Chaîne cassée et mauvais choix : Rossi seulement 13e

Le pilote Yamaha a pris du retard ce vendredi, au Mans, la faute notamment à des essais de réglages non concluants. Il lui faut désormais espérer que les EL3 se dérouleront sur le sec...

Chaîne cassée et mauvais choix : Rossi seulement 13e

L.B., Le Mans - Valentino Rossi a conclu la première journée du Grand Prix de France à la 13e place. Si les écarts de la huitième à la 15e position sont particulièrement réduits, l'Italien ne peut se satisfaire ni de son classement final ni de la performance globale qui l'y a mené. Pilote Yamaha le moins rapide du jour, il se sait notamment distancé par son voisin de stand, un Maverick Viñales qui semble avoir trouvé la solution pour mettre immédiatement son week-end sur de bons rails, leader sur le tour lancé et rapide également sur le rythme.

"À Jerez, j'ai eu du mal et aujourd'hui aussi, mais les Yamaha ont été compétitives. Franco [Morbidelli] a été très similaire à moi, mais Quartararo a été bon, et puis c'est surtout Maverick qui a été le plus fort. Au-delà de son temps, il est plus rapide que moi en termes de rythme, en ce moment il roule mieux", concède le numéro 46.

Lire aussi :

Le bilan de cette première journée est d'autant plus mitigé que Rossi nourrissait de bons espoirs à l'arrivée sur cette piste qui lui plaît et qui, sur le papier, doit mieux convenir à la M1 que celle de Jerez. "Je m'attendais à être plus fort, mais ça a été une journée difficile. Dès ce matin, je n'ai pas eu de super sensations. J'ai été un peu en difficulté, particulièrement à l'accélération en sortie de virage. Ensuite, ce matin, on a eu un problème avec la chaîne, on a perdu un peu de temps", relate-t-il. S'il n'en dit pas beaucoup plus sur cette chaîne qui a cassé en milieu de séance, il suggère néanmoins que cet incident n'a d'autre source qu'une erreur humaine : "Que s'est-il passé avec la chaîne ? Je ne sais pas ! Il a dû se passer quelque chose, parce que d'habitude elles ne se cassent pas. Alors quelqu'un a dû faire une erreur."

Cette mésaventure n'a eu d'autre conséquence qu'une perte de temps pour le pilote Yamaha, mais celle-ci s'est ajoutée à d'autres soucis lors des EL2, ce qui ne l'a pas aidé dans sa préparation. "Le problème, c'est que dès ce matin, quand on a commencé, je ne me suis pas senti très bien, on a donc cherché des choses pour essayer de progresser. Cet après-midi, la séance n'a pas mal commencé, parce que mon rythme était assez bon, j'étais cinquième ou sixième. On avait ensuite prévu de tester quelque chose qui, malheureusement, ne m'a pas plu. On a donc perdu du temps. On a un peu manqué de temps pour finir le travail, et puis j'ai aussi un peu joué de malchance parce que je suis passé sous le drapeau à damier pour quatre secondes et je n'ai pas réussi à faire mon deuxième tour."

Un retard à rattraper... si ça reste sec !

Conséquence de tous ces petits accrocs : Valentino Rossi n'a pas réussi à accrocher le top 10 tant recherché aujourd'hui, alors que le ciel s'est chargé de nuages menaçants et qu'un risque de pluie pèse sur la suite des essais. "On est en dehors du top 10 et il faut espérer, déjà, qu'il fasse beau demain matin parce qu'il y a une possibilité de pluie. Mais il faut aussi travailler sur la moto, améliorer un petit peu l'accélération parce que je suis en difficulté, je ne suis pas assez rapide par rapport à Maverick. Il faut qu'on trouve quelque chose de différent en termes de rythme aussi", prévient l'Italien.

Lire aussi :

"En cas de pluie, il faudra voir comment ça va, parce que ça fait longtemps qu'on n'a pas roulé sur le mouillé. C'est donc difficile, c'est un peu comme repartir de zéro", poursuit-il. "Disons que nos dernières expériences avec la pluie ont été assez positives, parce qu'à Valence j'avais été compétitif et c'est la dernière fois qu'on a couru sous la pluie. Ceci dit, la moto a changé, normalement elle devrait s'être améliorée un peu donc ça devrait nous aider, mais il faut qu'on essaye pour voir."

partages
commentaires
Lorenzo et les rumeurs : "Cela peut faire mal à un sportif"

Article précédent

Lorenzo et les rumeurs : "Cela peut faire mal à un sportif"

Article suivant

Dopé par la prise de commandes, Viñales ne craint pas la pluie

Dopé par la prise de commandes, Viñales ne craint pas la pluie
Charger les commentaires
Le gentil géant qui manquera au MotoGP Prime

Le gentil géant qui manquera au MotoGP

Imaginer le MotoGP sans Danilo Petrucci, c'est envisager de perdre l'un des rares pilotes qui aient pu battre Marc Márquez au sommet de son art et un garçon aussi attachant que combattif.

MotoGP
26 juil. 2021
Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné Prime

Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné

Joan Mir croit en ses chances de conserver son titre en MotoGP, malgré une première moitié de saison en dessous de ses attentes. Motorsport.com a pu échanger avec le pilote Suzuki sur ses chances au championnat, le départ de Davide Brivio et la célébrité apportée par son sacre mondial en 2020.

MotoGP
23 juil. 2021
Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès Prime

Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès

À la peine dans les dernières de la saison 2020, Fabio Quartararo a retrouvé le sommet et domine le championnat à mi-parcours. Motorsport.com s'est entretenu avec le Niçois pour évoquer sa nouvelle approche, sa progression et son arrivée dans l'équipe Yamaha factory, mais aussi les grandes difficultés de son coéquipier.

MotoGP
15 juil. 2021
Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi Prime

Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi

En sa qualité de patron d'équipe, Valentino Rossi va entrer de façon imminente dans une nouvelle ère dans sa carrière, et celle-ci aura une influence considérable sur un certain nombre de pilotes et d'équipes du championnat. Mais c'est précisément chez Yamaha que se fera sentir l'un des plus gros impacts car la marque joue un rôle central dans cet épisode et pourrait en conséquence perdre ses liens avec le Docteur.

MotoGP
23 juin 2021
Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité ! Prime

Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité !

Prendre le sillage d'un rival pour gagner en performance... ou être celui qui est accroché et donne, de son plein gré ou non, un avantage à un concurrent. Le sujet n'a pas pas fini de faire parler, mais crée en tout cas des dynamiques intéressantes entre les pilotes du plateau MotoGP.

MotoGP
10 juin 2021
Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ? Prime

Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ?

Aveu d'échec mais coup de pouce possiblement bienvenu : l'éligibilité à des concessions en MotoGP peut être vue de plusieurs manières, comme en témoignent les réactions de Marc Márquez et Pol Espargaró à cette évocation...

MotoGP
6 juin 2021
Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre" Prime

Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre"

Toujours aussi passionné, mais aussi ancré dans la réalité, l'ancien pilote Lucio Cecchinello partage avec nous son regard sur les effets de la crise actuelle en MotoGP et la manière dont le championnat devrait selon lui évoluer.

MotoGP
28 mai 2021
Hervé Poncharal, taille patron Prime

Hervé Poncharal, taille patron

Patron du team Tech3 et président de l'IRTA, Hervé Poncharal est une figure incontournable du MotoGP. Aussi impliqué dans le sauvetage du championnat face à la crise sanitaire que touché par l'évolution de la planète, le Français a partagé avec nous son regard sur le monde.

MotoGP
26 mai 2021