Rossi - Ne pas baisser les bras face à Márquez

partages
commentaires
Rossi - Ne pas baisser les bras face à Márquez
Par :
8 avr. 2016 à 22:53

Valentino Rossi aura été l'un des animateurs réguliers de la première journée d'essais à Austin.

Et pourtant, il accuse ce soir neuf dixièmes de retard sur Marc Márquez, lequel affiche par ailleurs sept dixièmes de marge sur son plus proche poursuivant.

Est-ce à dire qu'il s'agit ici de courir pour la deuxième place ? "En ce moment oui, parce que Márquez a vraiment été très fort aujourd'hui. Il a réussi à être rapide dès son premier tour, ce matin, puis il a confirmé cet après-midi", résume le pilote Yamaha.

"Naturellement, il ne faut pas baisser les bras", souligne-t-il néanmoins. "Il faut continuer demain et essayer de se rapprocher de lui. D'autant qu'être proche de Márquez signifierait surtout être devant les autres, ce qui est important. Pour nous, le podium à Austin pourrait être un objectif très important."

S'il ne figure qu'au sixième rang, ce soir, le pilote Yamaha sait qu'il a perdu un temps précieux en enchaînant deux tours imparfaits dans son dernier run. Au cumul de ses meilleurs partiels, son temps idéal le hisserait à la deuxième place, à quatre dixièmes de Márquez.

"J'aurais pu être deuxième et j'étais en train de faire un bon tour", raconte Valentino Rossi. "Dans mon avant-dernier tour, j'ai trouvé Pedrosa sur ma route et j'ai élargi ma trajectoire. Je me suis relancé dans mon dernier tour et j'ai réussi à faire encore mieux les deux [premiers] secteurs, mais j'ai commis une erreur dans le virage n°12 et j'ai élargi."

L'objectif à atteindre samedi est clairement identifié. "On travaille pour avoir une moto un peu plus facile au freinage, parce que c'est là que l'on souffre un peu", explique-t-il. "Et puis il y a les pneus. Aujourd'hui, on n'avait que le pneu soft à l'arrière. Il offre un bon grip mais je pense qu'il est trop tendre pour la course. On espère que le hard - que l'on ne pourra tester que demain parce qu'il n'est pas encore arrivé - nous aidera un peu sur la distance. Concernant le pneu avant, il y en a trois et chacun a des points positifs et négatifs, et il faudra faire le bon choix."

De gros efforts de la part de Michelin

Interrogé par Motorsport.com sur l'implication de Michelin, le nonuple Champion du monde a voulu afficher son soutien au nouveau manufacturier unique du MotoGP, malgré les récentes critiques dont il a fait la cible : "Je crois que Michelin a fait de gros efforts, parce que faire des pneus pour ce championnat, à ce niveau, et pour beaucoup de motos et de pilotes différents, ce n'est pas facile. Alors je crois que Michelin se donne à 100%."

"Les pneus sont très différents [entre Bridgestone et Michelin], mais à la fin du tour ils ne sont pas si éloignés l'un de l'autre, c'est plus une question de feeling", précise-t-il. "L'année dernière, avec Bridgestone on souffrait plus avec le pneu avant et cette année on souffre plus avec l'arrière. C'est comme ça. Je pense qu'on peut faire du bon travail avec Michelin aussi."

Propos recueillis par Charles Bradley

Article suivant
Iannone ne veut pas penser que Márquez est imbattable

Article précédent

Iannone ne veut pas penser que Márquez est imbattable

Article suivant

Rossi voit en Viñales un coéquipier qui lui ferait concurrence

Rossi voit en Viñales un coéquipier qui lui ferait concurrence
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Événement GP des Amériques
Catégorie Vendredi
Lieu Circuit of the Americas
Pilotes Valentino Rossi Boutique
Équipes Yamaha Factory Racing
Auteur Léna Buffa
Soyez le premier à recevoir
toute l'actu