Rossi : "Une grande dose de confiance" et de précieux enseignements

partages
commentaires
Rossi :
Par : Léna Buffa
11 avr. 2017 à 09:30

Auteur d'un deuxième podium cette saison en Argentine, le Docteur met le doigt sur les points tantôt encourageants tantôt perfectibles dans le parcours qui, pendant un week-end, le fait passer d'essais poussifs à des courses réussies.

Podium : deuxième place pour Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing
Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing
Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing
Podium : le deuxième Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing
Deuxième place pour Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing
Valentino Rossi félicite Maverick Viñales, Yamaha Factory Racing, sous l’œil de Ramon Forcada
Deuxième place pour Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing
Deuxième place pour Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing
Le deuxième, Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing
Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing
Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing
Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing
Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing
Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing

La capacité de progression de Valentino Rossi a encore fait mouche pendant le week-end du Grand Prix d'Argentine. Seizième des deux séances d'essais libres de vendredi, à une seconde pleine du leader (… son coéquipier), il n'était encore que 12e samedi matin, puis 13e lors des Essais Libres 4. Et pourtant, 24 heures plus tard, il montait sur la deuxième marche du podium, distancé de 2"9 par Maverick Viñales, soit l'équivalent d'un gros dixième au tour.

"Il faut continuer comme ça, bien travailler. C'est une grande dose de confiance de voir que, même en étant en difficulté en essais, je suis quand même fort en course. On peut donc continuer notre travail", souligne le pilote Yamaha.

"Il est vrai aussi que [samedi] j'ai eu de la chance, parce que je suis passé en Q1 pour un rien", reconnaît-il, qualifié pour la Q2 avec 67 millièmes d'avance sur Andrea Dovizioso. "Si j'étais parti de la 13e position, à la place de Dovizioso, j'aurais pu faire une belle course mais cela aurait peut-être été plus dur."

"Le samedi après-midi il faut donc essayer d'être sur l'une des deux premières lignes", pointe Rossi, qui s'est habitué pendant plusieurs années à n'avoir que peu de réussite en qualifications, jusqu'au rebond connu l'an dernier : rappelons en effet qu'il a obtenu en 2016 autant de départs de la première ligne qu'entre 2011 et 2015, parmi lesquels une pole position de plus ! Mais, pour l'heure, ce début de championnat l'a contraint à cravacher, avec une dixième place sur la grille qatarie héritée de l'annulation des qualifications, puis la septième sur celle de ce GP d'Argentine. "Quand je suis septième, j'ai presque l'impression de partir de la pole !" en sourit-il.

Quand je suis septième sur la grille, j'ai presque l'impression de partir de la pole !

Valentino Rossi

Un temps d'essais exploité au maximum

Si une telle position de départ complique la tâche du pilote lors des premiers tours, sa capacité à puiser dans ses ressources lorsque les feux s'éteignent reste à ce jour l'une des caractéristiques indéniables de Valentino Rossi. Mais le pilote rappelle également que ces progressions dominicales s'ancrent dans le travail mené au stand et dans un programme qui apporte tous ses bénéfices à la dernière minute.

"Je pense qu'il y a une raison technique, on travaille beaucoup pour définir notre rythme. Étant donné que j'ai un certain âge, j'aime comprendre ce que je fais, où je vais et exploiter tout le temps dont je dispose pour avoir la moto au point dimanche", explique le Docteur, qui saluait dimanche le gain d'équilibre de sa M1. "Ceci dit, c'est toujours un risque, il faudrait qu'on soit un peu plus forts. Sincèrement, après la course au Qatar, je pensais qu'ici j'allais être compétitif dès les essais, au lieu de quoi j'ai été très en difficulté."

Au-delà du résultat brut de cette course, le pilote italien retient des signes encourageants qui peuvent servir de base de confiance pour poursuivre sa progression. Sa performance en fin de course, en particulier, semble l'avoir convaincu que Maverick Viñales n'était pas inatteignable et constitue à présent une lueur d'espoir.

"J'ai pu attaquer jusqu'au bout", se félicite le vétéran du plateau, satisfait de sa résistance physique et de la tenue de ses pneus. "Avec cette moto, il est un peu plus difficile de faire un chrono au début – au moins pour moi –, mais à la fin elle se révèle meilleure. L'année dernière, avec les Michelin j'étais toujours très en difficulté dans les derniers tours. Alors c'est important."

"Je suis parti un peu plus loin [que Viñales] et il a toujours été plus à l'avant, mais il a toujours été là, pas loin. Et dans les derniers tours, je n'ai pas perdu de terrain, et ça c'est important si on veut essayer de gagner et de se battre", souligne Valentino Rossi.

Veste Yamaha
Veste Yamaha, en vente sur Motorstore.com
Article suivant
Deux accidents et un zéro pointé pour Pedrosa en Argentine

Article précédent

Deux accidents et un zéro pointé pour Pedrosa en Argentine

Article suivant

Iannone ne comprend pas sa pénalité pour faux départ

Iannone ne comprend pas sa pénalité pour faux départ
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Événement GP d'Argentine
Catégorie Course
Lieu Autodromo Termas de Rio Hondo
Pilotes Valentino Rossi Boutique
Équipes Yamaha Factory Racing
Auteur Léna Buffa
Type d'article Réactions