Rossi, des retrouvailles plutôt fraîches

partages
commentaires
Rossi, des retrouvailles plutôt fraîches
Par : Medhi Casaurang-Vergez
28 oct. 2016 à 11:30

Pour son retour un an après sur les lieux du psychodrame l'ayant confronté à Márquez, Rossi a fait le travail, en dépit de mauvaises conditions de piste.

Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing
Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing
Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing
Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing
Valentino Rossi
Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing
Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing
Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing
Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing
Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing
Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing
Valentino Rossi, Movistar Yamaha MotoGP

Valentino Rossi et la piste de Sepang, c'est un peu "je t'aime, moi non plus". On ne parlera pas ici du fameux duel à couteaux tirés l'ayant opposé à Marc Márquez, mais plutôt de sa première journée d'essais en Malaisie.

En effet, les récents travaux effectués sur la piste ont entraîné la pose d'une nouvelle couche d'asphalte. Comme tout nouveau tarmac, il évacue et absorbe moins facilement la pluie qui s'y abat. Raison pour laquelle, malgré les fortes températures ressenties, de nombreuses flaques d'eau sont restées collées au circuit dans l'après-midi, après une violente averse à la pause du midi. Des conditions peu évidentes qui n'ont pas été du goût de l'Italien.

Auteur du 5e temps aux Essais Libres 1, le pilote Yamaha a carrément plongé au 14e rang dans la séance suivante. La faute au choix de gommes (les pneus intermédiaires ont réalisé les meilleurs temps, Rossi était en ''pluie'') mais aussi au changement de climat. "J'ai eu des difficultés avec le soleil allié à la piste mouillée", reconnaît-il. "J'espère que les jours à venir se dérouleront entièrement sur le sec ou sous la pluie, mais pas entre les deux."

Facteur important de cette lenteur (à plus de quatre secondes de Cal Crutchlow aux Essais Libres 2), la teinte du circuit. "Un nouvel asphalte est toujours très sombre. C'est normal, mais il devient alors plus difficile de comprendre le niveau de l'adhérence. C'est pas simple de voir quels sont les endroits détrempés, il faut faire attention. On ne peut pas piloter à 100% dans ces cas-là", certifie-t-il.

Travailler sur la moto de 2017

Petit coin de ciel bleu dans le paysage malaisien, l'adhérence de la piste. "Il y a plus de grip qu'avant, le nouveau circuit est meilleur également pour les bosses (nombreuses, elles ont été rabotées). La piste a beaucoup de potentiel. Si on est dans des situations parfaites, on peut aller deux secondes plus vite qu'aux Essais Libres 1. Il y avait des traces d'eau dans trois virages."

Le point-clé de ce nouveau circuit, c'est le dernier virage, qui annonce la ligne droite des stands. Une épingle sur la gauche qui a été assortie d'un dévers non négligeable. "L'entrée dans ce virage doit être plus ouverte. Mais au final, ça ne change pas grand-chose, car le grip y est là aussi très bon. Le plus important, c'est de parvenir à maîtriser la moto à la réaccélération de l'épingle."

Maintenant que l'année touche à sa fin, Rossi prévoit les améliorations à apporter sur sa monture lors des essais hivernaux. "On doit travailler sur le moteur, afin d'être plus rapide en ligne droite. Mais le plus important, ça sera de mieux utiliser les pneus, surtout l'arrière. Les constructeurs ont amélioré grandement ce point durant la seconde moitié de saison à commencer par Honda. Ils dégradent moins les pneus." 

Veste à capuche 46 Valentino Rossi
Veste à capuche 46 Valentino Rossi, sur Motorstore.com
Article suivant
Iannone soulagé pour son retour en compétition

Article précédent

Iannone soulagé pour son retour en compétition

Article suivant

Motivé, Viñales veut dépasser Lorenzo au Championnat

Motivé, Viñales veut dépasser Lorenzo au Championnat
Charger les commentaires