Rossi évoque l'après, Viñales regrette de changer de coéquipier

Dans une interview réalisée en visioconférence et conjointement, les pilotes officiels Yamaha ont notamment abordé l'avenir à moyen terme, alors que Valentino Rossi sait que s'il reste en MotoGP en 2021, cela ne pourra pas être à sa place actuelle.

Rossi évoque l'après, Viñales regrette de changer de coéquipier

Bien qu'il ait encore un peu de temps pour réfléchir à ce qu'il souhaitera faire la saison prochaine, Valentino Rossi doit désormais se faire à l'idée que 2020 sera sa dernière année au sein de l'équipe factory Yamaha. S'il reste engagé en MotoGP un an de plus, ce sera certes toujours au guidon d'une moto officielle fournie par Iwata, mais au sein du team Petronas, où Fabio Quartararo libérera une place pour être promu dans l'équipe-mère. Maverick Viñales, lui, a beau être curieux de se confronter au Français, perdre un voisin de garage de la trempe du Docteur après quatre ans de cohabitation sera un changement qu'il regrettera. C'est ce qu'il a expliqué dans une interview réalisée conjointement avec le #46 et diffusée sur les réseaux sociaux de Yamaha ce week-end, un échange au cours duquel la grande décision de Rossi a été abordée en longueur.

Lire aussi :

Maverick, qu'est-ce qui t'a convaincu de rester chez Yamaha ?

Maverick Viñales : "J'ai étudié l'opportunité de partir, parce que les résultats n'étaient clairement pas ceux que j'attendais et ceux dont j'étais capable. Dans mon esprit, certains doutes que j'avais avec la Yamaha perduraient donc. Mais je pense que l'année dernière on a fait du bon travail et on a amélioré la moto. Yamaha m'a apporté beaucoup de soutien, ils m'ont accordé beaucoup de confiance. Et une autre des raisons pour lesquelles [je suis resté] c'est que j'apprécie mon équipe actuelle. Je ne pense donc pas que c'était le bon moment pour partir et faire des erreurs. J'ai besoin de continuer chez Yamaha, de la même façon, de continuer à travailler comme on le fait actuellement et de garder une motivation très forte, parce que je pense que quand Yamaha travaille bien on est difficiles à battre. Je pense qu'on suit le bon chemin en ce moment."

"Comme vous le savez, Fabio sera mon coéquipier l'année prochaine, mais j'ai dit à de nombreuses reprises que je suis un peu déçu, parce que je m'entends très bien avec Vale. J'apprends beaucoup à ses côtés. C'était une décision de Yamaha. En tout cas, il faut que l'on continue à travailler. Je pense que ce sera une bonne année pour nous, je pense que la moto est dans le coup. Il faut donc que l'on reste concentrés et très motivés. Je veux revivre avec Yamaha les moments où l'on a fait des doublés, et monter sur le podium de très nombreuses fois. Je pense qu'on peut rééditer cela cette année et on va clairement se donner au maximum dès le premier tour."

Espères-tu que Valentino va continuer en 2021 ?

MV : "Clairement, et pendant de nombreuses années. J'adore partager la piste avec Valentino et c'est spécial de se battre contre lui. Il me pousse toujours à grimper d'un cran, toujours, que ce soit dans mes entraînements à la maison ou en piste. Il faut tout le temps que je regarde où est mon coéquipier, parce qu'on a beau être bons amis, on partager le garage Yamaha alors il faut avant tout qu'on se batte l'un l'autre."

S'il y a une chose sur laquelle le fait de faire équipe avec Valentino Rossi t'a aidé à t'améliorer, qu'elle est-elle ?

MV : "Ce que j'ai appris au cours de toutes ces années − car on a tous les deux connu des moments difficiles chez Yamaha, en particulier fin 2017 et en 2018 − c'est que Valentino a toujours gardé le sourire. Et je ne comprenais pas pourquoi ! On est loin, on n'est pas dans le top 10, et on n'y est pas habitués, alors je ne savais pas pourquoi il souriait. Parfois, je parlais avec des gens et je leur disais : 'Je ne sais pas pourquoi il sourit'. Il était tellement content, [comme si] ça ne faisait rien. Il donne tout en piste, et en dehors il est content. J'ai donc appris à être heureux même quand les choses ne sont pas comme on le voudrait. Mais cela m'a pris des mois avant de le comprendre."

Valentino, qu'en penses-tu ?

Valentino Rossi : "Pour moi, ça dépend un peu de mon caractère, mais je suis aussi à un moment différent de ma carrière par rapport à Maverick. Comme l'a dit Maverick, on est passé par des périodes très difficiles d'un point de technique chez Yamaha entre 2017 et 2018, où l'on a dû beaucoup souffrir parce qu'on a eu beaucoup de problèmes avec la moto. Vous savez, si j'avais 25 ans comme Maverick et que je voulais gagner le championnat à tout prix, ce serait clairement plus difficile, mais quand on est plus expérimenté on comprend que l'on peut changer certaines choses en s'entraînant plus et en étant plus concentré, mais que tout le reste on ne peut pas le changer. Alors il vaut mieux se dire qu'on essaye le maximum sur ce que l'on peut changer et ne pas trop se soucier du reste."

Lire aussi :

Cette période passée loin des courses t'a-t-elle fait penser à ce que tu feras après le MotoGP ?

VR : "On a de bons programmes pour l'avenir, quand j'arrêterai le MotoGP. On a notre propre équipe en Moto2 et en Moto3, où l'on s'amuse beaucoup. On veut donc continuer cela, surtout pour développer de jeunes pilotes italiens. C'est le premier programme. Le deuxième, pour moi, est de courir en auto. Je veux disputer certains championnats automobiles et monter un programme de sept ou huit courses par an. C'est mon plan pour le futur."

Que penses-tu des spéculations sur le fait que Jorge Lorenzo et toi pourriez à nouveau faire équipe la saison prochaine, chez Petronas ? Est-ce possible ?

VR : "Je pense que Franco [Morbidelli] n'en est pas très heureux ! C'est un gros problème, parce que l'année dernière Franco a été bon, mais Quartararo a été meilleur. Mais pendant les essais hivernaux, Franco a été très rapide, et je pense qu'il va donc faire le maximum pour garder sa place dans cette équipe. Je ne sais pas ce que Lorenzo va décider, mais peut-être que Yamaha devra faire cinq motos ! [rires]"

partages
commentaires
Le MotoGP présente le format du GP d'Espagne virtuel

Article précédent

Le MotoGP présente le format du GP d'Espagne virtuel

Article suivant

Michelin reporte d'un an son nouveau pneu avant

Michelin reporte d'un an son nouveau pneu avant
Charger les commentaires
Le gentil géant qui manquera au MotoGP Prime

Le gentil géant qui manquera au MotoGP

Imaginer le MotoGP sans Danilo Petrucci, c'est envisager de perdre l'un des rares pilotes qui aient pu battre Marc Márquez au sommet de son art et un garçon aussi attachant que combattif.

MotoGP
26 juil. 2021
Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné Prime

Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné

Joan Mir croit en ses chances de conserver son titre en MotoGP, malgré une première moitié de saison en dessous de ses attentes. Motorsport.com a pu échanger avec le pilote Suzuki sur ses chances au championnat, le départ de Davide Brivio et la célébrité apportée par son sacre mondial en 2020.

MotoGP
23 juil. 2021
Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès Prime

Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès

À la peine dans les dernières de la saison 2020, Fabio Quartararo a retrouvé le sommet et domine le championnat à mi-parcours. Motorsport.com s'est entretenu avec le Niçois pour évoquer sa nouvelle approche, sa progression et son arrivée dans l'équipe Yamaha factory, mais aussi les grandes difficultés de son coéquipier.

MotoGP
15 juil. 2021
Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi Prime

Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi

En sa qualité de patron d'équipe, Valentino Rossi va entrer de façon imminente dans une nouvelle ère dans sa carrière, et celle-ci aura une influence considérable sur un certain nombre de pilotes et d'équipes du championnat. Mais c'est précisément chez Yamaha que se fera sentir l'un des plus gros impacts car la marque joue un rôle central dans cet épisode et pourrait en conséquence perdre ses liens avec le Docteur.

MotoGP
23 juin 2021
Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité ! Prime

Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité !

Prendre le sillage d'un rival pour gagner en performance... ou être celui qui est accroché et donne, de son plein gré ou non, un avantage à un concurrent. Le sujet n'a pas pas fini de faire parler, mais crée en tout cas des dynamiques intéressantes entre les pilotes du plateau MotoGP.

MotoGP
10 juin 2021
Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ? Prime

Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ?

Aveu d'échec mais coup de pouce possiblement bienvenu : l'éligibilité à des concessions en MotoGP peut être vue de plusieurs manières, comme en témoignent les réactions de Marc Márquez et Pol Espargaró à cette évocation...

MotoGP
6 juin 2021
Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre" Prime

Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre"

Toujours aussi passionné, mais aussi ancré dans la réalité, l'ancien pilote Lucio Cecchinello partage avec nous son regard sur les effets de la crise actuelle en MotoGP et la manière dont le championnat devrait selon lui évoluer.

MotoGP
28 mai 2021
Hervé Poncharal, taille patron Prime

Hervé Poncharal, taille patron

Patron du team Tech3 et président de l'IRTA, Hervé Poncharal est une figure incontournable du MotoGP. Aussi impliqué dans le sauvetage du championnat face à la crise sanitaire que touché par l'évolution de la planète, le Français a partagé avec nous son regard sur le monde.

MotoGP
26 mai 2021