Faire équipe avec Morbidelli chez Petronas ? Rossi s'y verrait bien

S'il décidait de courir encore en 2021, Rossi pourrait-il en profiter pour faire monter sa propre équipe en MotoGP ? Rien n'est moins sûr...

Faire équipe avec Morbidelli chez Petronas ? Rossi s'y verrait bien

À l'heure d'entamer la saison 2020, Valentino Rossi n'a qu'une certitude : il s'agira de la dernière qu'il disputera au sein de l'équipe officielle Yamaha. Cela ne signifie pas, pour le moment, qu'il prendra sa retraite à la fin de l'année, lorsque Fabio Quartararo l'aura remplacé dans le team factory, car le #46 l'a dit et répété : son intention première, à ce jour, est plutôt de poursuivre sa carrière au-delà de cette 25e année en Grand Prix.

Lire aussi :

Cela impliquera cependant, par la force des choses, un changement d'équipe si jamais il prend la décision de continuer à courir. Après des discussions avec le constructeur d'Iwata, il a obtenu la garantie de recevoir tout son soutien, et donc une moto officielle, si tel est le cas. L'idée, déjà exprimée pendant la pause hivernale, de voir Rossi rejoindre le team Petronas prend donc de plus en plus corps et l'on a entendu jeudi le pilote multiplier les éloges pour la structure malaisienne, arrivée dans la catégorie reine la saison dernière.

"Pour moi, Petronas est la meilleure option, parce que leur situation est très bonne. Ils ont une bonne équipe, une équipe jeune donc ils peuvent progresser, ils ont de l'argent alors ils sont sérieux", détaille-t-il. "Et puis, surtout, il est important de continuer avec la M1 parce que changer de constructeur n'est pas facile. Ce n'est jamais facile, mais ça l'est d'autant moins à mon âge, à ce stade de ma carrière."

Une autre option hypothétique existerait peut-être, celle de monter une autre équipe affiliée à Yamaha en promouvant son propre team dans la catégorie MotoGP. "Une équipe VR46 avec Yamaha… J'aime l'idée, mais on n'a pas l'argent, alors c'est un gros problème !" affirme le pilote italien en balayant rapidement cette éventualité. Quid d'une association de VR46 avec Petronas dans ce cas ? "Collaborer avec Petronas pourrait bien sûr être formidable, mais nous avons déjà une équipe en Moto2 et en Moto3 et cela correspond à notre dimension. Faire une équipe en MotoGP, ce n'est pas facile. Et puis je pense aussi que Petronas a déjà son équipe et ils travaillent très bien, alors ils n'ont peut-être pas besoin de VR46 pour une équipe en MotoGP !"

Lire aussi :

L'équipe Petronas sait d'ores et déjà qu'elle perdra Quartararo à l'automne prochain, mais les deux places qu'elle occupe sur la grille ont de quoi attirer les prétendants, et particulièrement la seule qui sera potentiellement à pourvoir si jamais Rossi confirme son intention de la rejoindre lorsqu'il prendra sa décision. Le pilote italien a toutefois sa préférence, car il juge en effet que Franco Morbidelli mériterait de conserver cette place, qu'il occupe depuis l'an dernier.

"Je préférerais que ce soit Morbidelli", affirme-t-il lorsqu'on l'interroge sur l'identité de son coéquipier en 2021. Une option bien plus réaliste, selon lui, que celle de retrouver Jorge Lorenzo chez Petronas : "On parle beaucoup de Jorge et ce serait super de refaire le team Rossi-Lorenzo après tant d'années ! [rires] Mais il y a aussi Franco, chez Petronas, qui est jeune et qui est compétitif. Il a été un peu occulté par les performances de Quartararo, mais il a quand même fait une très bonne saison, et puis on s'entend bien. Je pense que celui qui mérite le plus cette place en ce moment c'est Franco."

Quant à la question qui entoure le matériel qui serait mis à sa disposition au sein de cette équipe, là non plus Rossi n'a aucune inquiétude à formuler. "Je sais quel matériel on a, je sais aussi quel matériel a Quartararo et quel matériel a Franco, et franchement ça ne change pas beaucoup", souligne-t-il, bien que Morbidelli ait cette année une machine hybride entre la M1 2019 et 2020. "Techniquement et historiquement, les équipes satellites de Yamaha ont toujours été compétitives, de Zarco à Quartararo. Les motos qu'ils ont sont bonnes", retient Rossi.

Lire aussi :

Quant au team qui l'accompagnerait dans cette aventure, "on ne sait pas, on n'en a pas encore parlé", précise-t-il. "Cela dépendra beaucoup de la décision de Quartararo aussi, s'il prend quelqu'un de son équipe ou bien tout le monde", ajoute Rossi, suivi par un entourage fidèle. "Si on fait un changement, il peut être total ou pas. On n'a pas décidé. L'important pour moi c'est avant tout que Yamaha soit content qu'on continue ensemble, qu'ils continuent à me faire confiance et que j'aie une moto officielle et le soutien maximal."

partages
commentaires
Espargaró : "Tout est positif" avec la nouvelle KTM

Article précédent

Espargaró : "Tout est positif" avec la nouvelle KTM

Article suivant

Les casques des pilotes MotoGP pour la pré-saison

Les casques des pilotes MotoGP pour la pré-saison
Charger les commentaires
Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha Prime

Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha

Les différents événements qui ont mené à l'arrivée d'Andrea Dovizioso chez SRT et la suprématie de Fabio Quartararo chez Yamaha font penser que son retour en MotoGP revêt plus d'un choix par défaut que d'un projet à long terme.

MotoGP
8 sept. 2021
Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais Prime

Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais

Il y a 24 ans jour pour jour, Valentino Rossi devenait Champion du monde pour la première fois. Aujourd'hui il s'apprête à quitter le MotoGP, résolu à l'idée que le dixième sacre après lequel il a tant couru ne viendra jamais enrichir son palmarès.

MotoGP
31 août 2021
Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière Prime

Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière

Dans une interview exclusive accordée à Motorsport.com, Marc Márquez se confie sur les défis auxquels il est confronté depuis sa blessure, sa volonté de retrouver le sommet et la domination actuelle de Fabio Quartararo.

MotoGP
24 août 2021
La gestion de la pression, de moins en moins taboue Prime

La gestion de la pression, de moins en moins taboue

Sujet délicat s'il en est, la santé mentale s'assume désormais de plus en plus dans différentes disciplines sportives, et la compétition moto n'y fait pas exception. La gestion de la pression ou de performances en berne peut s'avérer particulièrement difficile à endurer, et cela reste bien souvent tabou.

MotoGP
21 août 2021
Pourquoi Petronas n'a toujours pas de pilote pour 2022 Prime

Pourquoi Petronas n'a toujours pas de pilote pour 2022

Le verrouillage de Raúl Fernández par KTM et le peu de coopération de Yamaha font que le team Petronas SRT n'a pas encore pu annoncer de pilote pour la saison prochaine. Après avoir vu l'Espagnol lui échapper, l'équipe malaisienne porte son dévolu sur Marco Bezzecchi, mais lui aussi est en lien étroit avec un autre groupe.

MotoGP
10 août 2021
Le gentil géant qui manquera au MotoGP Prime

Le gentil géant qui manquera au MotoGP

Imaginer le MotoGP sans Danilo Petrucci, c'est envisager de perdre l'un des rares pilotes qui aient pu battre Marc Márquez au sommet de son art et un garçon aussi attachant que combattif.

MotoGP
26 juil. 2021
Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné Prime

Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné

Joan Mir croit en ses chances de conserver son titre en MotoGP, malgré une première moitié de saison en dessous de ses attentes. Motorsport.com a pu échanger avec le pilote Suzuki sur ses chances au championnat, le départ de Davide Brivio et la célébrité apportée par son sacre mondial en 2020.

MotoGP
23 juil. 2021
Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès Prime

Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès

À la peine dans les dernières de la saison 2020, Fabio Quartararo a retrouvé le sommet et domine le championnat à mi-parcours. Motorsport.com s'est entretenu avec le Niçois pour évoquer sa nouvelle approche, sa progression et son arrivée dans l'équipe Yamaha factory, mais aussi les grandes difficultés de son coéquipier.

MotoGP
15 juil. 2021