Rivola a "l'espoir d'avoir Iannone à la première course"

Le patron du programme Aprilia ne cache pas la colère qu'il a ressentie lorsqu'il a appris qu'Andrea Iannone était suspendu jusqu’au 16 juin 2021, mais c'est à présent sa conviction qu'il pourrait être blanchi d'ici trois à quatre mois qui l'anime.

Rivola a "l'espoir d'avoir Iannone à la première course"

Massimo Rivola dit nourrir l'espoir qu'Andrea Iannone puisse débuter la saison 2020 avec son équipe, d'ici quelques semaines. Ce serait l'épilogue heureux d'une affaire rocambolesque, tant pour les faits reprochés au pilote italien que pour sa coïncidence avec la pandémie ayant mis à l'arrêt bon nombre d'activités, et parmi elles les compétitions sportives.

Suspendu le 17 décembre pour un contrôle antidopage positif réalisé le 3 novembre, Andrea Iannone a tenté de défendre sa cause en réalisant une contre-analyse plus poussée, à ses frais, grâce à un test capillaire qui a permis à ses avocats d'appuyer leur théorie d'une contamination alimentaire et involontaire. D'après le pilote et son équipe, la Fédération internationale de motocyclisme a donné raison à cet argument, néanmoins le pilote a tout de même été condamné à une sanction estimée lourde, puisqu'il est suspendu 18 mois. Même si ce qui est décrit par Iannone et son entourage comme une incohérence a provoqué la colère du clan italien, Massimo Rivola a vite compris qu'il s'agissait d'un élément déterminant pour, à terme, obtenir gain de cause.

"À l'annonce de la sentence, j'étais furieux. On a un peu l'impression qu'on se moque de nous", admet l'administrateur délégué d'Aprilia Racing à Motorsport.com, évoquant le verdict rendu public le 1er avril à la suite d'une audience qui s'est tenue auprès de la Cour Disciplinaire Internationale de la FIM deux mois plus tôt. "Cela a été un sacré poisson d'avril. Malheureusement, ce n'était pas une blague, même si ces 18 mois semblent bel et bien en être une étant donné la manière dont la sentence est rédigée."

Lire aussi :

"Ce qui nous fait vraiment plaisir, c'est que la contamination alimentaire a été reconnue, parce que cela veut dire que l'innocence du pilote a été admise. En somme, c'est comme s'ils avaient dit à Andrea qu'il est coupable d'être allé à l'hôtel manger un blanc de poulet, un filet ou je ne sais quoi, comme s'il avait fait exprès de commander un morceau dopé", s'insurge Massimo Rivola. "Il est évident qu'écoper de 18 mois de suspension est très disproportionné. Il est vrai également que dans la jurisprudence, on parle de suspensions de quatre ans pour une faute délibérée et de deux ans pour une négligence − c'est même une interprétation un peu rigide, parce que c'est jusqu'à deux ans − et de nombreuses circonstances atténuantes ont été trouvées, faisant baisser ces deux ans à 18 mois. Ils pensent probablement lui avoir attribué une peine peu sévère, mais en réalité pour un pilote qui va sur ses 31 ans, c'est une éternité."

"Je défis tous les athlètes du monde de se faire analyser un cheveu : je ne sais pas s'ils seraient nombreux à le faire car c'est une analyse qui ne ment pas", martèle le patron italien, convaincu de longue date que son pilote n'a ingéré le stéroïde détecté qu'en faible quantité et à son insu. Et Rivola de poursuivre : "Je crois que la lenteur avec laquelle ils ont opéré est grave elle aussi, parce qu'il faut rappeler que la suspension a commencé au 17 décembre et que près de quatre mois ont donc passé. D'autres fédérations ont été beaucoup plus rapides. Je crois que pour la moto et le MotoGP, ce premier cas d'un pilote condamné avec de tels délais tout en étant innocent est vraiment dommage, parce que c'est une tâche qui restera. Il y a déjà assez de dopage sérieux dans l'athlétisme et le cyclisme, mais une disqualification pour un steak c'est ridicule."

Une "grande confiance" pour la prochaine étape

Un élément, toutefois, contrebalance la colère de Massimo Rivola, et c'est la manière dont ce verdict a été rendu. "Notre grande confiance réside dans le fait qu'il sera très probablement possible d'inverser la situation au TAS : tous ceux qui y sont arrivés avec une accusation de faute intentionnelle, et qui ont réussi à la requalifier en contamination alimentaire, ont été acquittés. Et, en ce qui nous concerne, nous n'avons même pas à le faire, parce que cela figure déjà dans la sentence de la FIM", souligne-t-il.

Le pilote, qui n'a jamais caché son intention de saisir le Tribunal Arbitral du Sport pour faire valoir ses droits dans l'ultime recours lui étant consenti, a 21 jours à compter du verdict de la FIM pour déposer cet appel. "Nous sommes contents qu'Andrea ait été reconnu innocent. Après, comment peut-on condamner un innocent ? Ça, ce n'est pas moi qui vous le dirai. Mais ce qui est écrit dans la sentence est très important et me rend optimiste pour l'avenir", assure le patron du constructeur italien, qui témoigne de la "grande force" que ce verdict transmet à son équipe.

Lire aussi :

Reste à savoir quels seront les délais de ce recours et si le pilote, que Massimo Rivola ne peut qu'imaginer blanchi, le sera à temps pour le début du championnat. L'administrateur délégué d'Aprilia Racing dit avoir "l'espoir que tout pourra se faire en trois ou quatre mois, ce qui pourrait coïncider aussi avec le début du championnat". Et d'ajouter : "Honnêtement, j'ai l'espoir d'avoir Andrea à la première course, si elle devait se tenir en août." S'il avoue évoquer cette date sans grande certitude concernant les délais dans lesquels le championnat pourra reprendre, Rivola nourrit en revanche le souhait profond que ces quatre mois à venir permettront, grâce à un heureux hasard de dates, de ne pas faire manquer de course à son pilote.

Quant à savoir quel pourra être l'avenir d'Andrea Iannone avec Aprilia, lui dont le contrat arrive à échéance à la fin de l'année, c'est une question qui se posera dans un deuxième temps, même si Massimo Rivola n'a pas caché son souhait de le conserver si sa suspension est levée. "Je pense qu'il sera opportun d'en parler lorsque nous connaîtrons le verdict du TAS − le plus vite possible, j'espère. Il sera correct de s'asseoir et d'en parler à ce moment-là", conclut-il.

Propos recueillis par Matteo Nugnes et Franco Nugnes  

partages
commentaires
Pour Capirossi, la saison ne doit pas dépasser le 15 décembre

Article précédent

Pour Capirossi, la saison ne doit pas dépasser le 15 décembre

Article suivant

Le MotoGP prêt à stopper le développement jusqu'à fin 2021 ?

Le MotoGP prêt à stopper le développement jusqu'à fin 2021 ?
Charger les commentaires
Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité ! Prime

Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité !

Prendre le sillage d'un rival pour gagner en performance... ou être celui qui est accroché et donne, de son plein gré ou non, un avantage à un concurrent. Le sujet n'a pas pas fini de faire parler, mais crée en tout cas des dynamiques intéressantes entre les pilotes du plateau MotoGP.

MotoGP
10 juin 2021
Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ? Prime

Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ?

Aveu d'échec mais coup de pouce possiblement bienvenu : l'éligibilité à des concessions en MotoGP peut être vue de plusieurs manières, comme en témoignent les réactions de Marc Márquez et Pol Espargaró à cette évocation...

MotoGP
6 juin 2021
Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre" Prime

Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre"

Toujours aussi passionné, mais aussi ancré dans la réalité, l'ancien pilote Lucio Cecchinello partage avec nous son regard sur les effets de la crise actuelle en MotoGP et la manière dont le championnat devrait selon lui évoluer.

MotoGP
28 mai 2021
Hervé Poncharal, taille patron Prime

Hervé Poncharal, taille patron

Patron du team Tech3 et président de l'IRTA, Hervé Poncharal est une figure incontournable du MotoGP. Aussi impliqué dans le sauvetage du championnat face à la crise sanitaire que touché par l'évolution de la planète, le Français a partagé avec nous son regard sur le monde.

MotoGP
26 mai 2021
Que doit faire Marc Márquez pour revenir à son meilleur niveau ? Prime

Que doit faire Marc Márquez pour revenir à son meilleur niveau ?

Après avoir signé une septième place au Portugal pour son retour fracassant en MotoGP, Marc Márquez entame désormais un long et dur travail pour retrouver le pilotage lui ayant donné six titres en catégorie reine.

MotoGP
23 avr. 2021
Pourquoi l'incident entre Miller et Mir mérite une nouvelle enquête Prime

Pourquoi l'incident entre Miller et Mir mérite une nouvelle enquête

Malgré la décision de Suzuki de ne pas faire appel de l'absence de sanction pour Jack Miller après son incident avec Joan Mir, il est nécessaire d'agir pour ne plus voir ce genre de manœuvre, qui aurait facilement pu tourner à la tragédie à Losail.

MotoGP
9 avr. 2021
Johann Zarco, la victoire avant l'heure Prime

Johann Zarco, la victoire avant l'heure

En à peine 18 mois, Johann Zarco est passé d'un extrême à l'autre en MotoGP, de pilote accablé et sans guidon à leader rayonnant du Championnat du monde 2021. Mais les Grands Prix de Losail ont surtout vu le retour au premier plan d'un homme retrouvé.

MotoGP
5 avr. 2021
Les changements derrière le retour en force de Maverick Viñales Prime

Les changements derrière le retour en force de Maverick Viñales

Sa victoire autoritaire lors de la manche d'ouverture du championnat intervient alors que Maverick Viñales vit une période de changement personnel et professionnel. Est-ce le tremplin vers une lutte pour le titre plus concrète qu'elle ne l'a été par le passé ?

MotoGP
30 mars 2021