Rossi ne comprend toujours pas sa chute de Motegi

partages
commentaires
Rossi ne comprend toujours pas sa chute de Motegi
Par : Léna Buffa
20 oct. 2016 à 08:00

Quatre jours après la chute qui a mis un terme à ses espoirs de titre, Valentino Rossi n'a toujours pas compris pour quelle raison il a mordu la poussière à Motegi.

Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing, Jorge Lorenzo, Yamaha Factory Racing
Des fans de Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing
Marc Marquez, Repsol Honda Team, Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing
Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing
Jorge Lorenzo, Yamaha Factory Racing, Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing
Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing
Jorge Lorenzo, Yamaha Factory Racing, Marc Marquez, Repsol Honda Team, Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing
Des Grid Girls près de la moto de Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing
Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing, Jorge Lorenzo, Yamaha Factory Racing
Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing
Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing
Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing
Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing
Jorge Lorenzo, Yamaha Factory Racing, Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing

Parti à la faute dans le septième tour du Grand Prix du Japon, alors qu'il avait pris l'avantage sur Jorge Lorenzo et qu'il tentait d'empêcher l'échappée de Marc Márquez, le pilote Yamaha indique que les données enregistrées sur sa moto n'apportent pas d'explication. "C'est mieux pour moi, parce que si j'avais fait une erreur claire je me serais énervé plus et j'aurais été plus déçu", souligne-t-il, "mais c'est peut-être pire en général au sens où il ne s'est rien passé."

"J'ai stoppé la moto de la même façon. Les données ne montrent pas la position en piste et, en revoyant les images tv, je suis peut-être un peu large, mais ce virage si tu le regardes 24 fois, une fois j'arrive un km/h plus vite, une autre fois un km/h plus lent, une fois je me penche plus, une autre un peu moins… Ce sont de petites différentes pour lesquelles, en théorie, on ne devrait pas tomber."

"Par rapport au tour précédent, on ne voit rien, d'autant que mes partiels étaient plus ou moins égaux", ajoute Valentino Rossi, sans vouloir toutefois se dédouaner de toute responsabilité : "Ceci dit, je suis toujours d'avis que quand un pilote tombe c'est qu'il a fait une faute, sinon il ne tomberait pas, donc il s'est passé quelque chose."

À l'heure de tirer le bilan de cette saison, qui lui a jusqu'à présent réservé quatre abandons, Rossi refuse de trouver l'explication de sa défaite dans la seule casse moteur qui lui a coûté très cher sur le Grand Prix d'Italie. "À mon avis, c'est un ensemble de choses et ce qui s'est passé au Mugello n'en est qu'une", indique-t-il.

"Sur le moment, ça n'avait pas semblé grand-chose, mais pendant la saison on n'a plus réussi à retrouver les mêmes performances", rappelle-t-il, sachant que Yamaha n'a plus remporté de course depuis Barcelone, début juin. "Les deux moteurs cassés du Mugello (celui de Lorenzo au warm-up et le sien en course, ndlr) n'ont donc pas été une chose très positive pour notre team. Mais ce qui s'est passé par la suite est aussi très important."

"L'année dernière, Yamaha a apporté un nouveau châssis après sept ou huit courses ; il a représenté un vrai progrès et on a réussi à être très rapide. Et en 2014 aussi, la moto a beaucoup progressé au cours de l'année. Alors, plus que la casse du Mugello, c'est cela [qui a été déterminant] : ne pas avoir réussi à trouver la petite amélioration pendant l'année, tandis que d'un autre côté Honda, surtout, mais aussi Suzuki ont progressé."

Le plus victorieux à Phillip Island

L'objectif désormais est de défendre sa deuxième place au championnat face à un Jorge Lorenzo déterminé à profiter des trois dernières manches pour prendre l'avantage et ainsi terminer sa dernière saison avec Yamaha devant son coéquipier.

Le premier rendez-vous pour tenter d'asseoir son avantage est celui de Phillip Island. Sur les 19 éditions du Grand Prix d'Australie auxquelles il a pris part, Rossi a cumulé 15 podiums, les exceptions étant sa toute première visite, en 1997, les deux années où il courait pour Ducati, en 2011 et 2012, et enfin l'année dernière lorsqu'il s'est classé quatrième d'une bagarre survoltée pour la victoire.

Victorieux à six reprises en catégorie reine - avec notamment cinq succès consécutifs entre 2001 et 2005 -, il affiche également deux autres succès en 250cc, si bien que c'est lui qui s'est le plus souvent imposé sur place, toutes catégories confondues.

"Phillip Island est une piste fantastique et un endroit que j'aime beaucoup", assure le pilote italien. "Il faut qu'on essaye d'être rapide et fort ici aussi. On a déjà fait un test ici avec Michelin, malheureusement on y arrive désormais après une très mauvaise saison, la plus mauvaise pour nous sur le papier. On espère que la météo ne sera pas trop mauvaise, parce que s'il fait froid, ce pourrait être dangereux."

T-shirt Valentino Rossi "46" 2016 noir
T-shirt Valentino Rossi "46" 2016 noir, en vente sur Motorstore.com
Article suivant
Vitesse, pluie et fraîcheur : le cocktail peu rassurant de Phillip Island

Article précédent

Vitesse, pluie et fraîcheur : le cocktail peu rassurant de Phillip Island

Article suivant

Iannone fera son retour en Malaisie

Iannone fera son retour en Malaisie
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Événement GP d'Australie
Lieu Phillip Island Grand Prix Circuit
Pilotes Valentino Rossi Boutique
Équipes Yamaha Factory Racing
Auteur Léna Buffa
Type d'article Preview