaction et maintenant nous aimerions rééditer Austin. Au début de l'année, je n'aurais pas pensé à changer les deux pilotes, mais aujourd'hui, vu la façon dont le marché a évolué si rapidement, je crois qu'Aprilia a fait un excellent travail. Je ne peux donc qu'être très heureux."

"Bien sûr, je suis désolé de perdre un talent comme Maverick. J'adorerais voir d'autres [GP comme] Austin avec lui, et je suis prêt à parier avec vous que nous en verrons d'autres d'ici à la fin de la saison. Mais je respecte la décision qu'il a prise. Jusqu'à présent, nous avons passé de très bons moments ensemble. Il était, je ne veux pas dire perdu, mais dans une position très difficile à la fin de son histoire avec Yamaha et nous étions nous-mêmes en difficulté fin 2021. Je pense donc que lors des 13 prochaines courses, nous verrons un Maverick combatif, j'en suis sûr."

"J'espère et je pense que notre histoire ensemble se terminera de la meilleure façon. Je pense qu'il veut encore gagner avec une autre [marque], il veut être le seul à gagner avec autant de constructeurs. Il peut le faire, c'est certain, il a le temps de le faire."

Lire aussi :

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article
Article précédent Bezzecchi prêt à des adieux émouvants à l'équipe VR46
Article suivant Quartararo ne se voit pas rester en MotoGP jusqu'à 35 ans

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France