Rossi "un peu en colère" que Bagnaia n'ait pas suivi son conseil

Convaincu que Pecco Bagnaia aurait dû opter pour le pneu avant medium, Valentino Rossi a jugé dommage que son poulain perde ses dernières chances de titre en chutant à Misano.

Rossi "un peu en colère" que Bagnaia n'ait pas suivi son conseil

Valentino Rossi a admis avoir été opposé au choix de pneu de Pecco Bagnaia pour la course qui, dimanche à Misano, a vu le pilote Ducati perdre ses dernières chances d'être titré. Bagnaia et son coéquipier, Jack Miller, ont été les seuls à opter pour la gomme dure à l'avant, une solution que le vétéran du plateau jugeait inadaptée aux conditions.

"J'ai essayé de faire comme en Aragón et d'hypnotiser Pecco en lui disant de mettre 'medium, medium, medium', mais cette fois ça n'a pas fonctionné, il a pris le dur !" a souri le patron de la VR46 Riders Academy, qui encadre notamment Pecco Bagnaia. "Je suis un petit peu en colère contre lui, parce que je pense que s'il avait mis le pneu avant dur il aurait pu gagner, car il était le plus rapide, mais ce n'est que mon avis. Il avait une très bonne chance de faire durer le championnat. Ça aurait de toute façon été difficile, mais ça aurait été important de le faire durer jusqu'au Portugal."

Parti de la pole position, Bagnaia a immédiatement pris les commandes de la course et il s'est maintenu à la place de leader jusqu'à cinq tours de l'arrivée. Jack Miller, initialement deuxième, était tombé dès les premiers tours, et Marc Márquez, longtemps resté dans sa roue, commençait à lâcher du lest lorsque le pilote italien est parti à la faute. Comme son coéquipier, il a perdu l'avant dans le virage 15.

"Pour moi, c'était trop dangereux [de prendre] le pneu avant dur. J'ai essayé de le dire à Pecco, mais au final ils l'ont pris", explique Rossi. "Malheureusement, dans la dernière partie de la course, la température a baissé, il y avait moins de soleil, et le pneu avant dur est comme ça : quand la température baisse, le pneu vous lâche et vous tombez sans rien pouvoir faire. Alors c'est vraiment dommage, parce que Pecco était le plus rapide [dimanche] et pendant le week-end, il pouvait gagner et faire durer le championnat. C'est vraiment dommage."

Pecco Bagnaia, lui, a assumé son choix, l'option medium ne lui ayant pas donné d'assez bonnes sensations pour s'y fier en vue de la course. Distancé de 52 points par le leader du championnat avant cette épreuve, il se savait de toute façon contraint de prendre des risques et ne regrette donc pas sa stratégie en dépit de sa défaite.

"On savait parfaitement depuis le début de la course, quand on a décidé de prendre le pneu dur, que je ne pouvais pas me permettre de ralentir. Le pneu avant dur avait besoin d'être poussé du premier au dernier tour pour faire en sorte qu'il ne refroidisse pas et j'ai donc poussé jusqu'au dernier tour. On a pris un risque. C'était une journée où on ne pouvait que prendre un risque", explique Bagnaia.

"Je savais qu'avec le pneu medium je ne me serais pas senti bien, mais avec le dur oui et on l'a donc pris. C'étaient des conditions qui n'étaient pas très adaptées au pneu dur, mais on savait qu'en étant utilisé d'une certaine façon il aurait apporté ses fruits et c'est ce qui se passait. Malheureusement, ensuite il m'a trahi, mais comme je l'ai dit, il fallait prendre tous les risques et j'ai essayé, jusqu'au moment où je suis tombé."

"Pecco a fait une saison fantastique", souligne néanmoins Rossi, qui prédit que son poulain sera en pole position pour se battre pour le titre l'année prochaine. "En première ligne je dirais Bagnaia, Quartararo, Márquez", pressent-il. Le pilote au numéro 46 n'en oublie pas le nouveau Champion du monde, son remplaçant dans l'équipe officielle Yamaha cette année : "À mon avis, Quartararo l'a complètement mérité parce qu'il a été très fort, il a super bien piloté. Il a réussi à faire de très bons résultats, y compris sur des pistes sur lesquelles la Yamaha était un peu désavantagée, alors il est juste qu'il soit Champion du monde. Mais surtout parce qu'il n'a jamais fait d'erreur : il a tout le temps été très fort sans faire d'erreurs, alors bravo à lui."

Lire aussi :

partages
commentaires
Zarco premier à féliciter Quartararo : "Je profite de son bonheur"
Article précédent

Zarco premier à féliciter Quartararo : "Je profite de son bonheur"

Article suivant

Jorge Martín pourrait être opéré à la jambe

Jorge Martín pourrait être opéré à la jambe
Charger les commentaires
L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022 Prime

L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022

Voir Ducati aligner huit machines sur la grille MotoGP n'est pas un fait inédit, puisque la marque l'a déjà fait entre 2016 et 2018. Mais le niveau de la Desmosedici est impressionnant et l'implication de la firme de Borgo Panigale dans ses alliances bien plus importante qu'elle le fut par le passé, or cela pourrait avoir pour effet de déséquilibrer la catégorie reine.

Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis Prime

Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis

Avec le départ de Valentino Rossi, le MotoGP perd sa plus grande star et l'Italie son meilleur représentant en course depuis les années 1980. Le Docteur lui-même a toutefois préparé sa relève et formé ceux qu'il espère voir lui succéder.

MotoGP
2 janv. 2022
Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez Prime

Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez

Précoce quand il dominait tous les championnats espagnols, Fabio Quartararo a été jusqu'à pousser à la mise en place d'un changement de règlement, comme Marc Márquez quelques années plus tôt. Son parcours mondial s'est pourtant révélé compliqué, jusqu'à la révélation une fois arrivé dans la catégorie MotoGP.

MotoGP
27 déc. 2021
Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ? Prime

Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ?

Inlassablement interrogé sur sa retraite depuis des années, Valentino Rossi a-t-il trop attendu, au risque de voir son palmarès se ternir ? On serait plutôt tenté de dire qu'en ayant tout essayé jusqu'au bout, il a choisi de raccrocher au moment qui était le bon pour lui.

MotoGP
16 déc. 2021
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021