Rossi pressent "une course imprévisible"

partages
commentaires
Rossi pressent "une course imprévisible"
Par :
16 juin 2018 à 17:14

Le pilote Yamaha s'en veut d'avoir commis une erreur dans son premier tour lancé. Surtout, il constate que les Ducati et Márquez ont le potentiel pour jouer la gagne.

Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing
Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing
Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing
Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing
Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing
Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing
Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing
Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing
Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing
Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing
Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing
Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing

L.B., Montmeló - Les qualifications se suivent et ne se ressemblent pas pour Valentino Rossi. Après avoir fait un retour en force à la pole position il y a deux semaines, au Mugello, le voici prêt à prendre la septième place sur la grille de Barcelone. Au final, seules deux des sept qualifs disputées à ce stade du championnat lui ont permis de partir de la première ou de la deuxième ligne.

Mais ce samedi, le Docteur a la moue de l'insatisfaction, persuadé que son potentiel était plus élevé que ce chrono de 1'39"266 qui le place devant Zarco et Rabat sur la troisième ligne. "Je ne suis pas très content. J'aurais pu partir de la deuxième ligne, qui était mon objectif réaliste", assure le pilote, qui assume sa responsabilité : "J'étais plus rapide de deux dixièmes dans mon tour rapide, ça allait bien, mais malheureusement j'ai fait une erreur au virage 10. J'ai freiné trois mètres trop loin, je n'ai pas réussi à m'arrêter et j'ai élargi ma trajectoire. C'est vraiment dommage."

Après avoir perdu dix secondes dans ce premier tour lancé, Rossi a poursuivi son effort, obtenant alors son meilleur chrono, en étant cependant plus lent dans les trois premiers secteurs qu'il ne l'avait été dans le tour précédent. "J'ai retenté, j'ai réussi à améliorer mon temps, mais le pneu glissait déjà un peu, donc ça n'a pas suffi. À mon avis j'aurais pu faire mieux, mais je pars de la troisième ligne."

Dur de se battre pour le podium

Leader des EL1 vendredi matin, le Docteur avait rétrogradé au classement dans les EL2 en concentrant son attention sur l'évaluation des pneus. Ce matin, il était cinquième à deux dixièmes du leader avant de redescendre au septième rang dans les EL4, disputés sans autre enjeu que la préparation de la course.

Dans un plateau MotoGP où les différences peinent à se faire, il sait que les dernières heures de travail et le choix des pneus seront déterminants pour le résultat final, sentant qu'il a une carte à jouer en termes de rythme.

"Je pense que mon rythme n'est pas mauvais", suggère-t-il. "Le MotoGP est très serré, c'est très beau, mais quant à dire si c'est mieux ou pire, il faudra voir comment ça se passe pour moi, parce qu'il suffit d'une petite amélioration pour être beaucoup plus haut. D'un autre côté, ce sera une course très difficile parce que beaucoup ont un rythme similaire."

"Ce sera dur de se battre le podium, mais on va essayer", promet-il. "Les deux Ducati semblent un peu plus fortes que nous, surtout Lorenzo, et Márquez est aussi très bon. Ensuite, il y a un gros groupe, avec un rythme très proche, avec moi, Maverick, Iannone, Petrucci, Zarco… Ce sera difficile mais on va voir. On est là et on va faire le maximum. On n'est que samedi, il peut encore y avoir un changement pour demain alors on verra."

Lorenzo peut-il selon lui refaire une course similaire à celle du Mugello ? "Sur le papier oui, parce que pour le moment il est plus rapide que Dovi. Márquez est plus proche [qu'au Mugello], il est plus similaire à Lorenzo, mais Lorenzo semble le plus rapide", juge le numéro 46.

L'un des paramètres déterminants sera bien entendu la météo, et sachant à quel point les Yamaha craignent la chaleur, il n'est pas étonnant de voir Rossi scruter le ciel de Montmeló à la recherche de quelques nuages qui viendraient voiler le soleil.

"Si on compare à l'année dernière, le grip de la piste est nettement meilleur, mais dans l'après-midi avec la hausse des températures, c'est dur et surtout pour l'avant. On souffre beaucoup à l'avant", explique-t-il. "Personnellement, quand il se met à faire plus chaud, j'ai moins de grip. Le matin, la piste est fantastique, ça vient très facilement. L'après-midi tout devient plus difficile surtout si les températures grimpent autour de 50°C [en piste]."

"On espère que ce sera nuageux, et en plus demain on aura le problème de la gomme Moto2 déposée en piste, or parfois quand il fait très chaud, cela rend la piste très glissante pour nous. On dirait donc que ce sera encore une course imprévisible."

Article suivant
En troisième ligne, Zarco reste confiant

Article précédent

En troisième ligne, Zarco reste confiant

Article suivant

Lorenzo, en pole, se sent "encore mieux" qu'au Mugello

Lorenzo, en pole, se sent "encore mieux" qu'au Mugello
Charger les commentaires
Soyez le premier à recevoir
toute l'actu