Rossi - "Je n'ai pas assez de pouvoir" pour déplacer le GP d'Australie

Après une journée gâchée à Phillip Island, la star italienne fait entendre sa voix pour que cette épreuve, adorée de bon nombre de pilotes, soit déplacée à une date plus favorable.

Si la première visite du Championnat du monde sur place, en 1989, avait eu lieu en avril, Phillip Island a par la suite systématiquement été positionné en septembre ou octobre dans le calendrier MotoGP et l'épreuve est même devenue depuis 10 ans indissociable du fameux triptyque outremer de fin de championnat.

Valentino Rossi fait toutefois partie des fervents opposants à cette date, qui place ce voyage potentiellement sublime sous les feux d'une météo impitoyable. Sur ce circuit très exposé, il faut immanquablement composer avec le vent et, à cette saison de l'année, en plein printemps austral, il faut également compter sur un thermomètre au plus bas et un risque de pluie très élevé. Ce sont précisément les ingrédients qui ont gâché la première journée d'essais, ce vendredi et qui ont poussé le Docteur à rappeler son point de vue sur la question.

"C'est vraiment dommage d'être ici dans ces conditions, parce que c'est un endroit fantastique et une piste à part. Mais, comme toujours, on vient ici à un moment dangereux de la saison", souligne-t-il. "Alors, on peut avoir de la chance, comme l'année dernière, mais il arrive plus souvent que l'on manque de chance et c'est alors comme être en plein hiver. Le problème, c'est la quantité d'eau mais surtout les températures, parce que quand la température de l'asphalte est aussi fraîche, c'est très dangereux."

"Le problème de cette piste, c'est qu'elle est toujours très rapide, elle stresse beaucoup le flanc gauche et pas assez le droit, il faut donc toujours faire attention", rappelle Valentino Rossi, sachant que Phillip Island - au calendrier jusqu'en 2026 - est la piste qui compte la moyenne au tour la plus élevée, après la nouvelle référence dans le domaine, le Red Bull Ring.

"Dans des conditions normales, la piste n'est pas particulièrement dangereuse, elle est comme les autres, mais en Europe, vous avez 25°C au sol et ici vous en avez 10°C. Le problème c'est donc la météo, pas la piste", insiste le pilote italien, qui court ici pour la 20e fois cette année et y compte à ce jour huit victoires.

"Je suis l'un des pilotes qui poussent le plus pour que l'on change la date de ce Grand Prix, et ce depuis cinq ou six ans, parce que c'est vraiment dommage de venir ici en hiver. C'est dommage partout, mais ici en particulier parce que c'est une super piste et s'il y a du soleil c'est fantastique pour le MotoGP - pour la télévision ou même pour piloter la moto. Or, on vient ici avec 10°C", peste-t-il.

Conflit de date avec la F1

Valentino Rossi indique avoir déjà soumis son idée à Carmelo Ezpeleta, Pdg de Dorna Sports, le promoteur du championnat, en vain. "Je pousse beaucoup, mais Carmelo me dit toujours qu'il est impossible de changer la date, parce que la Formule 1 est en mars et les gens qui organisent la F1 sont les mêmes qui organisent le MotoGP", explique-t-il.

"C'est dommage, parce qu'au Japon, par exemple, cela se fait : une semaine c'est la F1 et la semaine suivante c'est le MotoGP. C'était aussi le cas cette année en Italie, avec Monza et Misano : plein de monde, tout se passe bien. Je pense que ce serait une bonne idée de venir ici en ouverture du championnat, en mars ou après le Qatar, quand il y fait beau", suggère le pilote italien qui, malgré son statut d'icône, semble impuissant sur ce point qui lui tient à cœur : "J'essaye, mais je n'ai pas assez de pouvoir."

Pull Valentino Rossi 46
Pull Valentino Rossi 46, en vente sur Motorstore.com
Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries MotoGP
Événement GP d'Australie
Circuit Phillip Island Grand Prix Circuit
Pilotes Valentino Rossi
Équipes Yamaha Factory Racing
Type d'article Actualités
Tags calendrier, carmelo ezpeleta, dorna sports, sécurité