Rossi dévoile les derniers détails de son contrat avec Petronas pour 2021

Certain de s'engager avec Petronas et Yamaha pour 2021, Valentino Rossi annonce qu'il signera son contrat cette semaine et fournit des précisions quant aux membres de son équipe qui le quitteront et l'option pour 2022, finalement retirée.

Rossi dévoile les derniers détails de son contrat avec Petronas pour 2021

Valentino Rossi a lui-même révélé à la presse que l'accord était désormais trouvé pour qu'il rejoigne le team Petronas la saison prochaine et qu'il s'attendait à signer son nouveau contrat ce week-end, en marge du Grand Prix de Catalogne.

"Je pense que je signerai le contrat pendant le week-end. Je suis très content de continuer l'année prochaine et d'être avec Yamaha et Petronas", assure Rossi. "Nous avons tout réglé entre les courses de Misano, ainsi que ces derniers jours. La situation est très claire, je vais courir avec Petronas l'année prochaine, mais le contrat est un petit peu long [à finaliser], il y a des choses à régler."

Le pilote italien affiche sa décontraction face à cette attente. Car la perspective de voir le #46 rejoindre Petronas a pris corps dès le début de l'année, lorsque Yamaha a choisi d'associer Fabio Quartararo à Maverick Viñales, et les négociations ont débuté au printemps mais sans pouvoir jusqu'à présent mener à aucune annonce officielle.

Lire aussi :

"Franchement, on n'est pas pressés parce qu'on est déjà d'accord", souligne-t-il. "Pour moi, en MotoGP on signe parfois les contrats pour l'année suivante trop tôt. Souvent, on commence à penser à la saison suivante avant même de penser à la saison en cours. Tout le monde signe de plus en plus tôt, on signe beaucoup plus tôt que la Formule 1, par exemple. J'étais donc d'accord avec Yamaha et Petronas, mais on ne s'est pas pressés. C'est un contrat important, il y a des choses à régler sur les questions techniques, la moto, et aussi le team parce que je pense que certains vont passer de Petronas à l'équipe factory avec Quartararo et vice versa."

De fidèles acolytes devront quitter le navire

Si la perspective de voir le #46 prolonger sa carrière avec l'équipe satellite du constructeur d'Iwata n'est pas une surprise, quelques derniers détails restaient en effet en suspens, et le premier concerne la constitution de son équipe technique.

Lui qui a longtemps évolué dans une bulle à laquelle peu de modifications ont été apportées au fil des années, il lui faut cette fois se résoudre à un changement important dans son entourage technique : il ne pourra être accompagné chez Petronas que par son ingénieur David Muñoz, la recrue la plus récente de son team, son responsable de données Matteo Flamigni et son analyste de performance Idalio Manuel Davira. Il devra se passer notamment d'Alex Briggs et Brent Stephens, ses mécaniciens depuis 20 ans, et il avoue qu'il s'agit pour lui d'un crève-cœur.

"J'en suis vraiment désolé, surtout pour Alex et Brent, parce qu'ils voulaient venir avec moi. Alex m'avait dit depuis longtemps que tant que je courrais il sera là et que quand j'arrêterais il arrêterait lui aussi. Et Brent aussi m'avait plus ou moins dit la même chose. Ce sera triste de ne pas les avoir avec moi l'année prochaine et de ne pas faire notre dernière course ensemble, je suis vraiment désolé de ça. Franchement, j'ai essayé, mais d'autres personnes travaillent aussi chez Petronas et malheureusement ça n'a pas été possible."

"Je suis content d'avoir Matteo, David et Idalio, mais je serai vraiment déçu de ne pas avoir Alex et Brent. Aujourd'hui quand j'entre dans le stand, c'est un peu comme être à la maison : ce ne sont pas des mécaniciens, mais des membres de ma famille désormais, parce que ça fait 20 ans qu'on est ensemble. Ce sera triste de ne pas les avoir l'année prochaine."

Lire aussi :

Un contrat d'un an sans option

L'autre élément qu'a dévoilé Valentino Rossi, c'est la durée effective de son nouveau contrat. Car si l'idée qu'il s'engage pour un an avec une option pour une autre année a été initialement évoquée, le pilote révèle que celle-ci n'a finalement pas été ajoutée noir sur blanc au contrat.

"On a parlé du fait de faire 1+1 mais on a décidé de faire juste un an pour le moment", explique le pilote. "Ça dépend beaucoup de mes résultats sur la première partie de l'année prochaine. Ensuite pendant la pause estivale, donc à la moitié du championnat, on décidera ensemble. Il faudra voir. Si l'année prochaine je suis compétitif, si je fais des podiums et que je me bats pour être dans le top 5 du championnat, je pourrais continuer. Mais on verra ça l'année prochaine. D'autant qu'ici les choses changent d'un jour à l'autre, alors à mon avis, à mon âge, c'est bien comme ça."

"Dans le contrat il est juste écrit que si on est tous contents alors on continuera", ajoute Rossi, qui indique qu'il ne s'agit "pas d'une vraie option", les choses n'étant pas spécifiées aussi précisément. "Je me suis un peu mis en colère contre Yamaha, parce qu'au début ça semblait être un an et point, une année qui aurait sûrement été la dernière", explique-t-il. "Je leur ai dit que ça n'était pas vrai, que ça ne serait pas assurément la dernière et qu'il faudrait voir comment ça se passerait. Ils ont compris, ils sont d'accord avec moi et on a décidé ensemble qu'on faisait pour le moment un contrat d'un an et qu'ensuite on verrait."

partages
commentaires
Crutchlow prêt à reprendre la piste malgré une énième blessure
Article précédent

Crutchlow prêt à reprendre la piste malgré une énième blessure

Article suivant

Marc Márquez de retour dans le paddock MotoGP à Barcelone

Marc Márquez de retour dans le paddock MotoGP à Barcelone
Charger les commentaires
L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022 Prime

L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022

Voir Ducati aligner huit machines sur la grille MotoGP n'est pas un fait inédit, puisque la marque l'a déjà fait entre 2016 et 2018. Mais le niveau de la Desmosedici est impressionnant et l'implication de la firme de Borgo Panigale dans ses alliances bien plus importante qu'elle le fut par le passé, or cela pourrait avoir pour effet de déséquilibrer la catégorie reine.

MotoGP
16 janv. 2022
Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis Prime

Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis

Avec le départ de Valentino Rossi, le MotoGP perd sa plus grande star et l'Italie son meilleur représentant en course depuis les années 1980. Le Docteur lui-même a toutefois préparé sa relève et formé ceux qu'il espère voir lui succéder.

MotoGP
2 janv. 2022
Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez Prime

Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez

Précoce quand il dominait tous les championnats espagnols, Fabio Quartararo a été jusqu'à pousser à la mise en place d'un changement de règlement, comme Marc Márquez quelques années plus tôt. Son parcours mondial s'est pourtant révélé compliqué, jusqu'à la révélation une fois arrivé dans la catégorie MotoGP.

MotoGP
27 déc. 2021
Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ? Prime

Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ?

Inlassablement interrogé sur sa retraite depuis des années, Valentino Rossi a-t-il trop attendu, au risque de voir son palmarès se ternir ? On serait plutôt tenté de dire qu'en ayant tout essayé jusqu'au bout, il a choisi de raccrocher au moment qui était le bon pour lui.

MotoGP
16 déc. 2021
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021