Déception pour Rossi, trop loin du podium

Le pilote Yamaha n'a pas réussi à maintenir en course le rythme prometteur qu'il affichait en essais. Quatrième à l'arrivée, comme en Autriche, il a été nettement distancé par les hommes de tête, y compris par son coéquipier.

Déception pour Rossi, trop loin du podium

Après avoir oscillé entre la quatrième et la deuxième place depuis vendredi après-midi, Valentino Rossi s'est maintenu dans ce top 4 à l'arrivée de la course. Pour autant, son incapacité à se battre pour le podium et les 11 secondes de retard qu'il accusait à l'arrivée plombaient le bilan du #46, qui ne cachait pas sa déception face à un niveau de compétitivité en berne dimanche après-midi.

"Ça a été une course difficile. On était arrivé en étant optimistes pour être plus forts et au final on a souffert un peu trop", souligne Rossi. "On n'est pas contents, on est un peu déçus parce que, mon team et moi, on s'attendait à être plus forts et à se battre pour le podium. Je suis parti de la première ligne, mais surtout j'ai tout le temps eu un bon rythme pendant les essais."

Lire aussi :

Deuxième sur la grille et à l'issue du premier tour, Rossi a rapidement été repris par Álex Rins puis par Maverick Viñales. Sans parvenir à tenir le rythme du trio de tête, il s'est alors trouvé sous la menace de Cal Crutchlow, puis de Franco Morbidelli et s'il a pu maintenir sa quatrième place, c'est pense-t-il à la faveur de leurs propres soucis. Ce qui alimente la déception du pilote italien, c'est surtout une comparaison défavorable avec son coéquipier sur cette course, alors que les essais libres lui avaient donné le sentiment qu'ils pourraient faire jeu égal.

"Je savais que Márquez était un peu plus rapide. Rins, je ne m'y attendais pas, mais je voulais faire une course comme celle de Maverick parce que pendant les essais notre rythme était très similaire", observe-t-il. "Mais [dimanche], dès le début, j'ai malheureusement été plus en difficulté avec mon pneu arrière. Mon rythme n'était pas fantastique et je n'étais pas assez fort, pas assez rapide, pour me maintenir dans le top 3. Et puis durant la seconde moitié de la course, j'ai dû fortement ralentir parce que mon pneu était très abîmé."

S'il n'est pas le seul à s'être plaint d'un pneu arrière très dégradé, Rossi écarte toutefois l'idée d'un problème imputable à Michelin. "Mon pneu était très, très abîmé. Celui de Cal [Crutchlow] et de Jack [Miller] aussi, un peu aussi celui de Franco [Morbidelli], il me semble. Je pense que le problème vient plus de nous, parce que malheureusement en comparaison de Maverick et de Quartararo je souffre toujours un peu plus en matière de grip arrière. [Dimanche] il a fait plus chaud et j'ai eu plus de problèmes par rapport par exemple à Maverick. [Samedi], il a fait beaucoup de tours avec ces pneus et son rythme était exactement le même [dimanche]. Moi, [samedi] j'étais bien, comme Maverick, mais [dimanche] j'étais plus en difficulté. Pour moi, ça vient plus de nous. Il faut qu'on comprenne comment plus économiser le pneu arrière et moins souffrir de ça."

Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing

Un test très important cette semaine

Si la situation semblait donc en progrès depuis Brno, le #46 ne se voit pas rétrograder à présent, bien qu'il semble toujours pâtir du même problème, devenu un véritable casse-tête. La situation globale reste à ses yeux plus positive qu'elle ne l'était il y a quelques mois, mais il en appelle à des progrès qui doivent assurément encore être accomplis pour qu'il puisse retrouver les avant-postes avec régularité et viser les meilleurs résultats.

"Durant la seconde partie de la saison, j'ai été assez compétitif, et ce même pendant les essais", estime-t-il, retenant du positif de Silverstone. "Ça a été un très bon week-end. En mieux il y a eu, disons, Austin où j'avais aussi été fort en course. J'espère donc qu'on va continuer comme ça, mais je dois dire que je souffre un peu plus sur le grip arrière par rapport à Maverick par exemple, alors il faut qu'on essaye de comprendre pourquoi et surtout qu'on trouve une solution. Il semble que quand les conditions sont un peu plus difficiles je souffre un peu plus."

Lire aussi :

"Pour ce qui est du grip arrière, je pâtis un peu plus que Maverick ou Quartararo. Il faut donc qu'on travaille là-dessus", prévient Rossi, qui mise désormais sur le test qui aura lieu cette semaine à Misano pour progresser sur ce point. "C'est un test très important, qui dure deux jours. Il offre la possibilité de préparer le Grand Prix [le GP de Saint-Marin, du 13 au 15 septembre, ndlr], mais il offre surtout la possibilité de travailler sur les nouvelles motos, sur le prototype de la Yamaha de l'année prochaine."

"J'espère donc que Yamaha aura quelque chose d'intéressant, aussi bien pour l'année prochaine avec des choses un peu plus importantes peut-être, que pour la prochaine partie du championnat, car il reste encore beaucoup de courses. On ne peut rien faire sur le moteur, mais autour on peut tout faire alors j'espère qu'il y aura de bonnes choses pour améliorer un peu l'accélération, le grip arrière."

Quid de l'éventualité de disposer d'un bras oscillant en carbone afin d'épargner un peu plus le pneu arrière ? "J'ai posé très souvent la question !" fait savoir Rossi, visiblement très partisan de cette orientation. "Je pense que le bras oscillant en carbone peut nous aider et j'espère donc que Yamaha pourra nous en apporter dès que possible. […] J'espère et je pense qu'on pourra en voir dans pas trop longtemps."

partages
commentaires
Márquez battu sur le fil : "J'avais déjà atteint mon objectif"

Article précédent

Márquez battu sur le fil : "J'avais déjà atteint mon objectif"

Article suivant

Dovizioso sain et sauf, "juste en colère"

Dovizioso sain et sauf, "juste en colère"
Charger les commentaires
Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha Prime

Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha

Les différents événements qui ont mené à l'arrivée d'Andrea Dovizioso chez SRT et la suprématie de Fabio Quartararo chez Yamaha font penser que son retour en MotoGP revêt plus d'un choix par défaut que d'un projet à long terme.

MotoGP
8 sept. 2021
Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais Prime

Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais

Il y a 24 ans jour pour jour, Valentino Rossi devenait Champion du monde pour la première fois. Aujourd'hui il s'apprête à quitter le MotoGP, résolu à l'idée que le dixième sacre après lequel il a tant couru ne viendra jamais enrichir son palmarès.

MotoGP
31 août 2021
Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière Prime

Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière

Dans une interview exclusive accordée à Motorsport.com, Marc Márquez se confie sur les défis auxquels il est confronté depuis sa blessure, sa volonté de retrouver le sommet et la domination actuelle de Fabio Quartararo.

MotoGP
24 août 2021
La gestion de la pression, de moins en moins taboue Prime

La gestion de la pression, de moins en moins taboue

Sujet délicat s'il en est, la santé mentale s'assume désormais de plus en plus dans différentes disciplines sportives, et la compétition moto n'y fait pas exception. La gestion de la pression ou de performances en berne peut s'avérer particulièrement difficile à endurer, et cela reste bien souvent tabou.

MotoGP
21 août 2021
Pourquoi Petronas n'a toujours pas de pilote pour 2022 Prime

Pourquoi Petronas n'a toujours pas de pilote pour 2022

Le verrouillage de Raúl Fernández par KTM et le peu de coopération de Yamaha font que le team Petronas SRT n'a pas encore pu annoncer de pilote pour la saison prochaine. Après avoir vu l'Espagnol lui échapper, l'équipe malaisienne porte son dévolu sur Marco Bezzecchi, mais lui aussi est en lien étroit avec un autre groupe.

MotoGP
10 août 2021
Le gentil géant qui manquera au MotoGP Prime

Le gentil géant qui manquera au MotoGP

Imaginer le MotoGP sans Danilo Petrucci, c'est envisager de perdre l'un des rares pilotes qui aient pu battre Marc Márquez au sommet de son art et un garçon aussi attachant que combattif.

MotoGP
26 juil. 2021
Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné Prime

Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné

Joan Mir croit en ses chances de conserver son titre en MotoGP, malgré une première moitié de saison en dessous de ses attentes. Motorsport.com a pu échanger avec le pilote Suzuki sur ses chances au championnat, le départ de Davide Brivio et la célébrité apportée par son sacre mondial en 2020.

MotoGP
23 juil. 2021
Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès Prime

Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès

À la peine dans les dernières de la saison 2020, Fabio Quartararo a retrouvé le sommet et domine le championnat à mi-parcours. Motorsport.com s'est entretenu avec le Niçois pour évoquer sa nouvelle approche, sa progression et son arrivée dans l'équipe Yamaha factory, mais aussi les grandes difficultés de son coéquipier.

MotoGP
15 juil. 2021